Aller au contenu principal

Brioude : Un atelier de découpe de viande pour les particuliers, à l’abattoir de Brioude

L’abattoir de la communauté de communes du brivadois pratique la découpe et la transformation de viande à façon. L’atelier, récemment agrandi, traite 250 tonnes de viande.

L’atelier de découpe de l’abattoir intercommunal de Brioude traite 250 tonnes de viande par an (chiffres au 15 décembre 2014).

En 2008, l’abattoir municipal de la ville de Brioude est en difficulté financière. La communauté de communes reprend alors cet outil désormais exploité par la SEAB (Société d’Exploitation des Abattoirs de Brioude), par délégation de service public.

En vue de rentabiliser l’abattoir, outre un certain nombre de mesures visant à rendre l’outil plus efficace, la décision a été prise de proposer une nouvelle prestation de services : la découpe à façon.

 

De 30 à 150m2 pour la découpe

Préalablement installé dans une pièce de 30 m2 (avec quai d’expédition) spécialement aménagée et agréée par les services vétérinaires, l’atelier de découpe s’est récemment installé dans des locaux plus spacieux de manière à pouvoir augmenter les tonnages de viandes traités. Depuis avril 2014, l’atelier bénéficie d’une surface de 150 m2 avec un quai d’expédition. Les animaux sont abattus au sein de l’abattoir communautaire et les viandes sont ensuite découpées à façon par des bouchers et peuvent être transformées en steaks hachés, en saucisses, en pâtés, tripes cuites... La découpe se fait soit en frais soit sous vide (les morceaux de viande sont conditionnés individuellement et mis en sachets prêts à consommer ou à congeler).

«La viande est ensuite conditionnée en colis (de 5 jusqu’à 12kg) en fonction de la demande des clients» explique le directeur de la SEAB, René Riol.


Des tonnages en progression
Depuis son ouverture, les tonnages de l’atelier de découpe ont beaucoup évolué : de 110 tonnes de viandes découpées en 2009, l’atelier est passé à 244 tonnes fin 2013 et à 250 tonnes au 15 décembre 2014.
Agréé multi-espèces (bovins, porcins, veaux, ovins et caprins), l’atelier permet aux particuliers et notamment aux agriculteurs qui pratiquent la vente directe, de faire découper et transformer leur viande. Sur les 250 tonnes de viandes traitées en salle de découpe, 50% sont travaillés pour des agriculteurs (150 par an environ originaires du Puy-de-Dôme, du Cantal et un peu de

Haute-Loire), 30% pour des bouchers (qui ont du mal à tout traiter chez eux) et les 20% restants sont destinés à la société Biovie Auvergne (société qui commercialise de la viande biologique auprès des boucheries et des collectivités).


Agréé en «conventionnel» et en «biologique»
L’atelier de découpe est agréé pour de la viande issue d’une agriculture conventionnelle et d’une agriculture biologique. Au sein de l’atelier, des heures spécifiques sont dédiées à ces deux types de produits. «Tous les produits utilisés pour la préparation des viandes (épices...) sont issus de l’agriculture biologique» indique René Riol.

L’abattoir de Brioude et l’atelier de découpe disposent depuis peu d’un site internet (abattoir- brioude.com) qui permet d’obtenir tous les renseignements utiles à la clientèle (tarifs de découpe, fiche de travail).

Si l’atelier de découpe traite à ce jour 250 T de viande, son potentiel s’élève à 500 T. Or l’objectif de la SEAB est bien de développer l’outil en augmentant les tonnages. «A partir de 350 T, nous serons obligés d’introduire davantage de mécanisation afin d’éviter la pénibilité. Mais nous aurons toujours besoin de l’expérience des bouchers et du travail de leurs mains» ajoute-t-il.

VÉRONIQUE GRUBER


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne