Aller au contenu principal

Coups de foudre en pagaille sur l’Auvergne

Jamais le ciel n’avait autant craqué qu’au premier semestre 2018. Alors que la canicule semble s’installer durablement, cette chaleur pourrait bien finir par générer encore pas mal d’électricité.

Parfois soudains, les orages font souvent l’objet d’une alerte météo.

Selon Météorage, opérateur national de détection de foudre basé à Pau, affilié à Météo France, ces six derniers mois resteront les plus foudroyés depuis trente ans. Si la statistique vaut pour la France, l’Auvergne a été particulièrement concernée, avec pas moins de 14 000 impacts de foudres enregistrés depuis le début de l’année.
Particularité de 2018, la précocité des épisodes orageux qui ont démarré dès le mois d’avril. Météorage a comptabilisé 7 941 éclairs nuage-sol en Auvergne rien que pour le mois de mai. Mais c’est le 10 juin que l’activité orageuse a été la plus dense avec 1 994 éclairs nuage-sol. Météorage dispose d’une vingtaine de grosses antennes électro-magnétiques réparties sur tout l’hexagone pour détecter les courts-circuits entre le nuage et le sol. Ces outils permettent donc à 100 mètres près de connaître les points d’impact, et de produire des statistiques.

Les communes auvergnates les plus foudroyées
Ainsi à l’échelle de l’Auvergne, le village du Bouchaud est la commune du département de l'Allier qui a été la plus foudroyée ces dix dernières années, avec 2,07 éclairs détectés au sol par km² et par an. La moins foudroyée est Saint-Eloy-d'Allier avec à peine 0,41 éclair détecté par km² et par an entre 2008 et 2017.
Dans le Puy-de-Dôme, 2,20 éclairs ont été détectés au sol par km² et par an, sur la commune de Grandrif, dans le Livradois-Forez, ce qui en fait, la commune avec la densité de foudroiement la plus élevée du département depuis dix ans. À l’inverse, Beaumont est la ville la moins foudroyée, avec 0,52 éclair détecté au sol par km² et par an.
La commune de Salers, dans le Cantal, a l'activité électrique la plus élevée du département. Météorage relève 2,22 éclairs détectés au sol par km² et par an sur la commune depuis dix ans. La plus faible densité de foudroiement revient à Cros-de-Ronesque avec 0,80 éclair détecté au sol par km² et par an.
Enfin en Haute-Loire, c’est Montusclat qui apparaît comme la commune avec la plus grande activité électrique. On compte 2,39 éclairs détectés au sol par km² et par an sur cette commune. À l'opposé, Saint-Ilpize connaît moins d'épisodes orageux. La commune enregistre une moyenne de 0,70 éclair détecté par km² et par an sur la dernière décennie.

L’art difficile de prévoir

Quand il s’agit d’anticiper les orages, les prévisionnistes restent prudents. «Si on est à même de prévoir un contexte orageux sur une zone étendue, c’est plus délicat de prévoir exactement la localisation des orages, explique Emmanuel Demaël, prévisionniste à Météo France. On va mettre en vigilance un ensemble de départements, mais on sait que tout le monde ne sera pas forcément touché sur l’ensemble du département. Si on veut couvrir le risque spatialement, on va prendre en compte l’ensemble du risque, même sur des zones limitrophes».
Selon Météo France, «sur les quatre dernières années, dans 80% des cas, un département placé en vigilance orange pour orage a bien été concerné par ce phénomène météorologique : des orages forts ou violents se sont produits sur tout ou partie du département». Ce «taux de pertinence» de la vigilance pour orage est en hausse régulière. Sur la période 2004-2009, il atteignait 70%. Des progrès qui s’expliquent par des modèles de prévision de plus en plus affinés, mais qui sont encore insuffisants pour être fiables à 100%.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne