Aller au contenu principal

Appelés à baisser leur production, les éleveurs demandent la solidarité de tous

Frappée de plein fouet par les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, la filière laitière est confrontée à un manque de débouchés et à des difficultés logistiques. Pour faire face, les producteurs sont appelés à modérer les volumes…

Dans un communiqué le 30 mars, la FNPL appelle les producteurs de lait à «prendre part à l’effort collectif pour lisser les volumes de lait dus au pic printanier annuel et à la mise à l’herbe des troupeaux».

Jusqu’à 100 000 litres de lait par semaine ne peuvent pas être pris en charge ni transformés. C’est le constat que dressent pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, la FRSEA et Jeunes agriculteurs Aura dans un communiqué en fin de semaine dernière. La crise sanitaire du coronavirus frappe de plein fouet la filière laitière. «Les nombreuses petites entreprises de la région déplorent un manque de débouchés depuis la fermeture, entre autres, du marché de la restauration hors domicile, un manque de main d’œuvre et de chauffeurs», précisent les deux syndicats. Conséquence : incapables de gérer les volumes, les entreprises demandent aux éleveurs de diminuer leur production, en modifiant leurs pratiques, alors que se profile le pic de production annuel.
Consciente de l’enjeu, la FNPL (producteurs laitiers, FNSEA) a appelé le 30 mars les éleveurs à «prendre part à l’effort collectif pour lisser les volumes de lait dus au pic printanier annuel et à la mise à l’herbe des troupeaux». «La FNPL fait de la continuité de la collecte laitière sa priorité», réaffirme le syndicat. Un message également porté quelques jours plus tôt par l’interprofession laitière. Partageant «la priorité du maintien de la collecte du lait et de la continuité d’activité de toutes les entreprises», les collèges du Criel Alpes Massif Central - AMC (production, coopération, industriels), qui étaient réunis vendredi dernier en bureau exceptionnel, ont appelé à «la mobilisation de chacun pour modérer la production laitière sur ces deux mois». «Il y a urgence, le devenir de producteurs et d’entreprises, notamment tournées vers les transformations fromagères est jugé très préoccupant», ont-ils indiqué le 27 mars dans un communiqué.
Une filière unie pour passer le cap
Pour autant, si les producteurs doivent faire l’effort, tous les maillons de la filière doivent se montrer solidaires, insistent les organisations syndicales. Stéphane Joandel, référent lait de la FRSEA Aura, ne mâche pas ses mots : pour faire face à cette situation inédite «nous demandons avant tout l’unité de la filière», s’exclame-t-il. Face à la souffrance d’entreprises, «certains groupes puissants ne jouent pas le jeu», regrette le syndicaliste, qui se dit «écœuré» par l’absence de réponse du groupe Lactalis notamment. «Sans réponse collective, c’est l’ensemble de la filière qui serait pénalisée», réaffirme la FNPL.
L’effort demandé à l’amont serait de 3 %, précise Stéphane Joandel, également président du collège producteurs au Criel AMC. Pour y parvenir, «la FNPL travaille avec les autres acteurs de la filière à la mise en place d’un dispositif de compensation sans perte de revenu pour les éleveurs visant la modération des volumes au travers de leviers techniques tels que le tarissement anticipé des vaches ou une alimentation adaptée», complète le syndicat national. «Cet effort exceptionnel doit être conditionné à l’engagement de nos partenaires de maintenir la collecte et la transformation sur l’ensemble du territoire», insiste la FNPL. Quant aux prix, les producteurs restent vigilants. «Nous demandons plutôt une incitation à la baisse par une majoration du prix. Cela évitera aux éleveurs une double peine !», demande la fédération laitière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Génisses limousines mangeant du foin au cornadis.
Mesure alimentation animale du plan de résilience : préparez-vous !
L’ouverture du téléservice permettant de demander la mesure « alimentation animale » pourrait débuter à partir de la 2ème…
Les éleveurs constatent un regain d'activité chez les vautours et les corbeaux autour des exploitations. Ici Cédric Lin avec son troupeau de Bizet.
L'agnelage : période critique en présence de vautours et de corbeaux
Les agnelages de printemps attirent les vautours et les corbeaux dans les pâturages. Deux exploitations de Haute-Loire déplorent…
Les fruits et légumes restent des produits clés sur  le marché bio, notamment en magasins spécialisés  et dans la région AuRA.
Les bons résultats des Fruits rouges des Monts du Velay
Regroupant des producteurs de Haute-Loire et d’Ardèche, le GIE Fruits rouges des Monts du Velay affiche de bons résultats sur la…
Étienne Liautaud et Laurent Beraud.
Étienne Liautaud remplace Laurent Beraud à la présidence du groupement
Le groupement des producteurs de Lentilles Vertes du Puy s'est réuni le 6 mai à St Christophe/Dolaison. À l'ordre du jour : bilan…
Annonce légale
Une annonce légale à diffuser ?
Vous souhaitez diffuser une annonce légale dans le département de la Haute-Loire, déposez-la directement sur la Haute Loire…
Narcisse, de Richard Tholance est championne laitière Abondance.
Narcisse, Nikita et Myosotis, les grandes championnes laitières
Le week-end dernier, 23 et 24 avril, la 7ème édition des Journées Laitières de Haute-Loire, organisée par la Chambre d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne