Aller au contenu principal

Concours de Labour : participer aux éliminatoires cantonaux pour une finale départementale «forte»

Joël Larger, ancien JA et laboureur actif et convaincu, encourage les nouvelles générations d’agriculteurs à participer aux éliminatoires cantonaux.

Championnat départemental d elabour

Retrouvez l'article entier dans la Haute-Loire Paysanne du vendredi 25 juillet 2014.

 

Le labour est une technique de travail du sol courante en Haute-Loire. La plupart des agriculteurs qui s’installent de nos jours sont toujours équipés d’une charrue et savent labourer...
Pourtant d’année en année, ils sont de moins en moins nombreux à participer aux concours cantonaux de labour.
«C’est dommage car ce genre de concours permet aux jeunes de se rencontrer et de mieux se connaître. Et ceux qui remportent la cantonale vont représenter leur canton au niveau départemental» regrette Joël Larger, ancien JA, installé sur le Gaec de Pérouet avec son frère à St Paulien. «Les cantonales de labour, qui programment souvent une animation autour du labour, sont aussi un moyen de parler d’agriculture avec le grand public. Il reste toutefois à veiller à communiquer efficacement en amont de la manifestation (ndlr : cantonale) pour faire venir du monde...» ajoute-t-il. 

Garder une finale départementale forte
Joël Larger invite tous les jeunes agriculteurs à participer aux cantonales de labour notamment pour maintenir une départementale forte. «On doit garder une finale départementale forte avec une trentaine de laboureurs chaque année. Tous les cantons, en particulier ceux qui se trouvent à proximité du lieu où doit se dérouler la finale doivent être représentés ce jour-là. Tout le monde doit faire l’effort de participer.  Vis à vis du grand public, cela contribue aussi à donner l’image d’une agriculture vivante et dynamique.
L’année dernière, la finale de St Maurice de Lignon s’est jouée à 14 laboureurs. C’est insuffisant. D’autant que la finale départementale de labour représente traditionnellement la rentrée syndicale des Jeunes Agriculteurs et de la FDSEA. C’est donc un moment très important et si l’on se retrouve avec très peu de laboureurs, la parole du monde agricole risque d’être moins entendue par le Préfet et les différents élus présents ce jour».
La cantonale de labour n’est qu’une première étape qui peut se poursuivre à l’échelle de la région, de la France, et même de l’Europe et du monde !
(...)
Cette année, la finale départementale se déroulera le 24  août à Craponne-sur-Arzon au lieu dit Aubissoux. Il est encore temps pour vous de passer les éliminatoires cantonaux et peut-être de représenter votre canton à Craponne !
Joël Larger qui est arrivé jusqu’au niveau régional en tant que jeune laboureur, est loin d’avoir décroché avec le milieu de la compétition de labour.
(...)


Véronique Gruber

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez l'article dans son intégralité dans les pages de votre journal la Haute-Loire Paysanne du vendredi 25 juillet 2014.

 

Le labour est une technique de travail du sol courante en Haute-Loire. La plupart des agriculteurs qui s’installent de nos jours sont toujours équipés d’une charrue et savent labourer...
Pourtant d’année en année, ils sont de moins en moins nombreux à participer aux concours cantonaux de labour.
«C’est dommage car ce genre de concours permet aux jeunes de se rencontrer et de mieux se connaître. Et ceux qui remportent la cantonale vont représenter leur canton au niveau départemental» regrette Joël Larger, ancien JA, installé sur le Gaec de Pérouet avec son frère à St Paulien. «Les cantonales de labour, qui programment souvent une animation autour du labour, sont aussi un moyen de parler d’agriculture avec le grand public. Il reste toutefois à veiller à communiquer efficacement en amont de la manifestation (ndlr : cantonale) pour faire venir du monde...» ajoute-t-il. 

Garder une finale départementale forte
Joël Larger invite tous les jeunes agriculteurs à participer aux cantonales de labour notamment pour maintenir une départementale forte. «On doit garder une finale départementale forte avec une trentaine de laboureurs chaque année. Tous les cantons, en particulier ceux qui se trouvent à proximité du lieu où doit se dérouler la finale doivent être représentés ce jour-là. Tout le monde doit faire l’effort de participer.  Vis à vis du grand public, cela contribue aussi à donner l’image d’une agriculture vivante et dynamique.
L’année dernière, la finale de St Maurice de Lignon s’est jouée à 14 laboureurs. C’est insuffisant. D’autant que la finale départementale de labour représente traditionnellement la rentrée syndicale des Jeunes Agriculteurs et de la FDSEA. C’est donc un moment très important et si l’on se retrouve avec très peu de laboureurs, la parole du monde agricole risque d’être moins entendue par le Préfet et les différents élus présents ce jour».
La cantonale de labour n’est qu’une première étape qui peut se poursuivre à l’échelle de la région, de la France, et même de l’Europe et du monde !
(...)
Cette année, la finale départementale se déroulera le 24  août à Craponne-sur-Arzon au lieu dit Aubissoux. Il est encore temps pour vous de passer les éliminatoires cantonaux et peut-être de représenter votre canton à Craponne !
Joël Larger qui est arrivé jusqu’au niveau régional en tant que jeune laboureur, est loin d’avoir décroché avec le milieu de la compétition de labour.
(...)


Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Samuel Vandaele, président de jeunes Agriculteurs.
« Pour une agriculture jeune, dynamique et durable »
Jeunes Agriculteurs vient de publier son rapport d’orientation pour l’année 2021. Un document orienté principalement en direction…
Lot d'agneaux à la vente au marché couvert de Saugues.
La procédure de télédéclaration des aides animales pour la campagne 2021 est ouverte
Depuis le 1er janvier, les agriculteurs peuvent procéder sur le site Telepac (www.telepac.agriculture.gouv.fr) à leurs demandes d…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne