Aller au contenu principal

Cœur de Gamme : La victoire au « Carrefour » de la mobilisation

Après Lactalis sur le lait, les éleveurs ont fait plier Carrefour sur la viande. Les opérations coup de poing menées par le réseau FNSEA-JA ont permis «de ramener du prix».

Mobilisation des éleveurs auvergnats, mercredi dernier au Carrefour d’Issoire.

Mobilisés à l’appel de la FNB, et du réseau FRSEA-JA, une délégation d’éleveurs du Massif central, venus notamment du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et du Cantal ont convergé mercredi dernier, à Issoire(1). Leur cible : le magasin Carrefour, l’un des plus grands hypermarchés d’Auvergne, qui refusait jusqu’alors d’entrer dans le Cœur de Gamme. Une démarche imaginée par les éleveurs pour assurer un prix rémunérateur au producteur prenant en compte ses coûts de production. Si le réseau System U a rapidement « accroché », en signant une charte d’engagement, le 1er juin dernier, force est de constater que d’autres distributeurs comme Carrefour ont longtemps traîné des pieds.


Rallier le consommateur

«Les distributeurs n’avancent pas tous d’un pas volontaire. En refusant de s’engager pour la création du cœur de gamme, Carrefour a longtemps écarté l’idée de proposer un produit de qualité pour le consommateur à un prix rémunérateur pour le producteur », avance Jean-Paul Thénot, membre  de la section bovine du Puy-de-Dôme. C’est bien ce message, qu’ont porté les agriculteurs présents à Issoire auprès des consommateurs. Ils n’ont pas eu de peine à les rallier à leur cause. « Ils ont raison de se battre. C’est indécent, tous ces groupes qui s’enrichissent sur le dos des producteurs. Enfin, il y a bien quelque chose qui ne tourne plus rond quand le prix des produits que nous achetons est de plus en plus cher et que ceux qui sont au début de la chaîne n’en finissent pas de tirer le diable par la queue », témoigne Yvette, une consommatrice. Les quelques tas de fumier éparpillés aux abords du magasin et à l’entrée ont sans aucun doute importuné davantage les responsables du magasin que les clients. Sans compter que brocarder devant l’enseigne Carrefour, des panneaux invitant les consommateurs à acheter leur viande chez System U, forcément ça n’a pas été du goût des dirigeants. La multiplication de ce type d’actions partout en France aura finalement contraint les dirigeants de la GMS à rejoindre la table des négociations.


Valoriserles races à viande

À l'issue d'une réunion de trois heures avec des représentants de Carrefour, dont le PDG Georges Plassat, la FNB a annoncé avoir conclu un accord avec le distributeur, ouvrant ainsi une «nouvelle ère» pour les éleveurs. L'enseigne s'est engagée à présenter dans les rayons de tous ses magasins au moins 50% de « cœur de gamme», autrement dit de la viande provenant de bovins spécifiquement élevés pour leur viande et pas des vaches «de réforme». Carrefour a aussi accepté de définir la rémunération des éleveurs en fonction de leurs coûts de production. Le prix de la viande sera ainsi révisé trimestriellement sur la base de ces coûts. «C’'est historique, cela ne s'était jamais fait jusqu'à ce jour avec une enseigne », a commenté le président de la FNB, Jean-Pierre Fleury, qui espère «une application dès la semaine prochaine (ndlr : cette semaine) ». Autre avancée significative, la mise en place chez Carrefour d’un processus de traçabilité inversée pour garantir que l'argent que va injecter le groupe descende bien chez le producteur. «Cela va bouleverser la relation commerciale », selon le président de la FNB. Enfin, un logo spécifique va être conçu pour mettre en avant le coeur de gamme. De son côté, Carrefour s'est dit satisfait de l'accord trouvé mercredi. Comme dirait le dicton, « il n’y a que les… qui ne changent pas d’avis ». Reste désormais à rallier les Lidl, les Leclerc, les Casino, les Auchan et autres… dans le cœur de gamme. Les éleveurs comptent bien s’y employer.

Sophie Chatenet


(1) Au même moment, des manifestations similaires se sont déroulées notamment à Quetigny en Côte d’Or et à Ecully dans le Rhône.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne