Aller au contenu principal

De l’or entre les mains des producteurs de fruits rouges des Monts du Velay

Le 1er avril, le GIE des producteurs de fruits rouges des Monts du Velay célébrait ses 20 ans à Queyrières. Regard sur une filière dynamique qui va de l’avant.

Le 1er avril, la filière Fruits rouges des Monts du Velay a dressé le bilan de la campagne 2016 avant de 
célébrer les 20 ans du GIE 
à Queyrières.

Samedi 1er avril, le syndicat et le GIE des fruits rouges des Monts du Velay organisaient leurs assemblées générales à l’Auberge du Marliou (Queyrières). Cette année, ce rendez-vous  annuel était un peu particulier puisque le GIE fêtait ses 20 ans d’existence. L’occasion pour les responsables de la filière de revenir sur l’histoire de la production de fruits rouges dans le département et de célébrer  dignement cet anniversaire, dans le cadre d’une soirée de gala.

La variable drosophile
Mais avant d’entrer dans les festivités, les assemblées générales du syndicat et du GIE ont permis de dresser un bilan de la campagne 2016.
La production de fruits rouges commercialisée par le GIE a atteint les 1 000 tonnes, un volume identique à 2015, avec une bonne qualité de fruits. Toutefois, les quantités produites auraient pu être encore plus élevées si Drosophyla Suzukii n’était pas passée par là !
En effet, «la drosophile a engendré des pertes significatives de l’ordre de 10% en fraises et framboises» a souligné Denis Chirouze, directeur du GIE.
En fraises, l’année 2016 a été marquée par des rendements corrects et une quantité produite en hausse (593 tonnes contre 571 en 2015). Sur ces 593 tonnes (t) de fraises, presque 500 t sont issues de jardins suspendus.
Pour la framboise, l’année a été plutôt moyenne avec des rendements inférieurs en raison d’une météo de printemps défavorable et de l’action de la drosophile. Au bilan, ce sont 181 t de framboises qui ont été produites.
En groseilles, la production a atteint 123 t, elle aussi pénalisée par un mauvais printemps.
Le GIE comptabilise 51 t de mûres, 10 t de mirabelles, 13 t de myrtilles, 6 t de cassis et 10 t d’autres fruits (cerises, abricots...).
3 producteurs du GIE livrent des fruits bio, qui représentent 1,7% du chiffre d’affaires du GIE.
Quant aux prix 2016, Denis Chirouze les a qualifiés de corrects. «Globalement, la production de fruits rouges se porte assez bien depuis déjà quelques années. Les chiffres le prouvent : 630 t de fruits commercialisés en 2013, presque 1 000 t en 2016» a indiqué le président Eric Pauchon dans son rapport d’orientation qui demande aux producteurs de «rester optimistes pour l’avenir».
Denis Chirouze s’est montré rassurant concernant la drosphile qui s’est attaquée à nos fruits rouges pour la première fois en 2016 : «La recherche avance. Il ne faut pas être trop pessimiste sur ce dossier».
À l’avenir, le GIE identifie un développement possible en fraises hors sol en variété Cijosée. «Il faut toutefois se positionner sur du haut de gamme» prévient le directeur. «Il existe aussi une piste de développement en fraises bio» a-t-il ajouté.
En framboises, la production française est déficitaire. Le GIE travaille sur la résistance de la variété Meeker (la Région a annoncé l’attribution de 20 000 € par an pendant 4 ans pour aider à l’amélioration de cette variété). En hors sol, le GIE est à la recherche de nouveaux matériels végétaux en framboises.
La groseille rouge représente une sécurité pour les producteurs et est un atout indéniable en matière de gestion de la main d’oeuvre. La demande soutenue ouvre des pistes de développement pour les producteurs.

Plantez des myrtilles !
Quant à la myrtille, Denis Chirouze l’a qualifiée de produit d’avenir et a encouragé les adhérents à planter des pieds de mytille dans les 2 ans qui viennent car selon lui «il y a un marché à prendre. En Grande Bretagne, la consommation par habitant de myrtilles a dépassé celle des framboises».

Des fruits français très prisés
Sylvie Catelin, directrice de Fruits rouges&Co a confirmé l’existence d’une très forte demande sur des fruits français et en particulier la framboise et la myrtille. Quant aux cassis, elle lui prédit un bel avenir, car ce fruit contient plus d’antioxydants que le cramberry.
«Les fruits rouges ont le vent en poupe. Nos clients sont demandeurs. Vous, producteurs, vous avez de l’or entre les mains !» a-t-elle lancé.
Eric Pauchon a pointé du doigt trois enjeux importants pour l’avenir de la filière : «la sécurité des aliments, en ayant des vergers les plus propres possible, l’accès au matériel végétal (dossier sur lequel la filière peut compter sur l’appui de la Région) et attirer des jeunes vers notre métier».
Une fois les assemblées générales clôturées, les  festivités ont pu démarrer.

Anniversaire

Le GIE des fruits rouges des Monts du Velay a 20 ans. Mais la filière, elle, en a bien plus que 20 ! La soirée de gala du 1er avril fut l’occasion de revenir en arrière et d’admirer tout ce chemin parcouru au gré de témoignages de producteurs et de scenettes jouées par une troupe de théâtre.
Les premières fraises ont poussé à Pouzols (St Jeures) en 1958. Les producteurs Georges Brottes et Jean Fayolle ont contribué au démarrage de la filière.
En 1987 : naissance du syndicat des producteurs de fruits avec 13 adhérents
En 1991 : création de deux marques (Perles rouges et perles noires des Monts du Velay)
1997 : création du GIE
2002 : Le GIE devient organisation de producteurs
2003 : création d’un bâtiment d’agréage et de conditionnement à Pouzols (agrandi en 2010)
2007 : apparition des jardins suspendus
2015 : développement de la production en agriculture bio.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne