Aller au contenu principal

APIV AUVERGNE : L’appui technique : un investissement très vite rentabilisé

L’association des producteurs indépendants de viande était en assemblée générale le 14 avril à Ste Eugénie de Villeneuve.

Les adhérents de l’APIV Auvergne le 14 avril dernier à Ste Eugénie de Villeneuve.

L’APIV, dont la zone d’intervention s’est élargie au territoire de l’Auvergne il y a deux ans, réunit 135 éleveurs ovins (contre 125 en 2012) et 13 acheteurs (21 en 2012). Le nombre d’adhérents augmente et l’association a la ferme intention de partir à la conquête de nouveaux éleveurs qui se montrent intéressés par l’accompagnement et les services qu’elle propose.


Aider les éleveurs à améliorer leur revenu

Comme l’explique son président,Thierry Cubizolles, «L’APIV fournit un appui technique aux éleveurs et une aide à la commercialisation des agneaux. Le but ultime étant d’aider les éleveurs à améliorer leur revenu, par une augmentation du nombre d’agneaux produits et faire en sorte que les produits correspondent à la demande». Les éleveurs adhérents à l’APIV commercialisent leur agneaux dans différentes filières de qualité : 33% (33600 agneaux) sont écoulés sur le marché de Saugues, 7,5% (4135 agneaux) sur le marché du Monastier, 22% en filière Label Rouge «Agneau Laiton», 30,9% en boucherie traditionnelle, vente directe et vente aux marchands en ferme et 6,6% en filière bio.


Agneau bio :la demande augmente

9 éleveurs (850 agneaux) se sont engagés dans la filière bio quel’association cherche à développer auprès de ses adhérents pour répondre à une demande croissante de la part des consommateurs. L’APIV propose un accompagnement à la déclaration d’aide ovine, un service utilisé par plus de 80 éleveurs en 2014. Elle dispose d’un service approvisionnement en matériels d’élevage via des achats groupés ainsi qu’un appui technique, qui était d’ailleurs le thème de l’assemblée générale du 14 avril dernier. «On s’aperçoit que de nombreux éleveurs ont une productivité inférieure à 0,8 agneau vendu/brebis, taux de productivité minimum pour prétendre à l’aide ovine prévue dans le cadre de la PAC. Encore beaucoup d’éleveurs ne bénéficient d’aucun appui technique, ce qui se traduit par des systèmes de reproduction anarchiques, une importante mortalité, une alimentation pas optimisée, une mauvaise gestion des réformes...» explique Thierry Cubizolles. L’APIV entend encourager ses adhérents à opter pour un appui technique régulier assuré par ses deux techniciens, Medhi Viallet et Christian Pantel, tous deux embauchés en 2014. «Le coût d’un appui technique s’élève à 200-250 euros, c’est le prix de 2 à 3 agneaux sur une année ; c’est de surcroît un investissement qui peut-être très vite rentabilisé. Les 4 visites de nos techniciens sur l’année apportent un oeil extérieur toujours bénéfique même dans les élevages performants » souligne les responsables de l’association. En ce qui concerne le marché de l’agneau, les voyants sont au vert. «Le mouton est l’une des seules productions à ne pas souffrir de la crise. L’agneau issu de nos territoires se vend à bon prix et se distingue des agneaux d’importation par sa qualité. En France, nous produisons seulement 40% de notre consommation de viande ovine. Il y a donc de la place pour installer d’autres éleveurs ou pour produire plus d’agneaux» a indiqué le président Cubizolles.

VÉRONIQUE GRUBER

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne