Aller au contenu principal

Eau
11 nouvelles retenues collinaires en projet en Haute-Loire

La visite ministérielle s'est achevée par une table ronde sur les retenues collinaires et la signature d'un protocole départemental visant à créer davantage de retenues d'eau chez les agriculteurs.

Un protocole pour accélérer la réalisation de retenues d'eau en Haute-Loire a été signé le 4 novembre dernier.

Alors que les conséquences du changement climatique se font douloureusement sentir dans notre département depuis quelques années, la  problématique de l'eau devient cruciale, en particulier dans le domaine agricole. Aussi la profession agricole souhaite avoir la possibilité de stocker l'eau lorsqu'elle tombe en abondance au moyen de retenues collinaires de petites dimensions (bassinettes de 5.000 à 50.000 m3). "L'objectif est de sécuriser les systèmes fourragers des exploitations et d'aider au développement de certaines productions comme les fruits rouges et le maraîchage" souligne le président de la Chambre d'agriculture Yannick Fialip qui rappelle que l'Espagne stocke 15 à 20% de son eau contre seulement 3 à 4% en France... Et d'ajouter que "les retenues d'eau permettent de recréer une biodiversité exceptionnelle en termes de faune et flore".

Coup de boost sur les retenues d'eau

Conscient de l'intérêt de pouvoir stocker de l'eau alors que les épisodes de sécheresse sont de plus en plus fréquents, le Président de la République a annoncé, il y a deux ans, la création de 100 retenues d'eau agricoles (qui pourraient par ailleurs être utilisées en cas d'incendie) dans la région Auvergne Rhône-Alpes dont 17 en Haute-Loire. "Sur ces 17 retenues, pour lesquelles les retenues collectives sont préférées, 6 ont déjà été construites en 2020-2021. 9 sont en projet et 2 restent encore à faire. Réparties sur l’ensemble du territoire, elles répondent au besoin des filières agricoles " a souligné Le Préfet Éric Étienne à l’issue de la réunion.
C'est pour donner un coup de boost aux retenues qu'un protocole a été signé le 4 novembre dernier par les acteurs concernés (Chambre d'agriculture, état et Agence de l'eau, Région, Département). Ainsi sur Chaspuzac, "un projet collectif de retenue d'eau est en cours en vue d'aider les agriculteurs à faire face au changement climatique" a indiqué le maire Michel Joubert. Mais la problématique de l'eau cache bien des tensions qui ont littéralement éclaté lors de cette table ronde. Et dans le viseur des professionnels et des élus, on trouve l'Agence de l'eau Loire Bretagne. Le sénateur Laurent Duplomb a signalé "d'énormes différences dans la gestion des agences de l'eau ; celle du territoire Loire-Bretagne prend une ligne environnementale qui débouche sur l'accumulation d'interdictions et empêche la réalisation de retenues collinaires sur certaines zones".  "Alors que le gouvernement prône l'irrigation et le stockage de l'eau pour faire face aux sécheresses, la réglementation des agences de l'eau rend impossible ces orientations !" lance Guillaume Avinain, secrétaire général des JA 43. Le président de la Chambre d'agriculture Auvergne Rhône-Alpes Gilbert Guignand a quant à lui proposé "de revoir la gouvernance des agences de l'eau".

À quand l'équité ?

La présidente du Département, Marie Agnès Petit a fait part de son inquiétude "car l'eau, c'est d'abord la santé. Or, certains villages n'ont toujours pas le réseau d'eau ! D'autre part, les épisodes de sécheresse impactent l'eau en quantité et en qualité. Réaliser des retenues collinaires permettrait de sécuriser les filières de production et pourrait servir de réserve à incendie. Or, nous n'avons pas de réponse de l'agence de l'eau...". Elle a par ailleurs dénoncé un état de fait de plus en plus difficile à vivre pour des départements comme les nôtres : "à quand l'équité entre les collectivités territoriales de l'amont (qui doivent investir dans le domaine de l'eau) et de l'aval (qui ne payent rien et bénéficient d'une eau de qualité et en quantité). Nous avons besoin de cohérence ! ". Le président du GIE des fruits rouges des Monts du Velay est ensuite intervenu sur le caractère essentiel des retenues collinaires pour sa filière : "Sans retenue, on n'arrivera pas à lutter contre les nouveaux ravageurs". 

Le représentant de l'agence de l'eau Loire Bretagne, Cyril Bessey, a signalé que sa structure attribuait "plus de 4,5 millions d'€ d'aides au territoire de la Haute-Loire". L'agence s'est dotée d'un plan d'adaptation stratégique au changement climatique et finance des retenues de substitution mais "en aucun cas, les fonds de l'agence sont utilisés pour réaliser des prélèvements d'eau supplémentaires !". Et c'est bien là que le bât blesse...

Le Ministre a d'abord mis à plat toutes les problématiques avant de signaler la "vraie volonté politique du Président de la République qui s'est traduite par le Varenne de l'eau et des changements climatiques. Au Ministère, nous avons recruté 7 ingénieurs à temps plein sur les PTGE (Projet de territoire pour la gestion de l'eau)".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne