Aller au contenu principal

En vidéo : JA
Assemblée générale des JA de Haute-Loire : l’environnement, l’outil de travail de l’agriculteur

Retrouvez Mikaël VACHER, président des JA de Haute-Loire, et Julien MARRE, secrétaire général adjoint JA national, dans cette vidéo. Lors de cette assemblée générale, les JA avaient choisi de cibler leur rapport d'orientation sur la thématique de l'environnement.



Le 7 mars, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire dressaient le bilan de leurs activités pour l’année 2012 à Polignac. Cette année, le syndicat agricole avait choisi un thème fort pour son rapport d’orientation : l’environnement.«Comment concilier l’environnement et l’agriculture en Haute-Loire ?», telle était la problématique posée.
Les JA ont d’abord dressé un état des lieux des liens entre l’agriculture et l’environnement avant de communiquer sur leurs propositions qui permettraient de répondre à cette problématique. Avec la PAC,qui s’est dotée d’un volet environnement en 1999, l’éco-conditionnalité obligatoire, les parcs naturels régionaux, les schémas d’aménagement et de gestion de l’eau, les zones vulnérables à la pollution des nitrates d’origine agricole, les mesures agro-environnementales et Natura 2000, pour les jeunes agriculteurs, l’environnement est un sujet vaste et de plus en plus présent.

Ne pas opposer agriculture et environnement
L’environnement induit l’application de normes de plus en plus nombreuses et contraignantes pour les agriculteurs. Toutefois, pour les JA de Haute-Loire et leur invité national, Julien Marre, secrétaire général adjoint à Jeunes Agriculteurs National, pas question d’opposer l’agriculture et l’environnement, il faut au contraire concilier les deux. «L’environnement est un outil de travail pour l’agriculteur... C’est l’agriculteur qui façonne l’environnement et donc indirectement, il le respecte et contribue à l’entretenir. Les agriculteurs ne sont pas contre la protection de l’environnement et défendent un développement harmonieux dans le respect de leur métier mais aussi de la nature, du potentiel des sols et des animaux... » a indiqué Mickaël Agrain secrétaire général, à la lecture du rapport d’orientation.
Pour concilier au mieux l’environnement et l’agriculture, les JA 43 ont communiqué un certain nombre de propositions ; ils préconisent ainsi que les personnes qui proposent de nouvelles normes et lois environnementales tiennent compte des réalités du terrain. Ils demandent moins de contraintes administratives (qui découragent les jeunes) et le maintien de mesures compensatoires pour encourager un maximum d’agriculteurs à participer au respect de l’environnement. Selon eux, les agriculteurs doivent aussi participer davantage aux commissions sur l’environnement.
La lecture du rapport d’orientation a suscité un débat intéressant dans la salle. Lorsque l’on parle environnement, on évoque forcément les problèmes de pollution. Or, selon Mikaël Vacher, président des JA 43, «chaque fois qu’un problème environnemental se pose, on incrimine l’agriculture». «Mais la pollution vient aussi d’ailleurs. A nous, agriculteurs, de communiquer positivement sur l’environnement et de montrer que notre métier a évolué» explique Julien Marre.
Pour Yannick Fialip, président de laFDSEA : «Les agriculteurs en ont marre d’être dans le collimateur. Par exemple, on doit arrêter de parler de nitrates d’origine agricole car les nitrates ont 3 origines : agricole, urbaine et la minéralisation naturelle de la forêt».
Le classement de 5 communes de notre département en zones vulnérables a également alimenté les débats. Les zones vulnérables induisent «des contraintes supplémentaires. Nous avons obtenu quelques assouplissements des mesures le 1er mars dernier, mais ils restent insuffisants.Nos revendications ont été en partie prises en compte. Mais il reste encore un contentieux notamment autour du critère de pente pour la fertilisation» indique Julien Marre. Ce dernier a vivement encouragé les agriculteurs altiligériens à bien suivre les débats des  groupes nitrates qui se tiendront bientôt en région.

Identifier les véritables pollueurs
Dans le bassin versant du Lignon (bassin qui alimente la ville de StEtienne), la pression environnementale sur l’agriculture s’alourdit selon le témoignage du vice-président de la Chambre d’agriculture, Jean-Julien Deygas: «Personne n’a identifié les véritables pollueurs et l’on s’aperçoit que les problèmes de pollution se situent en aval des stations d’épuration». «Nous avons besoin de la puissance publique pour rétablir un certain nombre de vérités» a-t-il ajouté en direction du Préfet Denis Conus qui participait aux travaux des JA.
Sur la question de l’utilisation des produits phytosanitaires, Mikaël Vacher assure que «personne n’utilise de désherbants ou de l’engrais par plaisir». L’utilisation parfois conséquente de ce type de produits par les particuliers et de surcroît non contrôlée par l’administration a été montrée du doigt à plusieurs reprises par les agriculteurs.
Toujours en matière d’environnement, le président de la Chambre d’Agriculture, Laurent Duplomb,  a préconisé un retour au bon sens en matière de contrôles et d’empilement des mesures.
Le préfet Denis Conus, qui a suivi ce débat avec attention, a encouragé les JA à être constructifs et force de propositions. Il a également invité les membres de ce syndicat agricole à participer aux assises de l’installation qui vont démarrer en Auvergne.

Véronique Gruber
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne