Aller au contenu principal

Déréférencement et appel au boycott des produits des entreprises non solidaires

Plus de 400 éleveurs de la FDSEA et des JA 43 se sont mobilisés dans plus d'une dizaine de GMS de la Haute-Loire. Cette action avait pour objectif de protester contre l'attitude non responsable de 3 entreprises laitières (Danone, Bongrain et 3A), qui refusent de reprendre du lait et des producteurs jusqu'à aujourd'hui collectés par l'URCVL. Une action qui a permis de faire revenir ces entreprises à la table des négociations.

Le lundi 11 janvier, les JA passaient à l’action sur le site de la fromagerie de Beauzac et dans 4 GMS du Puy-en-Velay pour dénoncer le refus de 3 entreprises  (Bongrain, Lactalis et 3A) de reprendre du lait collecté par l’URCVL.

400 éleveurs se sont mobilisés

Samedi 16 janvier, les actions syndicales ont repris avec la mobilisation de 400 éleveurs de la FDSEA et des JA dans plus d’une dizaine de GMS de la Haute-Loire. Depuis lundi, la situation en matière de reprise de collecte de l’URCVL avait évolué ; juste avant l’intervention des agriculteurs sur le site de Géant à Vals-près-le Puy, Jean Michel Durand, secrétaire général de la FDSEA, a fait le point sur les dernières avancées : «Nous avons obtenu quelques avancées significatives. Lactalis a accepté de reprendre du lait sur son territoire Rhône-Alpin. Jusqu’à hier, Bongrain, Danone et 3A refusaient de reprendre du lait et suite à une forte pression syndicale, les entreprises Danone et Bongrain se disent aujourd’hui prêtes à reprendre du litrage et les producteurs pour une durée de 1 an (sur 2010 uniquement).
Il s’agit donc bien d’une avancée, toutefois, les producteurs ne peuvent se satisfaire d’un engagement sur un aussi court terme !».
Bien décidés à maintenir la pression sur ces grands groupes laitiers qui ne jouent pas le jeu de la solidarité, les 400 éleveurs répartis sur une dizaine de sites ont pris soin de vérifier si les magasins avaient bien répondu à l’ultimatum du 15 janvier sur le déréférencement des produits des entreprises récalcitrantes à l’égard du plan de reprise de la collecte de l’URCVL.
Après avoir fait le tour des rayons, les agriculteurs ont constaté qu’une majorité de magasins avait bien joué le jeu en retirant certains produits et marques et ce pour plusieurs jours et, sur certains sites, jusqu’à ce que les éleveurs obtiennent satisfaction ; les quelques GMS qui avait omis de procéder à ce déréférencement l’ont fait sans sourciller en compagnie des éleveurs.

Des consommateurs compréhensifs et solidaires des éleveurs

Cette action du 16 janvier avait également pour mission d’inviter les consommateurs venus faire leurs courses de la semaine, à boycotter les produits Danone, Bongrain et 3A. Pour leur expliquer au mieux la situation, des tracts rappelant les conséquences désastreuses de l’attitude de ces entreprises sur la filière laitière de Haute-Loire et identifiant avec précision les produits à éviter, leur ont été distribués durant toute l’après-midi ; une communication a ainsi pu s’établir entre les producteurs et les consommateurs ; ces derniers se sont montrés majoritairement compréhensifs. Eliane, une habitante de Vals, qui s’apprêtait à entrer dans le magasin Géant nous a confié après avoir pris connaissance de ce tract, sa volonté d’aider les éleveurs de l’URCVL : «Je trouve que cette action est une bonne chose ; il faut défendre les producteurs qui font vivre l’économie locale. Et je peux vous dire que cela ne risque pas que j’achète les produits mentionnés sur le tract !» a-t-elle lancé avant de s’engouffrer dans la grande surface. Après leurs courses, certains consommateurs ont même pris soin de revenir informer les éleveurs sur la présence de marques signalées sur les tracts dans les rayons.
Cette action syndicale a permis un retour à la table des négociations dès le 18 janvier des 3 entreprises laitières Bongrain, Danone et 3A.

Le point sur les négociations

Une réunion s’est tenue le lundi 18 janvier avec l’URCVL afin d’analyser la reprise des volumes de l’URCVL par l’ensemble des collecteurs. Globalement, la reprise des volumes semblait s’être équilibrée. Reste desormais à négocier la durée des reprises et à déterminer la nouvelle destination du lait de chaque producteur. Etant donné que la totalité du lait collecté par l’URCVL semblait avoir trouvé preneur, les responsables professionnels agricoles de Rhône-Alpes/Haute-Loire et l’URCVL ont convenu, mardi 19 janvier, de suspendre l’action de déréférencement et de boycott des produits.
La semaine prochaine, nous reviendrons sur le détail de ces négociations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne