Aller au contenu principal

Commercialisation
C'est parti pour la saison 2022 du Fin Gras du Mézenc !

Le 30 janvier, 27 bovins élevés dans les règles de l'art de l’AOP Fin Gras du Mézenc étaient en exposition-vente au Monastier/Gazeille. Une nouvelle saison de commercialisation est ouverte...  

Une exposition-vente réussie au Monastier ce dimanche 30 janvier.

Dimanche 30 janvier, c'était le grand jour pour la filière AOP Fin Gras du Mézenc. Pour célébrer l'ouverture de la saison de commercialisation 2022 de cette viande de bœuf persillée tant appréciée du consommateur, une exposition-vente était organisée par l'association Fin Gras du Mézenc avec l'appui de la municipalité du Monastier/Gazeille sur le site du marché couvert aux bestiaux ; une nouvelle façon d'ouvrir la saison. "Nous avons souhaité redynamiser notre journée de lancement de saison en créant un événement nouveau. Il s'agit de renouer avec la tradition des foires du Mézenc pour mettre en avant les génisses et bœufs auprès des bouchers et grossistes et des visiteurs" a signalé Anthony Jouffre, vice-président de l'Association Fin Gras du Mézenc. "Cette exposition-vente est une belle manière de mettre en valeur les particularités de nos animaux de type Fin Gras, en races pures ou croisés (Charolais, Aubracs, Limousins), bien finis avec une bonne conformation mais sans excès. Nos bovins sous appellation ont une croissance lente et régulière tout au long de leur vie" explique le trésorier et éleveur Franck Chazalon.

Tous les acteurs de la filière
au rendez-vous

27 génisses et bœufs élevés dans la plus pure tradition, au foin et à l'herbe sur le terroir du Mézenc et engraissés durant le dernier hiver avec du foin naturel produit localement, ont été installés dans le bâtiment pour être certes admirés mais surtout achetés. Même si cette année, la grande majorité de ces animaux, issus de 11 fermes, ont été achetés au préalable, les acteurs de la filière redoutant jusqu'au dernier moment que l'expo-vente soit annulée en raison de la crise sanitaire de Covid-19.
C'était une belle journée pour les éleveurs. Reconnaissables entre tous avec leur blouse noire, leur foulard rouge et leur chapeau de feutre noir ; ils étaient heureux de pouvoir enfin se retrouver après deux années de privation... Les acteurs aval de la filière, bouchers, grossistes et restaurateurs membres de l'appellation, étaient eux aussi au rendez-vous au Monastier. Certains d'entre eux étaient même tout nouveaux ! C'est le cas de Rémy Chambert propriétaire de la boucherie du Pilat à St Genest Malifaux. Ce jeune boucher tenait à se rendre au Monastier pour voir l'animal qu'il a acheté auprès du Gaec des Bruyères à St Front. "C'est la première année que je commercialise du Fin Gras du Mézenc. Je fais un essai car j'ai beaucoup de demandes de la part de mes clients... Je suis content de l'animal que j'ai acheté ; élevé à la manière du Fin Gras, il n'est pas poussé. Il est élevé longtemps et mange régulièrement... tout doucement. C’est ce que je recherche" signale le boucher.
L'éleveur, Franck Montes, du Gaec des Bruyères (25 laitières et 30 allaitantes avec leur suite), producteur de Fin Gras du Mézenc de longue date, était très fier d'avoir vendu son bovin à un  nouveau boucher de la Loire.

Des jeunes qui s'installent
Du point de vue économique, cette année les prix du Fin Gras du Mézenc sont un peu plus élevés. "Les prix ont suivi la légère tendance haussière de la viande. Le prix moyen d'un animal Fin Gras du Mézenc atteint les 6 euros le kg de carcasse ; toutefois, il faudra attendre la fin de la saison pour connaître ce prix avec exactitude" indique Franck Chazalon qui signale par ailleurs la stabilité du nombre d'animaux destinés à être commercialisés sous appellation avec 1324 animaux engraissés (1295 en 2021) par 96 exploitations cette année.  "Les dégâts causés par les rats taupiers et les sécheresses successives contribuent certainement à expliquer cette stabilité dans la production après plusieurs années de forte progression". Le trésorier reste optimiste pour l'avenir de l'appellation car de jeunes éleveurs sont en cours d'installation : "C'est à la fois encourageant pour l'avenir de l'AOP et dynamisant pour les éleveurs en place. Toutefois, il faudra faire preuve de vigilance concernant la reprise des exploitations dont les agriculteurs atteignent l'âge de la retraite. On a une AOP et il serait dommage que la quantité d'animaux diminue par manque d'exploitations !".


Rendez-vous les 4 et 5 juin !
La viande Fin Gras du Mézenc sera disponible auprès des 150 points de vente en boucheries et de 51 restaurants d'ici 10 à 15 jours. Les producteurs vous donnent par ailleurs rendez-vous les 4 et 5 juin 2022 pour la fête annuelle du Fin Gras à Saint-Front.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne