Aller au contenu principal

MontLait
Communiquer davantage sur la démarche et les produits Mont Lait en magasins

Après Lidl, le 25 juin c'était au tour des représentants de l'enseigne Intermarché de rencontrer les producteurs de lait de l'association des producteurs de lait de montagne (APLM).  

Producteurs et responsables de l'APLM et représentants de l'enseigne Intermarché avec les vaches laitières du Gaec du Lavandin.

10 jours après la rencontre avec l'enseigne Lidl, l'APLM organisait un temps d'échanges avec des responsables de magasins de l'enseigne Intermarché sur une exploitation à Chaniat le 25 juin dernier. L'objectif était le même : se rencontrer pour mieux se connaître et mieux collaborer.
3 représentants de l'enseigne Intermarché, Céline Kevers, acheteuse Intermarché pour la région Centre-Est, Jean-Charles Rey, adhérent Intermarché à Billom et Laetitia Vivacqua, adhérente Intermarché à Clermont-Ferrand, ont été reçus par le président et le secrétaire général de l'APLM, Dominique Barrau et Yannick Fialip à Chaniat sur une ferme adhérente à la démarche Mont Lait, le Gaec du Lavandin. Une ferme dont les 3 associés (Maryse et Claude Font et Sébastien Pannefieu) produisent
380 000L de lait par an livrés à Sodiaal et élèvent 420 brebis. Le Gaec adhère à la démarche Mont Lait depuis le départ et ses associés se montrent entièrement satisfaits de ce choix : "Cette année, nous avons reçu un chèque de 2000 euros de la part de l'APLM. Cela ne vous paraît peut-être pas beaucoup mais pour nous ça compte. Et puis c'est hyper valorisant d'aller faire la promotion de notre produit en magasin" explique Maryse Font.

Beau potentiel de production

Dominique Barrau a expliqué le principe de la démarche qui consiste à rétribuer l'ensemble des acteurs et en particulier les producteurs : "En 2019, l'APLM a rétribué 380 000€ aux producteurs et 450 000€ en 2020". Yannick Fialip a fait le parallèle avec Egalim 2 dont "l'esprit est intéressant" et “Mont Lait qui se trouve totalement dans cette démarche de valorisation des produits agricoles". Le président Barrau a par ailleurs donné un chiffre qui ne laisse pas indifférent les représentants de la distribution : le potentiel de production de l'APLM. Avec 400 fermes adhérentes et propriétaires de la marque, "nous avons un potentiel de production de 140 millions de litres de lait et nous vendons à ce jour 11,5 millions de litres sous marque Mont Lait". "Vous avez une sacrée marge de progrès !" soulignera la directrice des achats d'Intermarché.
Les représentants d'Intermarché ont souhaité en savoir un peu plus sur les spécificités du lait Mont Lait : Il est, certes, produit en montagne "mais Il a quoi de différent votre lait ?". Pour répondre à cette question, Dominique Barrau a déroulé les résultats des recherches conduites par l'INRA sur les laits de montagne "qui se caractérisent par un équilibre entre oméga 3 et 6 et un goût différent grâce à des terpènes naturellement hauts". C'est sur ces bases-là que l'APLM a récemment élaboré son cahier des charges désormais opérationnel.

Justifier un prix visuellement

Les représentants d'Intermarché ont insisté sur l'importance de communiquer davantage dans les rayons. "Il faut justifier un prix visuellement en communiquant. Vous avez une charte, la montagne, et un retour au producteur..." lance Laetitia Vivacqua et "si vous ne communiquez pas sur votre démarche, c'est dommage. Il faut arriver à synthétiser les intérêts au niveau qualitatif de votre lait. C'est important car les consommateurs sont de plus en plus attentifs à leur santé" a souligné Jean-Charles Rey qui encourage l'APLM à installer des oriflammes et autres QR code dont les jeunes consommateurs sont friands. De son côté, l'acheteuse Céline Kevers a confirmé que payer les produits un peu plus cher pour rétribuer les producteurs commence à rentrer dans les mœurs. Une bonne nouvelle pour les producteurs.
Après ces discussions constructives, les représentants d'Intermarché ont pu découvrir le fonctionnement d'une ferme adhérente à la démarche Mont Lait en faisant le tour du Gaec du Lavandin.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Yannick et Frédéric Salgues sont inquiets pour la santé de leur troupeau.
Des vaches perturbées et des éleveurs inquiets… à Mazeyrat d'Allier, l'antenne 4G est visée
À Mazeyrat d'Allier, les associés du Gaec du Coupet sont démunis face à leur troupeau en détresse, victime, selon eux, des…
Vache abondance
SODIAAL et déclassage du lait biologique : à quand la fin de la mascarade ?
JA Aura réagit face à l'annonce de la coopérative laitière Sodiaal sur le prix du lait bio. Tribune….
Fabrice Bouquet et Anne Rogues, passage de relais à la direction de la FDSEA
Anne Rogues est la nouvelle directrice de la FDSEA
Le directeur Fabrice Bouquet a quitté son poste, le 1er septembre 2021, après 4 années passées à la direction du syndicat…
Les organisateurs de l'événement avec Julien Michel et ses animaux qui participeront à la journée allaitante  à St Paulien.
Journée allaitante, rendez-vous le dimanche 19 septembre à Saint-Paulien
Dimanche 19 septembre, les plus beaux animaux allaitants du département ont rendez-vous à la halle du Chomeil de St Paulien. Une…
Paysages du brivadois, Paysas Bas
La profession demande un délai d'un an pour les nouvelles zones vulnérables
FDSEA, JA et Chambre d'Agriculture de Haute-Loire dénoncent une trop rapide mise en application des programmes d'actions pour les…
Troupeau charolais s'abreuve au pré
Aide à l’abreuvement : c’est le moment d’investir !
Le Conseil régional prolonge son aide à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage. Dépôt de dossier jusqu’au 6 octobre
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne