Aller au contenu principal

Adopter les bons réflexes pour prévenir les risques professionnels

Service de Remplacement de Haute-Loire et MSA Auvergne ont proposé, aux salariés et exploitants, une journée de formation pour faire face aux risques professionnels.

Éviter les accidents en travaillant en sécurité avec ses bovins.

Former, informer, sensibiliser, tel était l’objectif de la journée de prévention face aux risques professionnels, coorganisée par le Service de Remplacement de Haute-Loire et la MSA Auvergne et son service Santé et Sécurité au travail ; journée qui s’est déroulée jeudi 7 mars sur l’exploitation du président du SR Frédéric Pélisse à St Jean de Nay. Une trentaine de participants, pour la plupart des salariés du SR et une dizaine d’exploitants, étaient inscrits et se sont prêtés au jeu dans les 8 ateliers proposés.
«Chaque année, nous proposons aux salariés de la structure une journée de formation et de sensibilisation autour des gestes et postures au travail, explique Frédéric Pélisse. D’habitude c’est une journée en salle. Cette année, nous avons voulu innover et rendre cette formation plus dynamique en travaillant sur une exploitation. Par ailleurs, nous avons souhaité permettre à des agriculteurs exploitants de se joindre aux salariés, parce qu’en fait nous faisons tous le même travail et nous sommes donc tous exposés aux mêmes risques». Le président va même plus loin. «Aujourd’hui le Service est débordé. Nous n’avons pas assez de salariés pour répondre à la demande et ce notamment en raison d’un grand nombre de remplacements suite à des maladies ou accidents. Alors si un peu de prévention peut faire baisser ce nombre, tout le monde sera gagnant».
Répartis en 4 groupes, les participants sont passés sur les 8 ateliers pédagogiques animés par des médecins ou infirmiers du travail, et des conseillers en prévention de la MSA Auvergne. Le but de cette formation était de «comprendre et surtout apprendre à adopter les bons réflexes» explique Nadège Mallet conseillère à la MSA Auvergne.
Prévenir, c’est peut-être le mot à retenir de cette journée qui a permis à chacun de prendre conscience des risques auxquels il est quotidiennement exposé et des habitudes, des postures, des gestes à faire pour se protéger.

Au fil des ateliers pédagogiques
Les intervenants ont abordé des notions de bien-être au travail.
. Pour prévenir les douleurs d’efforts pouvant déboucher à terme sur des Troubles-Musculo-Squelettiques (TMS), il est conseillé «une petite séance d’échauffements avant de commencer la journée, d’adopter les postures relaxantes au cours du travail, et s’étirer en fin de journée». Une journée de travail sur une exploitation sollicite muscles et articulations, autant qu’une séance de sport, alors pourquoi ne pas s’y préparer comme pour un match de foot ?
. Une bonne santé passe aussi par l’alimentation et l’hydratation. Les infirmières et conseillères MSA ont pointé du doigt les problèmes de carences, de consommation excessive de sucres ou matières grasses… et donner quelques conseils pour manger équilibré et prévenir les problèmes de santé.
. Omniprésent sur une exploitation, le bruit est un risque à ne pas négliger. Au dessus de 80 décibels : danger. Tel est le message à retenir de cet atelier qui a mis en exergue l’intensité sonore dans une cabine de tracteur avec la radio, près d’un concasseur ou du karcher… Et d’insister sur les moyens de protection.
. Et que dire des addictions, tabac et alcool, sources de danger au travail. Le but de ce module était de casser les idées reçues et de connaître les risques, et ce notamment à l’aide d’exercices de simulations très réalistes.
D’autres ateliers ont présenté des risques bien présents sur une exploitation, que l’on minimise trop souvent, par habitude.
. Le risque chimique, présenté sous la forme ludique du “Trivial chimique“ a été abordé sous le triptyque réglementation, dangerosité et protection. Les participants ont aussi été sensibilisés à bien se nettoyer les mains après utilisation de produits tels désherbants, produits de nettoyage des machines…
. Les zoonoses, comme la maladie de Lyme ou la Leptospirose sont aussi des risques loin d’être anodins ; il est important de les connaître et surtout d’apprendre à adopter les bons réflexes.
. Autre situation dangereuse, c’est la manipulation et le déplacements des bovins. Pauline Garcia comportementaliste animal a montré, avec quelques petites génisses, comment approcher en douceur les animaux pour leur sécurité et celle des éleveurs.
Enfin, «en cas de danger, il faut être capable de protéger, d’examiner une victime, d’alerter les secours, de savoir faire une réanimation cardio-vasculaire ou mettre en place un défibrillateur automatisé externe (DAE)», c’était l’objet du dernier atelier avec «des exercices pratiques pour sauver des vies».
Avec pédagogie, sous forme ludique souvent et avec des exercices pratiques, la notion de risques au travail a été abordée sous différentes formes, et l’ensemble des participants s’est montré réceptif.
Septique ou surpris parfois, conscient mais peut-être négligent, convaincu, prêt à changer ses habitudes ou à faire des efforts… personne n’est resté indifférent aux messages véhiculés lors de cette formation. Reste à mettre en application les conseils reçus des médecins, infirmiers et conseillers spécialisés dès le retour sur les exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne