Aller au contenu principal

Céréales : Zoom sur un chantier de mise en boudin de céréales immatures

Ce lundi matin 13 juillet, sur l’exploitation du Gaec de Sucheron à Roche-en-Régnier, nous avons assisté à un chantier de mise en boudin de céréales immatures.

Le chantier avance au rythme de 10 m de boudin à l’heure.

Ce lundi matin, la famille Maurin du Gaec du Sucheron à Roche en Régnier attend l’entrepreneur pour mettre 30 tonnes de céréales en boudin. Triticales et blés ont été moissonnés il y a deux jours, à un stade immature afin d’être stockés et conservés selon une méthode qui tend à se développer.
C’est l’entreprise Chapat de Rosières, la seule équipée d’une boudineuse pour le grain en Haute-Loire, qui intervient donc au Gaec. À son arrivée sur le chantier, M. Chapat installe l’équipement, tracteur et boudineuse, sur le lieu même où sera fabriqué le boudin. L’engin en place, il règle la position de la vis, et c’est alors à Jean-François Maurin d’approcher sa remorque remplie de grain qui devra suivre en parallèle la machine.
Tout est prêt ; le chantier commence. Le grain tombe dans un grand entonnoir, puis est repris par la vis qui l’amène dans la trémie sous laquelle se trouve l’aplatisseur. Le grain est donc aplati puis amené par une autre vis jusqu’au boudin préalablement solidement fermé à son extrémité. Lentement au rythme de 10 m de boudin à l’heure, la farine - à laquelle est ajouté un conservateur biologique ou pas au choix de l’agriculteur- entre dans le boudin qui est alors gonflé. Au long du chantier, l’entrepreneur comme l’agriculteur avanceront tout doucement pour qu’un boudin d’un mètre de diamètre environ se forme. Une fois toutes les céréales à l’intérieur, le boudin sera fermé et pourra se conserver tout l’hiver.
L’exploitant viendra alors prendre à la pelle l’équivalent d’une ration journalière et la mettre dans la mélangeuse pour complémenter ses vaches laitières.

3 ans de recul
Cela fait maintenant 3 ans, que les Maurin ont opté pour cette technique et ils en sont pleinement satisfaits. Les céréales récoltées avant maturité permettent de libérer les sols 15 jours à 3 semaines avant et ainsi d’implanter plus tôt les prairies. C’est aussi très intéressant en cas d’année humide comme l’an dernier, ou dans des zones d’altitude où les céréales ont parfois des difficultés à mûrir. Le stockage est facile et la distribution aussi. Jean-François Maurin précise que ces céréales sont stockées «prêtes à l’emploi». Seule précaution à prendre selon lui, il faut veiller à entretenir les abords du boudin posé à même un pré, pour éviter la prolifération de rongeurs qui pourraient abîmer le plastique.
En 2014, M. Chapat a mis plus de 2000 tonnes de céréales en boudin, mais pas seulement en Haute-Loire. Il travaille aussi dans le Puy-de-Dôme, l’Ardèche ou encore l’Isère. Avec sa boudineuse, il peut aussi travailler avec du maïs grain ou d’autres graines. L’an dernier, il a fait 1 000 tonnes de maïs dont 500 en Hte-Loire. Il précise que pour notre département le maïs grain était acheté à l’extérieur et non produit sur l’exploitation.
Côté coût, l’opération totale (aplatissage, mise en boudin et incorporation d’un conservateur) revient à 30 € du mètre linéaire dont 3 € pour le conservateur,  avec remise pour paiement comptant, auquel s’ajoute un forfait de 50 €.
M. Chapat qui a acheté sa machine en 2011 alors que cette technique n’était pas pratiquée en Haute-Loire, est satisfait du développement que cette activité connaît au sein de son entreprise. Et ses clients à l’instar de M. Maurin semblent satisfaits des résultats, tant sur le plan du temps de travail à la récolte, sur  la reprise de la «farine» ou encore sur l’intérêt dans la ration des laitières.

Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
Un congrès FNO auquel ont participé 150 congressistes venus de toute la France.
FNO : Un congrès riche en échanges et en interventions
Les 7 et 8 septembre, la FNO était en congrès en Haute-Loire. Un rendez-vous professionnel qui a permis de passer en revue les…
Emmanuel Macron a esquissé ce que sera la future loi d'orientation agricole.
Emmanuel Macron annonce un pacte de renouvellement et d’avenir
Lors de son déplacement le 9 septembre dans le Loiret pour la 8e édition des Terres de Jim, le président de la République,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne