Aller au contenu principal

Ovinpiades
19 jeunes candidats à l'épreuve sur la ferme du lycée de Brioude-Bonnefont

C'est reparti pour la compétition entre élèves d'établissements agricoles autour du mouton. Le 1er décembre, les épreuves départementales de cette 18ème édition se déroulaient au lycée agricole de Brioude-Bonnefont.

Le 1er décembre, 19 jeunes entre 16 et 24 ans ont reproduit au mieux les gestes d'un éleveur ovin professionnel dans le cadre du concours annuel Les Ovinpiades des Jeunes Bergers organisé par la Fédération Départementale Ovine (FDO) et le lycée agricole de Brioude-Bonnefont qui met sa ferme et son élevage Bizet à disposition pour la bonne tenue des épreuves.

7 épreuves

Ce fut une journée bien chargée pour les élèves du lycée de Brioude-Bonnefont et de l'ISVT à Vals Près le Puy, qui devaient montrer toutes leurs compétences lors des 7 épreuves prévues par cette compétition. Après un quizz visant à vérifier les connaissances techniques relatives à la production ovine et les races ovines présentes sur le territoire français, les jeunes bergers en herbe ont attaqué les épreuves pratiques, en situation, sur les ovins du troupeau Bizet de la ferme diu Chariol. Faisons le tour de ces épreuves avec l'aide d'Angélique Sobozynski, enseignante en production animale à l'ISVT : "Le choix d'un bélier de qualité conduit les jeunes à apprécier l'animal, visuellement et à partir des papiers de l'animal et à justifier leur choix. Il doivent aussi procéder au parage des onglons en utilisant une cage de retournement ; sur cette épreuve, la vitesse et la précision du geste sont évaluées par les membres du jury (Ndlr : composés d'éleveurs, de techniciens des OP Apiv Auvergne et Copagno, et d'enseignants). Il s'agit aussi pour eux d'apprécier l'état de santé d'une brebis en vérifiant son état général, en prenant sa température, en observant ses dents, son œil, ses mamelles... Les autres épreuves consistent à manipuler et à évaluer l'état corporel de 3 animaux, à évaluer l'état d'engraissement d'agneaux de boucherie, à réaliser le tri des agnelles avec une lecture de boucles électroniques ; une épreuve sur laquelle la rapidité d'exécution est jugée, tout comme l'organisation et la manipulation du parc de tri. Enfin, les candidats participent à une dernière épreuve qui consiste à apprécier la qualité d'une laine (laines différentes selon les races, la propreté, les parasites...) supervisée par Christelle Jeannet de Séraphita, fibres et fil".  

Cette année, les jeunes lycéens ou en études supérieures (en BTS...) abordaient la compétition avec une certaine pression ; il faut dire que lors de la précédente édition, le titre de meilleur jeune berger de France a été remporté par Adrien Chambon, un étudiant en BTS à Bonnefont !  Pour Pierre Jamon, en classe de seconde Agro-équipement à Bonnefont, cette victoire "montre que c'est possible, que l'on peut y arriver et de notre côté, ça nous met la pression car on n'a pas envie de décevoir notre lycée". "On aimerait bien l'égaler mais on va faire au mieux pour réussir" ajoutera Léna Chevaleyre, en 1ère CGEA.

A l'issue des épreuves, le jury a désigné le palmarès sachant que les 8 premiers ou premières, les filles sont bien représentées dans ce concours, s'affronteront aux jeunes bergers du territoire d’Auvergne lors de la finale régionale Aura qui doit se tenir le 8 décembre au Lycée agricole du Bourbonnais (03). Souhaitons ensuite qu'un candidat de notre département montera jusqu'à Paris pour prendre part à la finale nationale organisée lors du Salon International de l'Agriculture en février 2023.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne