Aller au contenu principal

Aides PAC : 7 millions d’euros d’aides PAC supplémentaires attribuées en 2015

La DDT 43 dresse un bilan chiffré des aides PAC perçues par les agriculteurs de Haute-Loire en 2015. Verdict : le département sort gagnant de la nouvelle PAC 2014-2020.

Richard Delabre, Myriam Bernard et Hubert Goglins.

La nouvelle PAC 2014-2020 a rénové les dispositifs d’attribution des aides en vue de soutenir plus particulièrement les systèmes d’élevage, les zones de montagne défavorisées, les petites unités économiques créatrices d’emploi, les JA et les pratiques agronomiques respectueuses de l’environnement.Compte-tenu de ces priorités fixées par l’Europe, la Haute-Loire devait normalement sortir gagnante de cette nouvelle PAC. Vérifions, chiffres en main, avec les responsables des services compétents de la DDT de Haute-Loire : Hubert Goglins directeur, Jean-Pierre Goron directeur adjoint, Richard Delabre chef de service adjoint à l'économie agricole, Myriam Bernard, responsable de l'unité modernisation des exploitations et gestion de l'espace agricole.


PAC favorable

Premier enseignement : la nouvelle PAC a été favorable à la Haute-Loire puisque, ce sont 7 millions d’¤ supplémentaires (comparé à 2014) qui ont été versés pour l’année 2015 à un nombre de bénéficiaires équivalent.En 2015, sur les 4 200 déclarants comptabilisés par la DDT, 4 005 ont été bénéficiaires des aides PAC ; un écart qu’Hubert Goglins explique par le fait qu’un certain nombre de personnes font une déclaration en vue d’ouvrir des droits sur des terres qu’ils cèdent.Au total, c’est donc un montant de 103,3 millions d’¤ qui a été versé aux agriculteurs au titre des aides PAC 2015 contre 96,2 millions d’¤ en 2014. «On peut donc parler d’une progression du volume des aides de l’ordre de 8%, ce qui est loin d’être négligeable» souligne Jean-Pierre Goron. Analysons à présent les évolutions par grands postes (voir tableau ci-dessous). En ce qui concerne la politique montagne, les agriculteurs ont reçu 8 millions d’¤ supplémentaires au titre des ICHN avec un total de 40,8 millions d’¤ versés en 2015 contre 31,9 millions d’¤ en 2014. Le bilan chiffré des aides animales réserve quant à lui quelques surprises. Contrairement à ce que l’on attendait, les aides couplées animales ont diminué en passant de 14,5 millions d’¤ à 13,5 millions d’¤. Pour la DDT, cette diminution s’explique par la prépondérance de race mixte (Montbéliarde) en Haute-Loire, ce qui conduit les élevages à émarger à l’ABA (aide aux bovins allaitants) et à l’ABL (Aides aux bovins laitiers). Or, pour ce type de territoire, la règle a changé. Jusqu’à présent, l’aide à la production laitière était indexée sur les quotas et la PMTVA était jusqu'en 2014 primée sur la base des vaches et des génisses ; or, depuis 2015, la PAC prime en priorité les vaches laitières et les autres vaches de l’exploitation sont primées (via l’ABA) à condition d’atteindre un total de 10 vaches. Dorénavant les génisses ne sont plus primées dans le cadre de l’ABA.«Il faut souligner qu’en 2014, les éleveurs avait bénéficié d’une optimisation des aides animales assez exceptionnelle que nous n’avons pas retrouvée en 2015 !».

Optimiser les retours de la PAC

«Ces changements de règles au niveau des aides animales vont certainement orienter les pratiques des élevages du département» analyse Hubert Goglins.«La conduite des exploitations peut en effet permettre d’optimiser les retours de cette nouvelle PAC» remarque Jean-Pierre Goron. Ce bilan chiffré révèle une bonne surprise concernant les aides liées aux surfaces ; 801 042 ¤ ont été attribués en 2015 contre 178 972 ¤ en 2014 au titre des aides couplées végétales. «On peut penser que ces aides vont orienter les productions du département vers davantage d’autonomie fourragère» indique le directeur de la DDT.Les versements des aides découplées sont en augmentation (+4 millions d’¤). Quant aux DPB (droits à paiement de base), calculés pour partie sur l’historique des DPU, ils vont être amenés à évoluer dans les années qui viennent dans le cadre de la convergence nationale prévue d’ici 2020. «Avec 24 millions d’¤ attribués en 2015, ce paiement de base reste en dessous de la moyenne nationale (à hauteur de -20% environ). La majorité des éleveurs du département vont donc voir leur DPU augmenter» signale Hubert Goglins.

Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne