Aller au contenu principal

Elevage
Comment déterminer les aides bovines couplées ?

L’Idele a dévoilé une esquisse de ce que serait la nouvelle répartition des aides couplées du premier pilier en production bovine. Les aides couplées ABA et ABL sont fusionnées en un dispositif unique. En production allaitante, il n’y aurait que des perdants.

Troupeau de limousines

En 2023 sera lancée la nouvelle réforme de la PAC. Le nouveau mode de calcul des aides animales du premier pilier de la PAC, tel qu’il est actuellement envisagé repose sur des critères de productivité et d’extensification*. Il dissuade la détention de troupeaux peu fertiles. Les aides ABA (Aide bovin allaitant) et ABL (Aide bovin laitière) sont supprimées et remplacées par une aide unique par UGB (Unité de gros bovins) de plus de 16 mois : avec deux niveaux de paiement (un niveau de base et un niveau supérieur) et  dans la limite de 120 UGB par UTH non salarié (dont un maximum de 40 UGB au niveau de base) et d’un chargement qui ne devra pas excéder 1,4 UGB/ha de surface fourragère principale (SFP) ; celle-ci étant définie selon les critères requis pour bénéficier des Indemnités compensatoires de handicap naturel (ICHN). " Mais ce ratio de 1,4 UGB/ha ne sera pas appliqué si l’élevage comprend moins de 40 UGB afin de ne pas pénaliser les ateliers d’engraissement ", explique Hélène Fuchey, chargée de mission à l’Idele.

Les catégories d’animaux éligibles

Les UGB éligibles au niveau du paiement supérieur sont :

- les vaches allaitantes et les génisses allaitantes de plus de 16 mois. Mais le nombre d’animaux éligibles à ce niveau de paiement supérieur ne doit pas excéder deux fois le nombre de veaux de type viande nés et détenus sur l’exploitation. Par exemple, pour 27 veaux allaitants nés (et détenus + 90 jours), le nombre d’UGB femelles allaitantes de plus de 16 mois est de 54.

- Les effectifs en UGB de bovins mâles de plus de 16 mois (toutes races confondues) dans la limite du nombre de vaches allaitantes et laitières identifiées. Par exemple, 54 UGB mâles pour 54 vaches.

Les animaux éligibles au paiement de base sont :

- les vaches et génisses allaitantes qui excèdent le ratio 2 fois le nombre de veaux nés ;

- les bovins mâles qui excèdent le ratio " nombre de vaches allaitantes " ;

- les vaches de races laitières ou mixtes. La durée de détention des animaux est de 6 mois avec éventuellement un rattrapage pour les animaux vendus (à +16 mois).

Des crédits ajustés chaque année

Pour 2023, le paiement supérieur serait de 104 € par UGB et le paiement de base de 57 €. Les années suivantes, les montants des paiements supérieurs et des paiements de base sont susceptibles d’évoluer en fonction des effectifs des animaux recensés et de la clé de répartition des enveloppes de crédits de la PAC alloués aux aides couplées.

Mais une partie de l’enveloppe allouée aux aides bovines (695 millions d’euros {M€}) et aux aides caprines et ovines (155 M€) sera réaffectée chaque année pour financer le plan protéines végétales et accroître l’aide versée aux protéagineux. Les crédits passeraient ainsi de 155 M€ à 236 M€ entre 2023 et 2027. Mais comparée à l’enveloppe allouée en 2020, 40 M€ en moins seront d’ores et déjà réservés pour financer les aides couplées bovines. " Les plafonds de 120 UGB ou 1,4 UGB/ha sont souvent vite atteints dans les élevages. Aussi, les systèmes de production allaitants perdront en moyenne 17 % d’aides couplées ", précise Hélène Fuchey. " Ces pertes seront très liées au système d’élevage et peuvent atteindre 30 % du montant perçu les années passées. Ces baisses s’ajouteront à la convergence des droits à paiement de base (DPB) qui impactera les détenteurs de droits les plus importants ". Les nouveaux installés ne bénéficieraient pas d’un régime d’aides plus favorable. Le sort des producteurs de veaux sous la mère n’est pas scellé.

* Rien n’est encore défini avant la validation du plan stratégique à la fin de l’année 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Génisses limousines mangeant du foin au cornadis.
Mesure alimentation animale du plan de résilience : préparez-vous !
L’ouverture du téléservice permettant de demander la mesure « alimentation animale » pourrait débuter à partir de la 2ème…
Les éleveurs constatent un regain d'activité chez les vautours et les corbeaux autour des exploitations. Ici Cédric Lin avec son troupeau de Bizet.
L'agnelage : période critique en présence de vautours et de corbeaux
Les agnelages de printemps attirent les vautours et les corbeaux dans les pâturages. Deux exploitations de Haute-Loire déplorent…
Les fruits et légumes restent des produits clés sur  le marché bio, notamment en magasins spécialisés  et dans la région AuRA.
Les bons résultats des Fruits rouges des Monts du Velay
Regroupant des producteurs de Haute-Loire et d’Ardèche, le GIE Fruits rouges des Monts du Velay affiche de bons résultats sur la…
Étienne Liautaud et Laurent Beraud.
Étienne Liautaud remplace Laurent Beraud à la présidence du groupement
Le groupement des producteurs de Lentilles Vertes du Puy s'est réuni le 6 mai à St Christophe/Dolaison. À l'ordre du jour : bilan…
Annonce légale
Une annonce légale à diffuser ?
Vous souhaitez diffuser une annonce légale dans le département de la Haute-Loire, déposez-la directement sur la Haute Loire…
Narcisse, de Richard Tholance est championne laitière Abondance.
Narcisse, Nikita et Myosotis, les grandes championnes laitières
Le week-end dernier, 23 et 24 avril, la 7ème édition des Journées Laitières de Haute-Loire, organisée par la Chambre d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne