Aller au contenu principal

Contractualisation : La contractualisation est «insuffisamment évoluée et pas encore stabilisée»

Un rapport sur la contractualisation dans le secteur laitier a été remis au ministre de l’Agriculture le 8 février.

La mission du CGAAER estime qu’«il importe de renforcer le rôle, la place des organisations de producteurs (OP) mais aussi d’améliorer leurs performances et de conforter le rôle de leurs présidents».

La contractualisation mise en œuvre depuis 2010 n’a pas été la panacée pour préparer les producteurs à la sortie des quotas laitiers en avril 2015, estime la mission du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) dans le rapport qu’elle vient de remettre au ministre de l’Agriculture, le 8 février. En tout cas ce n’est pas elle qui est en mesure de régler l’équilibre général des marchés qui relève désormais de l’international et notamment des politiques menées par nos partenaires européens qui poussent plus ou moins leur production. Ceci étant, elle n’a pas atteint les objectifs qu’on lui avait fixés.«Le point d’équilibre entre producteurs et acheteurs s’est largement déplacé au détriment des producteurs. Les entreprises, au travers de la contractualisation, se sont assurées un approvisionnement ajusté à leurs débouchés, mais sans toujours répondre aux attentes des producteurs de stabiliser leur revenu et de leur donner plus de visibilité», peut-on lire dans le rapport.D’une façon générale, les auteurs observent que la contractualisation est «insuffisamment évoluée et pas encore stabilisée, appréhendée souvent comme un rapport de pouvoirs entre les différents acteurs de la filière laitière dans leurs relations économique et institutionnelle». Aussi la mission estime que «le dispositif de contractualisation mis en place doit être adapté et qu’en particulier, il importe de renforcer le rôle, la place des organisations de producteurs (OP) mais aussi d’améliorer leurs performances et de conforter le rôle de leurs présidents». Avant de formuler pas moins d’une trentaine de recommandations.Concrètement, la mission propose d’encourager la création d’Associations d’organisations de producteurs verticales (AOP mono-acheteur) en charge de la négociation collective avec leur acheteur et d’AOP «territoriales» ou «horizontales» «pour traiter d’approches collectives de territoire, permettre des échanges et contribuer si possible à une vision partagée des évolutions dans la limite du respect de la réglementation en vigueur relative au droit de la concurrence».


Pressions à Bruxelles

S’agissant de la contractualisation au sein de la filière, les auteurs du rapport proposent que l’interprofession «s’implique fortement dans le processus». Ainsi, le Cniel devrait adopter un accord interprofessionnel précisant notamment les relations OP/acheteur(s). «Le Cniel devrait assurer l’élaboration et/ou l’actualisation, rendue nécessaire par les évolutions réglementaires, notamment de documents cadres (guide de bonnes pratiques, contrat-cadre type) ainsi que la diffusion d’indicateurs économiques», souligne la mission.Quant aux opérateurs économiques, il leur est conseillé, dans le cadre des futurs contrats de deuxième génération, de faire évoluer les formules de calcul du prix «en intégrant le mix-produit de l’entreprise (PGC) et en introduisant une formule de répartition du risque entre les co-contractants et une certaine prise en compte des coûts de production». Autrement dit de lier la rémunération du lait à la production à sa valorisation par l’acheteur, notamment pour ce qui est des produits de grande consommation qui ne sont pas exposés à la volatilité des prix. La mission recommande également d’expérimenter «un contrat long» dans lequel «le transformateur en position centrale, s’étant assuré d’une garantie de débouchés en aval, répercuterait ses besoins par contrat en amont».Enfin la mission recommande de réunir, au niveau communautaire, un groupe de haut niveau consacré à la volatilité du secteur laitier «pour examiner les améliorations à apporter aux dispositions de la PAC en particulier celles du paquet «lait», pour les rendre plus facilement mobilisables en cas de crise grave». Une proposition reprise dans le mémorandum que la France a soumis à Bruxelles.

Actuagri

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne