Aller au contenu principal

AFRIQUE : Afrique du Nord, Moyen-Orient à l’horizon 2050 : dépendance accrue aux importations agricoles

L’Inra a livré les résultats d’une étude, menée pour l’association Pluriagri(*), permettant de simuler des trajectoires possibles du système agricole et alimentaire de la région à l’horizon 2050.

Dép.alim. = dépendance alimentaire (part des kilocalories consommées par la zone issues d’importations).

La région Afrique du Nord - Moyen-Orient fait aujourd’hui face à une dépendance alimentaire parmi les plus élevées de la planète. L’Inra a livré le 28 octobre dernier les résultats d’une étude en se basant sur une analyse rétrospective (1961-2012). Les experts (agronomes, économistes, politologues et opérateurs du secteur agroalimentaire) ont travaillé sur les évolutions de ce système sous les effets du progrès technique, d’une maîtrise accrue de l’irrigation, d’une amélioration des régimes alimentaires, d’une limitation des pertes et gaspillages ou d’évolutions démographiques et économiques. Une des conclusions majeures de l’étude souligne que freiner le changement climatique global serait le levier le plus efficace pour limiter l’accentuation de la dépendance aux importations de cette région.Géopolitiquement complexe et potentiellement concernée par de fortes perturbations liées aux effets du changement climatique, la région Afrique du Nord - Moyen-Orient, déjà considérée comme un «hot spot» climatique, se caractérise par une dépendance alimentaire parmi les plus élevées de la planète : elle s’approvisionne aujourd’hui pour 40 % de sa consommation en produits agricoles sur les marchés internationaux. La dépendance aux importations agricoles pourrait s’accentuer dans les décennies à venir, en raison de la poursuite de la croissance démogra- phique, de l’évolution des régimes alimentaires, mais aussi en raison du changement climatique et de ses conséquences en matière de ressources en eau et en terre, avec, comme effets induits, la persistance de faibles niveaux de productivité agricole, facteur de pauvreté rurale, et un risque d’accentuation des inégalités de revenus entre villes et campagnes.


Des projections tendancielles basées sur une analyse rétrospective pour des scénarios à l’horizon 2050


Dans ce contexte, l’étude menée par l’Inra, pour et avec l’association Pluriagri, examine les composantes du système agricole et alimentaire de la région, susceptibles d’accroître ou de freiner l’accentuation de sa dépendance aux importations. Pour cela, l’étude propose un ensemble de simulations décrivant des trajectoiresd’évolutions possibles à l’horizon 2050. En se basant sur une analyse rétrospective du système agricole et alimentaire (1961-2012), les experts du groupe de travail (agronomes, économistes, politologues, opérateurs du secteur agroalimentaire) ont défini des hypothèses d’évolutions tendancielles.Ils ont ensuite travaillé sur les inflexions que ces tendances pourraient subir sous les effets du progrès technique, d’une amélioration des régimes alimentaires ou d’une limitation des pertes et gaspillages.


Freiner le changement clima-tique, levier le plus efficace pour freiner l’accentuation de la dépendance


Les simulations montrent que la dépendance aux importations agricoles risque de se renforcer, notamment si les effets du changement climatique s’accentuent. Le Maghreb, le Moyen-Orient et le Proche-Orient seraient fortement touchés. A condition de maintenir son accès à l’eau, la situation égyptienne se dégraderait moins du fait du niveau plus faible de sa dépendance actuelle. Seule, la Turquie, grâce à sa géographie et à son niveau de développement, pourrait devenir un exportateur net. On sait les risques qu’il y a pour les états et les économies, à atteindre de hauts niveaux de dépendance. Freinerl’évolution de cette dépendance devient donc impératif.Des politiques publiques ambitieuses sont nécessaires pour aider les agricultures de la région à s’adapter aux effets du changement climatique. Cependant, pris individuellement, les trois leviers envisagés – amélioration encore plus forte des rendements, régulation des régimes alimentaires, réduction des pertes – auraient un impact relativement faible. Ainsi, un des leviers les plus efficaces pour limiter l’accroissement de la dépendance aux importations agricoles de la région Afrique du Nord-Moyen-Orient serait de freiner ce changement global, objectif que seuls des accords internationaux et des politiques climatiques vigoureuses sont en mesure d’atteindre.


D’après l’INRA

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Un congrès dans le respect des règles sanitaires !
FNSEA : Un « virage historique » pour un « choix responsable »
La deuxième partie de l’Assemblée générale de la FNSEA s’est tenue le jeudi 10 septembre à Villejuif (Val-de-Marne). L’occasion…
Lucien Mounier a repris la ferme familiale récemment convertie en agriculture biologique.
Une solution pour une installation
À Montfaucon, Lucien Mounier a repris l'exploitation laitière de son père. Une conversion en bio qui a permis son installation.
Responsables professionnels et élus ont apprécié la visite du Préfet, venu 4 jours après son arrivée.
Nouveau Préfet : Première visite de terrain pour l’agriculture
Le 3 septembre le nouveau Préfet de Haute-Loire Eric Etienne s’est rendu sur le Gaec des Pierres Rouges à Lesbineyre, sur la…
Le Gepva et sa filiale SAS Porcs Velay Auvergne étaient en AG à Coubon le 11 septembre.
GEPVA : Assurer la mise aux normes des élevages et renouveler les générations d'éleveurs
Le Groupement des Eleveurs de Porcs Velay-Auvergne (Gepva) et sa filiale SAS Porc Velay Auvergne (PVA) étaient en assemblée…
Julien Raveyre, responsable section bovine de la FDSEA et vice-président des JA Aura.
« Nous sommes la seule profession où l’on fixe le prix pour nous, les vendeurs ! »
Julien Raveyre responsable section bovine Haute Loire et vice-président JA AURA, fait le point sur l’évolution des prix en…
Le plan protéines sera doté de 100 millions d’euros avec pour objectif principal de réduire les importations de soja
Plan de relance : Le gouvernement donne la priorité à la conversion écologique
L’agriculture est éligible au plan de relance à hauteur de 1,2 Md d’euros. Il sera principalement affecté à la conversion vers…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne