Aller au contenu principal

Coup de projecteur sur les perles des Monts du Velay

Alors que la saison bat son plein, Eric Pauchon producteur à St Julien Molhésabate dans l'Est du département et président du GIE des producteurs de fruits rouges des Monts du Velay, nous a ouvert les portes de son exploitation. Il fait également avec Denis Chirouze responsable technico-commercial, le point sur la production et la commercialisation. Zoom sur…

Eric Pauchon contrôle la maturité de ses fraises.

Pour les producteurs de fruits rouges, le début de l'année n'a pas été simple. Plus que tout le monde, ils ont guetté les trop rares apparitions du soleil. La floraison ayant lieu au printemps, le froid et l'humidité des trois derniers mois ont eu pour conséquence de retarder le début des récoltes. Mais en terme de productivité, ces mauvaises conditions météorologiques ne devraient pas avoir d'effets néfastes, tant sur les volumes que sur les qualités intrinsèques des produits.

Un début de saison perturbé

C’est davantage en terme d'organisation que le bât blesse. « Vers la fin du mois de juin, on est passé de 5°C à 25 °C, en une semaine environ. Les fruits se sont mis à mûrir rapidement, ce qui se traduit par une grosse production journalière. Du coup, nous avons dû mettre les bouchées doubles pour être à jour dans le ramassage, tout en restant attentifs à la qualité des fruits » rapporte Eric Pauchon, producteur à Saint-Julien-Molhesabate.
Sur son exploitation, la journée type commence avec le ramassage, entre six heures du matin et midi. La marchandise est expédiée aux alentours de 12h30. Un ramassage peut également être effectué le soir, au besoin et selon le déroulement de la journée. « On essaye de travailler au moment où il fait le moins chaud », précise-t-il. En pleine saison, c'est-à-dire durant les mois de juillet et août, 25 ramasseurs travaillent dans ses serres. Si Eric Pauchon privilégie la main d'oeuvre locale, il se voit obligé de faire appel à une autre catégorie de main oeuvre saisonnière, plus professionnelle, venue de Pologne. Ces saisonniers, qui représentent 30% des effectifs, sont logés sur place.

Une attention portée sur la qualité

Quant à la commercialisation, le producteur se montre pragmatique. « Le début de saison, en juin, a été très correct. Puis, au début du mois de juillet, nous avons subi la concurrence des importations belges. C'est arrivé au mauvais moment, au plus fort de la saison des fraises. De manière générale, le pic d'activité dans la récolte des fraises se concentre sur deux semaines et cette année, à cause de la météo, il s'agissait de la première quinzaine de juillet. Mais nous avons aussi la chance de proposer un produit de montagne reconnu pour sa qualité et ses spécificités, par exemple des taux de sucre élevés, ce qui en fait un produit recherché. Ce sont autant d'atouts qui peuvent être mis en avant pour se démarquer. Même si tous ne jouent pas le jeu, certains grossistes et centrales d'achat ont le soucis de favoriser la production française ».

Une filière qui «se porte relativement bien»

En tant que producteur mais aussi en tant que président du GIE, Eric Pauchon préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide, convaincu qu'il ne faut pas se cantonner à une période donnée de la saison pour se faire une idée de la santé de la filière, mais observer son évolution sur plusieurs années. « Au sein de notre groupement de producteurs, on a constaté que depuis sa création en 1997, les surfaces, les volumes produits et le chiffres d'affaire ont augmenté. Ce dernier est actuellement de 3,3 millions d'euros contre 300 000 euros environ il y a dix ans. Évidemment, les soucis existent, comme partout, mais le marché demeure porteur, et on peut dire que la filière se porte relativement bien. Nous sommes parvenus à fidéliser une clientèle, si bien qu’en 10 ans, les perles des Monts du Velay ont réussi à se faire une place sur le marché français ».

 

A lire aussi sur La Haute-Loire Paysanne de la semaine 28 :

  • Le GIE des Producteurs de Fruits Rouges des Monts du Velay : une position carrefour entre production et commercialisation.
  • Saison 2010 : de beaux fruits en dépit d'une météo peu clémente.
  • Des variétés sélectionnées.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Agriculteurs, candidats et élus locaux ont participé en nombre à ce temps d'échange au Gaec de la Petite Croix
Le grand oral de trois candidates
Le 27 mai, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont rencontré les candidats de la 1ère circonscription sur le Gaec de la Petite…
Les anciens exploitants ont participé en nombre à l'assemblée générale de la section.
Les anciens exploitants toujours mobilisés !
Le 7 juin, les membres de la Section Départementale des Anciens Exploitants de la FDSEA de Haute-Loire (SDAE 43) se sont réunis à…
Yannick Salgues avec Nathan et les représentants de la FDSEA et des JA tout près de l'antenne relais que l'on aperçoit à gauche.
L'avertissement de la FDSEA et des JA
Alors que la justice a ordonné la suspension provisoire de l'antenne relais, 17 jours après elle était encore en fonctionnement.…
Le Fin Gras du Mézenc a attiré les foules de visiteurs ce dimanche à St Front.
Affluence autour du Fin Gras du Mézenc à Saint-Front
La fin de la saison de commercialisation de l'AOP Fin Gras du Mézenc a été célébrée en beauté le dimanche 5 juin à Saint-Front.…
Les 7 candidats qui ont répondu à l’invitation de la FDSEA et des JA le 3 juin à Saugues.
Problématiques agricoles : les candidats de la 2ème circonscription à l'épreuve
Le 3 juin c'était au tour des candidats de la 2ème circonscription de présenter leurs programmes et ambitions pour l'agriculture…
Le 26 janvier dernier, à l'appel de la FRSEA Auvergne Rhône-Alpes, la mobilisation s'est organisée à  Clermont-Ferrand en soutien aux producteurs de Coopal dont les contrats de productions sont bafoués  par leur opérateur SLVA, filiale de Terra Lacta.
SLVA joue la montre, 300 producteurs de lait menacés
De nouveaux rebondissements dans l'affaire qui oppose la coopérative laitière des Monts d’Auvergne à Coopal.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne