Aller au contenu principal

Crise agricole : Des réponses pour le court terme, et toujours l’urgence de retrouver des prix

La FDSEA et les JA de Haute-Loire dressent le bilan des dernières mobilisations conduites à Paris et Bruxelles et livrent leur stratégie d’action pour les semaines à venir.

Les 3 (à Paris) et 7 septembre (à Bruxelles), les agriculteurs en détresse se sont mobilisés en force.

Le 11 septembre, quelques jours après les mobilisations massives organisées à Paris et Bruxelles, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont rassemblé la presse locale pour dresser le bilan des actions conduites et envisager la suite.


Une crise du modèle alimentaire

Le président de la FDSEA, Yannick Fialip a ouvert ce temps d’échange par quelques précisions d’ordre sémantique importantes : «La crise du monde agricole n’est pas une crise du modèle agricole mais une crise du modèle alimentaire français et européen». Il pointe du doigt la logique actuelle des bas prix. «En France, comme en Europe, la dépense alimentaire des ménages est bien plus faible que sur les autres continents, à niveau de vie comparable. Sur 100 e de dépenses, seuls 8 à 10 e sont réservés à l’alimentation contre 20 à 30 e sur d’autres continents. A cette logique de bas prix, s’ajoutent tous les standards de qualité alimentaire, environnemental et social qui font partie des plus contraignants au monde. Les agriculteurs ne peuvent plus continuer dans cette logique !».Les dernières mobilisations des agriculteurs visaient à dénoncer cette logique auprès des consommateurs et du gouvernement, à Paris comme à Bruxelles.Mais il s’agissait aussi de résoudre le problème de revenu des agriculteurs via un plan d’urgence ; plan qui a été annoncé par le gouvernement suite à l’action du syndicalisme majoritaire. Le dispositif prévoit, entre autres, 3 grandes mesures qui vont apporter une bouffée d’oxygène dans les exploitations les plus en difficulté : la prise en charge des intérêts d’emprunt 2015, une année blanche avec le report total des annuités 2015 en fin de tableau et enfin la possibilité de réduire fortement ses cotisations sociales et fiscales sur 2016. A ces 3 mesures s’ajoutent la diminution des cotisations d’assurance maladie et des efforts consentis par l’état dans le cadre du plan  de modernisation des bâtiments d’élevage.


Remontée des prix : aucune avancée

Si la mobilisation des agriculteurs a débouché sur la mise en place d’un plan d’urgence, elle n’a en revanche pas permis d’obtenir d’avancée sur la remontée des prix.«Nous sommes restés sur notre faim face au gouvernement français comme à l’Europe» indiquent le président de la FDSEA et le responsable lait JA, Nicolas Merle, qui entendent poursuivre leur travail sur ce point particulier.La FDSEA-JA va mettre sous contrôle les acteurs des filières lait, viande et porc, afin de vérifier si les engagements pris sur une remontée des prix, par les entreprises et la grande distribution, ont bien été appliqués. La FDSEA-JA conduira des actions auprès de tous les acteurs qui ne respectent pas leurs engagements.«L’activité de chaque agriculteur génère l’emploi de nombreuses personnes. Or, nos dettes fournisseurs s’allongent. Si les prix n’augmentent pas, les répercussions risquent d’être lourdes. Le premier ministre a mis en place un plan d’urgence qui nous aide sur les 6 prochains mois mais à plus long terme, il faudra trouver des prix» souligne Nicolas Merle.

 

«Produire français pour manger français»

Autre dossier sur lequel le syndicalisme majoritaire compte s’investir : la restauration. C’est avec le slogan «Produire français pour manger français» que les agriculteurs comptent, dans un premier temps,  interpeller les candidats aux élections régionales ; «nous allons proposer aux candidats de s’engager, à travers la signature d’une charte, à acheter exclusivement des produits régionaux ou français pour les restaurants des lycées dont ils seront responsables» indique Yannick Fialip.La profession agricole a enfin un travail à plus long terme à conduire auprès de la commission européenne. L’absence du commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan, lors de la mobilisation agricole du 7 septembre à Bruxelles est vécue comme une provocation par les agriculteurs. Pour Yannick Fialip : «L’agriculture a été le ciment du projet européen durant 50 ans et l’on détruit tout cela aujourd’hui. C’est pourquoi, nous allons faire des propositions à la commission européenne et nous comptons également interpeller les parlementaires européens».Vous l’aurez compris, les agriculteurs restent donc plus que jamais mobilisés pour demander à l’état français de s’engager plus fortement et à l’Europe de prendre les bonnes décisions.


Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne