Aller au contenu principal

Comment choisir sa mélangeuse ?

L’outil entre de plus en plus dans les fermes mais attention à bien réfléchir car l’investissement reste important. Un article extrait du dossier alimentation animale que vous trouverez dans la Haute-Loire Paysanne du 11 septembre 2020.

Une ration facile et rapide.

■Les mélangeuses gagnent les élevages tant de bovins laits qu’allaitants. L’augmentation de la taille des troupeaux, la diminution de la main d’oeuvre, le souhait de réduire la pénibilité de son travail ou encore d’optimiser la ration alimentaire, sont autant de raisons poussant à l’investissement. Malgré la généralisation de cet outil, son coût reste important, y compris à l’utilisation, d’où l’intérêt de bien choisir son matériel.


Intérêts alimentaires et autres
La mélangeuse est avant tout faite pour les éleveurs ayant un certain nombre d’animaux et qui doivent distribuer régulièrement voire quotidiennement, suivant les saisons, de la nourriture.
L’outil permet ainsi :
- de peser la ration réduisant ainsi le gaspillage et donc de mieux gérer ses stocks,
- la ration mélangée fait consommer plus de fibres aux animaux réduisant ainsi les risques d’acidoses,
- de réduire la pénibilité du travail puisque la mélangeuse permet une distribution rapide. Distribuer de gros volumes et différents aliments n’est alors plus une contrainte.
Lors du choix de la machine ce qui prévaut est son volume. Une machine trop petite mélangera moins bien les aliments et verra sa durée de vie réduite considérablement. Les différentes informations agronomiques conseillent en moyenne 0,2 m3 par vache laitière et moitié moins pour un jeune bovin. Les aliments utilisés ont aussi leur importance puisque l’on compte environ 40 Kg de paille /m3, 700 Kg de concentré /m3 ou encore 350 Kg d’ensilage de maïs /m3.


Trois types de machines
Dans la famille des mélangeuses il y en a trois sortes : vis horizontales, vis verticales et à pales. Chaque type de machine a une utilisation particulière.
La mélangeuse à vis horizontale est polyvalente. Elle permet d’intégrer tous types de fibres ou de coproduits sans les abîmer lors du mélange. Son principal défaut est d’avoir une durée de vie décevante.
En revanche, la mélangeuse à vis verticale (ou bol)  se révèle plus solide. Tout aussi polyvalente, elle mélange également toutes les fibres et avale même des balles entières. Attention cependant, la hauteur de chargement est importante.
Enfin, la mélangeuse à pales est la moins adaptable de toutes. Son temps de mélange est long et la machine n’accepte pas une grande quantité de fibres. Son seul avantage est d’offrir une ration très aérée.
■Les mélangeuses gagnent les élevages tant de bovins laits qu’allaitants. L’augmentation de la taille des troupeaux, la diminution de la main d’oeuvre, le souhait de réduire la pénibilité de son travail ou encore d’optimiser la ration alimentaire, sont autant de raisons poussant à l’investissement. Malgré la généralisation de cet outil, son coût reste important, y compris à l’utilisation, d’où l’intérêt de bien choisir son matériel.
Intérêts alimentaires et autres
La mélangeuse est avant tout faite pour les éleveurs ayant un certain nombre d’animaux et qui doivent distribuer régulièrement voire quotidiennement, suivant les saisons, de la nourriture.
L’outil permet ainsi :
- de peser la ration réduisant ainsi le gaspillage et donc de mieux gérer ses stocks,
- la ration mélangée fait consommer plus de fibres aux animaux réduisant ainsi les risques d’acidoses,
- de réduire la pénibilité du travail puisque la mélangeuse permet une distribution rapide. Distribuer de gros volumes et différents aliments n’est alors plus une contrainte.
Lors du choix de la machine ce qui prévaut est son volume. Une machine trop petite mélangera moins bien les aliments et verra sa durée de vie réduite considérablement. Les différentes informations agronomiques conseillent en moyenne 0,2 m3 par vache laitière et moitié moins pour un jeune bovin. Les aliments utilisés ont aussi leur importance puisque l’on compte environ 40 Kg de paille /m3, 700 Kg de concentré /m3 ou encore 350 Kg d’ensilage de maïs /m3.
Trois types de machines
Dans la famille des mélangeuses il y en a trois sortes : vis horizontales, vis verticales et à pales. Chaque type de machine a une utilisation particulière.
La mélangeuse à vis horizontale est polyvalente. Elle permet d’intégrer tous types de fibres ou de coproduits sans les abîmer lors du mélange. Son principal défaut est d’avoir une durée de vie décevante.
En revanche, la mélangeuse à vis verticale (ou bol)  se révèle plus solide. Tout aussi polyvalente, elle mélange également toutes les fibres et avale même des balles entières. Attention cependant, la hauteur de chargement est importante.
Enfin, la mélangeuse à pales est la moins adaptable de toutes. Son temps de mélange est long et la machine n’accepte pas une grande quantité de fibres. Son seul avantage est d’offrir une ration très aérée.
Mélodie Comte ; Source Entraid’

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Rendez vous en Terrain JA au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont pour l'installation de Adrien Riocreux.
Rendez-vous en terrain JA sur une exploitation mixte, chèvres et vaches, tournée vers l'avenir
Dans le cadre de leurs Rendez-vous en Terrain JA, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire ont mis en avant l'installation d'Adrien…
Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Laine de BMC et de Noire du Velay.
Tricolor, un collectif pour développer une filière lainière à haute valeur ajoutée
Alors que la filière lainière est en difficultés depuis plusieurs années, un collectif “Tricolor“ est en cours de création pour…
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Robot distributeur d'alimentation sur vaches laitières au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont.
Le robot distributeur d'alimentation, un ouvrier à temps plein
Au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont, les associés ont opté pour une alimentation robotisée plutôt qu'un robot de traite.
Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et administrateur FNSEA
Réorienter l'aide sociale vers l'alimentation
Interview de Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et administrateur FNSEA
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne