Aller au contenu principal

Cuma : Démonstration de broyage et de ramassage de pierres le 14 octobre

Broyage, ramassage en continu ou à l'aide d'une machine combinée, les solutions pour épierrer sont nombreuses. Le choix doit intégrer l’agronomie, l’économie et l’aspect humain.

La ramasseuse de pierres Kongskylde sera en démonstration.

La présence de pierres peut parfois être perçue comme un aspect positif. Les pierres contribuent à la structure du sol en limitant l'érosion et le tassement. Leur présence influe sur le réchauffement du sol au printemps en emmagasinant de la chaleur. La présence de pierres semble  toutefois la plupart du temps à éviter car les inconvénients sont  supérieurs aux avantages. Elles sont responsables d'une usure rapide et de casses des outils de travail du sol, ainsi que de divers problèmes lors des récoltes : casses, pollution des récoltes par des pierres. Bon nombre d'agriculteurs cherchent donc à éliminer ou à limiter la présence de pierres dans les parcelles. C'est notamment le cas des producteurs de lentilles. Le coût des chantiers étant élevé, les agriculteurs se tournent souvent vers les Cuma pour investir. La Cuma de St Paulien (à l'initiative de la journée de démonstration du 14 octobre) projette de s’équiper, comme plusieurs autres Cuma de Haute-Loire qui réfléchissent actuellement à investir, soit au sein de la Cuma, soit en intercuma.


Des chaînes de travail différentes

Pour éliminer les pierres, plusieurs solutions sont envisageables. Elles se traduisent par des chaînes de matériels différentes. Un premier choix est à faire entre ramassage ou broyage. L'intervention peut se faire directement ou en regroupant préalablement les pierres en andains. Enfin il est possible d'utiliser des machines combinées qui andainnent les pierres et les ramassent.Si le broyage peut parfois être retenu pour des raisons agronomiques, il présente l'inconvénient de localiser les pierres broyées qui peuvent alors former des «veines» dans la parcelle. Techniquement et économiquement, il est plus souvent préférable de ramasser les pierres. Après le chantier, le sol est plus homogène. De plus, les pierres ont une valeur marchande et l'agriculteur peut alors les valoriser.Du côté de l'organisation du chantier, seule une marque propose aujourd'hui une machine combinée qui andaine et ramasse les pierres. L'avantage de ce choix est de pouvoir réaliser l'ensemble des opérations en un seul passage. Le chantier est réalisé avec un seul tracteur et un seul chauffeur. Lorsque la machine appartient à la Cuma, une seule réservation est nécessaire.Du côté des inconvénients, la machine a la réputation d'être difficile à mener. La partie ramasseuse est située loin du chauffeur, derrière la partie andaineur. Il est difficile de contrôler le travail à ce niveau, notamment pour suivre le remplissage de la trémie. De plus, il est préférable de travailler en condition sèche, or cela génère de la poussière et amplifie les inconvénients.Bien souvent les chantiers sont conduits en deux temps : andainage puis ramassage des pierres.La première étape est assurée par un andaineur, ou aligneuse de pierres. L'outil est tracté et animé par un moteur hydraulique. Dans un deuxième temps, intervient une ramasseuse qui traite l'andain réalisé. Là aussi, deux conceptions de machines sont possibles. Soit les pierres sont récoltées dans une trémie qui est régulièrement déchargée dans une benne de façon à pouvoir les évacuer. Soit la machine charge des bennes en continu par le biais d'un convoyeur. Dans tous les cas, cette étape nécessite au moins deux tracteurs et autant de chauffeurs. Si la deuxième solution permet un débit de chantier supérieur, elle est toutefois plus exigeante en matériel et en main d'oeuvre.


Des choix réfléchis pour un investissement judicieux

Les solutions pour traiter les pierres sont finalement assez nombreuses. Pour faire le meilleur choix possible, les adhérents de Cuma devront veiller à établir un cahier des charges suffisamment précis des attentes de chacun et faire l'inventaire des moyens matériels et humains disponibles pour les chantiers. FDCuma 43

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne