Aller au contenu principal

Collectif : Thomas Diemer : simplement président

Rien ne prédestinait Thomas Diemer à devenir président de JA national.

Thomas Diemer : simplement président
C’est l’aboutissement d’un engrenage fait de prises de responsabilités crois- santes au sein du réseau. Presque un accident, selon lui, mais pas tout à fait. Car le jeune homme est pétri de qualités, la première étant la modestie
Le 5 juin 2014, lors du congrès des Jeunes Agriculteurs qui se déroulait à Saint-Brieuc, Thomas Diemer a été élu président natio- nal de Jeunes Agriculteurs à 31 ans. Après un parcours de for- mation classique - baccalauréat technologique puis BTS Analyse et conduite de systèmes d’ex- ploitation au lycée agricole d’Obernai - le jeune homme met un premier doigt dans l’engrenage en suivant les cours dispensés à l’Ecole des cadres, qui forme les futurs responsables agricoles en Alsace, durant deux hivers.

Compétent, sérieux et passionné
Sa formation achevée, Thomas Diemer, s’installe en 2005 sur l’exploitation familiale située à Hurtigheim, dans le Bas-Rhin. Parallèlement, il s’investit doucement mais sûrement au sein du réseau JA : secrétaire puis président de son canton de Truchtersheim de 2008 à 2011, -il participe activement à la préparation des Terres à l’envers, événement qui avait mobilisé tout le réseau, et plus particulièrement les Jeunes Agriculteurs du Bas-Rhin en septembre 2011. Rappelons que cette finale nationale et européenne de labour avait été l’occasion d’organiser une grande manifestation sur plus de 120 ha aux portes de Strasbourg, avec 150 000 visiteurs. Thomas Diemer était alors responsable des animations, de la soirée de gala et du pétale Alsace. Dès 2010, il fait son entrée à JA national, d’abord en tant qu’administrateur puis en tant que trésorier. Au sein du bureau national, il est responsable du foncier et de la distribution des produits agricoles. Deux dossiers qui lui tiennent à cœur. « Au départ, j’étais motivé par le dossier de l’installation, explique Thomas Diemer. Or l’accès au foncier reste le premier frein à l’installation. Il faut donc le préserver et donner la priorité aux jeunes qui s’installent». Et quand il s’agit de la distribution, Thomas Diemer sort de sa réserve naturelle pour se montrer offensif : « On ne peut pas se satisfaire de ce que la grande distribution fait avec les produits agricoles, c’est-à-dire surfer sur leur image, sans les valoriser davantage. Il faut moraliser et assainir les relations entre l’amont et l’aval. Mais aussi être pro-actif pour dégager de la valeur ajoutée et conforter notre revenu. Les agriculteurs sont légitimes à se saisir de la distribution pour mieux valoriser leurs produits. C’est vrai pour les filières courtes, mais aussi pour les filières longues. Comme nos parents se sont saisis du tourisme vert, notre génération doit investir la distribution.»


Investir la distribution

C’est ainsi que Thomas Diemer s’est retrouvé à la tête du syndicat jeune : en se passionnant pour ses dossiers. «J’ai chaque fois voulu m’investir davantage, et j’ai toujours été soutenu par l’ensemble du réseau JA et la profession agricole. Pour moi, accéder à cette fonction, c’est l’occasion de faire mes preuves, mais surtout de défendre et de faire entendre les idées émanant du réseau.» C’est donc avec sa modestie habituelle, légendaire chez ceux qui le connaissent bien, que Thomas Diemer aborde son mandat : «Chez JA, par définition, on est tous de passage, puisqu’il y a une limite d’âge. Mais si le turn over est important, les idées restent. Nous sommes avant tout 5 000 adhérents de base qui souhaitent agir car ils veulent une agriculture qui leur ressemble. C’est la force de notre réseau.» L’autre force du réseau que souligne le nouveau président, c’est le capital sympathie dont bénéficient les jeunes : «Cela nous permet de tenir un autre discours que celui de nos aînés, des autres OPA. Même si on se trompe, il faut oser, encore et encore, pour faire bouger l’ensemble de la profession.»


BÉRENGÈRE DE BUTLER
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne