Aller au contenu principal

OVINS
Comment améliorer son coût de production ?

Les cours porteurs de la viande ovine confortent le revenu des éleveurs, mais la hausse des coûts de production vient contrarier cette embellie.

Selon les types de conduites d’élevage, les prix de revient des agneaux sont très différents.
L’analyse des 62 élevages des Réseaux Auvergne, Loire, Rhône et Bourgogne, regroupés en trois catégories d’ateliers ovins (zone herbagère, zone de montagne et zone céréalière), a permis de déceler les composantes et leviers d’amélioration technique du coût de production en élevage ovin.
Sur la méthode d’abord, François Madeuf, technicien ovin à Copagno explique que « le calcul du coût de production est une méthode qui permet à la fois la comparaison entre fermes et entre productions ». Et d’estimer que cet outil est une « nouvelle manière d’aborder les données technico-économiques recueillies dans les élevages rapportées à la production de kilos de carcasse d’agneaux ». Les produits affectés à l’élevage ovin sont composés : du prix de vente relativement proche selon les trois types d’ateliers (5,6 euros pour l’agneau herbager, 5,4 euros pour l’agneau de montagne et 5,7 euros pour l’agneau de plaine céréalière) ; des autres produits (0,5 euro/kilo) et des aides dont le niveau dépend surtout de la réglementation. « D’un producteur d’agneau, l’agriculteur devient principalement un fournisseur de viande. Il doit donc dorénavant intégrer dans sa réflexion des composants relatifs aux critères de qualité, aux coûts et aux volumes », estime Serge Figon, conseiller de gestion au CER France 43.

Augmenter la productivité
D’où l’intérêt, de calculer au plus juste son prix de revient, qui correspond au prix de vente nécessaire pour rémunérer l'éleveur à hauteur d'1,5 SMIC. Le réseau d’élevage ovins constate de fortes disparités du prix de revient selon les systèmes (5,7 € pour l’agneau d’herbe, 6,4 pour l’agneau de montagne et 7,1 pour l’agneau de plaine). Pour autant, un prix de revient inférieur au prix de vente est un objectif atteignable à condition toutefois d’augmenter la productivité du troupeau ou de diminuer la consommation d’aliment. Pour Michèle Boudoin, éleveuse dans le Puy-de-Dôme et présidente du COREL ovins, « face à la gestion des aléas climatiques et à la recherche d’autonomie alimentaire, il est indispensable de privilégier une gestion technico-économique fine de l’exploitation ». Cette gestion doit bien évidemment intégrer la productivité de la main-d’œuvre, exprimée en kilos carcasse. Elle est de 9000 kgc en moyenne pour les trois types d’ateliers, dans les fermes en réseau. Pour un même type d’atelier, la variabilité est cependant très forte (de 2000 à plus de 15000 kg). L’objectif de 10 tonnes/UMO est atteint par deux élevages sur cinq. Autant dire que des marges de progrès existent.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne