Aller au contenu principal

Chien : «Pour un retour du chien de berger d’Auvergne dans nos fermes»

Jusque dans les années 1980, un chien “à tout faire” travaillait aux côtés des éleveurs en Auvergne. Une association de sauvegarde oeuvre à son retour dans les fermes.

Un chien de berger qui fait partie du patrimoine et de l’histoire de la région.

Autrefois, les fermes d’Auvergne et du Massif Central pouvaient compter sur un chien de travail réputé pour son intelligence et son aptitude au travail. Non il ne s’agit pas du Border Collie, mais bien d’un chien de berger spécifique à la région. Issu d’une population « bâtarde » pour certains, ce chien a été redécouvert en mai 2014 dans quelques fermes auvergnates et une association de sauvegarde se charge à l’heure actuelle de sa réhabilitation.La mission de sauvegarde s’est rendue dans le Cantal et a abouti à l’inventaire d’une dizaine d’individus.Le professeur Jean-François Courreau, spécialiste des chiens de berger, souligne «une homogénéité frappante au sein de ces différents chiens, même si, de prime abord, leur phénotype est assez varié».«De taille moyenne, environ 50 cm au garrot, ces chiens ont un poids moyen autour de 20 kg pour une femelle, et de 23 kg pour un mâle. la morphologie est typique des chiens de berger français ; les chiens sont de construction légère à assez robuste. La tête est longue avec un crâne plutôt étroit et un museau fin à tendance conique ; le stop est léger, les oreilles sont tombantes à semi-tombantes, les yeux ronds sont jaunes, orangés ou noisette selon la couleur de robe (de fauve clair à fauve fortement charbonné, quelquefois bringé, noir, marron, noir et feu, avec ou sans blanc), les lèvres sont peu pendantes. Le corps est parfaitement équilibré, un peu plus long que haut ; la queue est longue et bien incurvée, quelquefois courte naturellement, les ergots sont fréquents. La robe se présente le plus souvent sous un poil court à très court, dense, mais aussi sous un poil mi-long avec des franges aux membres, rarement sous un poil dur» décrit l’association de sauvegarde des chiens de berger d’Auvergne. (ASCBA)Côté aptitudes, il s’agit d’un chien «à tout faire». Agile, souple d'utilisation, avec une aptitude innée au travail sur troupeau, il se démarque particulièrement pour le gardiennage des vaches. Mais il est « aussi bon dans les troupeaux que pour garder la maison (« garder la porte ») ou même pour chasser ».Bien adapté aux hivers auvergnats, les bergers d’Auvergne sont résistants, très intelligents, dotés d’un caractère affirmé mais néanmoins faciles. «Le berger d’Auvergne doit rester avant tout un chien de travail, sélectionné sur le mental. Son travail, bien que moins précis que celui du Border Collie, reste très efficace. Il est motivé autant sur ovins que sur bovins» souligne l’ASCBA.Les éleveurs rencontrés se montrent aujourd’hui enthousiastes quant àl’idée de voir réhabiliter leur chien de berger, proposant même de faire saillir leurs chiennes pour sauver cette race qui fait partie du patrimoine et de l’histoire de la région. Beaucoup d’éleveurs semblent également prêts à reprendre à la ferme des bergers d’Auvergne.

Véronique Gruber d’après communiqué de l’ASCBA

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne