Aller au contenu principal

Bois : En bûches ou plaquettes, le bois de haie est un produit à valoriser

Sur une exploitation, des haies, des bosquets ou des arbres isolés sont des sources de bois énergie ou de bois litières.Zoom sur ce produit source de revenu…

Des haies bien fournies ou des bosquets, source de bois à valoriser.

Les haies et les arbres isolés dans les parcelles produisent quantités de bois qui sont aujourd’hui trop souvent sous, voire non-valorisés.Pourtant, les branches selon leur grosseur, constituent un volume de bois loin d’être négligeable. Et ce bois, selon qu’il sera transformé en bûches, piquets, plaquettes… trouvera diverses destinations comme énergie, litière, clôture, isolant…On distinguera deux types de produits bois issus des haies : le bois bûches ou piquets, et le bois plaquette. Mais le devenir de ces haies dépend bien évidemment des essences choisies lors de la création de la haie et de l’entretien de celle-ci au fil des ans. En effet, la taille est une étape importante qu’il convient de ne pas négliger. Celle-ci se fera en fonction de la destination des bois : bûches ou plaquettes…


Bûches ou plaquettes

La production traditionnelle de bûches est une valorisation intéressante, même si elle demande beaucoup de travail pour façonner les stères.Les essences ont aussi leur importance compte tenu de leur caractère calorifique (les feuillus : charme, frêne, érable, bouleau, hêtre, sont plus calorifiques que les résineux) et leur durée de séchage (1 à 2 ans). L’autre débouché, c’est le bois déchiqueté utilisé comme combustible ou comme litière pour les animaux.Pour optimiser la production de plaquettes, la Mission Haies de l’Union Régionale des Forêts d’Auvergne préconise de laisser pousser les haies afin de récolter les branches les plus grosses possibles.Et plutôt que de faire une taille latérale qui épuise la haie et favorise le développement des épineux au détriment de la diversité végétale, les techniciens préconisent le recépage pour une valorisation en bois énergie. C’est une coupe à ras du sol tous les 10-15 ans, réalisée à la tronçonneuse voire mécanisée.


Déchiquetage avec la Cuma des Deux Rochers

En Haute-Loire, la Cuma départementale des Deux Rochers est spécialisée dans le déchiquetage de bois avec une prestation complète puisqu’elle met à disposition le matériel (tracteur et déchiqueteuse équipée d’une grue de chargement), et la main d’oeuvre à savoir le chauffeur salarié de la Cuma.Le déchiquetage se fait sur le lieu de stockage pour éviter les manutention inutiles. Le bois est déchiqueté en plaquettes d’environ 1 pouce soit 2,5 cm, mais peut proposer trois dimensions, pour répondre au mieux aux exigences des diverses chaudières. La machine peut broyer toutes les essences même les plus dures et des branches jusqu’à 37 cm de diamètre.La rapidité du chantier varie en fonction de l’organisation du chantier, mais surtout de la taille et de la longueur des billons. Le débit varie de 15 à 50 MAP (mètres cube apparents plaquettes) par heure.Avant toute utilisation, les plaquettes doivent être séchées durant 3 à 6 mois sous un hangar couvert et aéré, pour arriver à 25 % environ d’humidité.De la qualité des copeaux, variable en fonction de la proportion de menus branchages notamment, dépend leur finalité. On préfèrera les plaquettes de bonne qualité pour alimenter les chaudières. Les copeaux issus de petits branchages produisent beaucoup de poussières et d’écorces, peu recommandés pour les chaudières. On les réservera plutôt pour pailler les pieds de plantation ou pour la litière des animaux en stabulation.Faisons un rapide petit calcul. On peut considérer qu’1 kilomètre de haie a la même productivité qu’1 ha de taillis forestier, soit environ 3 tonnes de MS/an. 1 km de haie recépée régulièrement permet d’obtenir entre 30 et 130 tonnes de bois (90 à 450 m3). Sachant qu’une maison individuelle de 120 m2  bien isolée consomme de 30 à 40 MAP/an, il lui faut 200 m de haie pour produire son combustible bois.


Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Rendez vous en Terrain JA au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont pour l'installation de Adrien Riocreux.
Rendez-vous en terrain JA sur une exploitation mixte, chèvres et vaches, tournée vers l'avenir
Dans le cadre de leurs Rendez-vous en Terrain JA, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire ont mis en avant l'installation d'Adrien…
Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Laine de BMC et de Noire du Velay.
Tricolor, un collectif pour développer une filière lainière à haute valeur ajoutée
Alors que la filière lainière est en difficultés depuis plusieurs années, un collectif “Tricolor“ est en cours de création pour…
Robot distributeur d'alimentation sur vaches laitières au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont.
Le robot distributeur d'alimentation, un ouvrier à temps plein
Au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont, les associés ont opté pour une alimentation robotisée plutôt qu'un robot de traite.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et administrateur FNSEA
Réorienter l'aide sociale vers l'alimentation
Interview de Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et administrateur FNSEA
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne