Aller au contenu principal

Sommet de l'élevage
105 000 visiteurs : mission accomplie

  Encore un cru exceptionnel pour le Sommet de l’Elevage qui a fermé ses portes vendredi à Cournon. Le cap des 105 000 visiteurs a été atteint, preuve que l’élevage mondial a trouvé sa boussole au cœur de la plus grande prairie d’Europe.

Le monde agricole local, régional, national et international a été au rendez-vous de la 31ème édition du Sommet de l’élevage. Il y a eu du monde, beaucoup de monde. Si la journée de mardi a connu un démarrage timide avec 18 000 entrées ; les organisateurs espérant, du reste, qu’un maximum de visiteurs s’approprie cette journée l’an prochain, histoire de fluidifier la circulation… ; mercredi et jeudi ont été deux journées phares avec plus de 35 000 visiteurs au compteur. Au final, le salon aura drainé 105 000 visiteurs, un record ! Parmi eux, quelque 5 000 visiteurs étrangers, là aussi, du jamais vu.

Politiques : un passage désormais obligé

Le ministre de l’Agriculture a ouvert le bal, mardi matin, des visites officielles du Sommet. Au sujet de la sécheresse, il a confirmé la tenue d’un comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) le 18 octobre, promis une avance début novembre pour les neuf départements(¹) de la « première fournée », ainsi qu’un solde fin décembre. Enfin, comme l’attendait la profession, il a confirmé la tenue d’un CNGRA en novembre qui définira les taux de pertes des neuf départements et des autres à partir des enquêtes terrain. Les parlementaires, qu’ils soient députés ou sénateurs français ou européens ont aussi été nombreux. Les locaux évidemment, comme le député de la région thiernoise André Chassaigne qui, en compagnie du chef de file des communistes, Fabien Roussel, présent jeudi, a annoncé vouloir déposer un troisième projet de loi sur les retraites agricoles, pour combler « les trous dans la raquette » d’une revalorisation des pensions jugée trop restreinte (intégration des retraites des élus dans le calcul, écrêtement en fonction du nombre d’enfants, prise en compte des aides familiaux…). « Nous allons recenser tous les dysfonctionnements et proposer des ajustements », a indiqué André Chassaigne. Le président du Sénat, en personne, a également fait le déplacement. Une première. Devant les responsables professionnels du grand Massif central qui réunissaient leur collectif d’élus, vendredi matin, Gérard Larcher s’est voulu déterminé en particulier sur l’application de la loi Egalim 2 : « La loi est là, il s’agit de la faire appliquer en sanctuarisant les coûts de production. Nous connaissons toutefois les biais de la loi. Il faut être attentif à ce qui se passe du côté des GMS ». Convaincu, « que l’agriculture et l’agroalimentaire sont essentiels à l’harmonie des territoires, socles de leur équilibre », le président du Sénat a rappelé son attachement aux clauses miroirs, et son opposition à la directive européenne IED(²).

Enfin, au chapitre politique, le président de Région a été évidemment très présent, lors de la soirée d’ouverture du mardi soir, réunissant pas moins de 1 500 convives, mais aussi mercredi et jeudi, où il a pris le temps d’échanger avec éleveurs, responsables et visiteurs.

Des échanges commerciaux fructueux

L’impressionnant plateau d’exposition de matériels en extérieur a drainé curieux et passionnés, mais pas que… « Des contacts ont été pris pour de prochaines commandes », relève Fabrice Berthon, commissaire général du Sommet. Côté international, la Mongolie, pays à l’honneur, a signé un contrat avec les aubracs.

Du côté des ovins, Géode a signé des contrats pour l’importation de 1 500 norfolks…Le président du herd book charolais, race en concours national, a confirmé que « la charolaise attire les étrangers ». Plus globalement, ce sont toutes les races herbagères qui, grâce au Sommet, profitent d’une mise en lumière exceptionnelle.

Durabilité, pastoralisme… C’est ici que tout se joue

Des races dont le modèle durable pourrait être demain le modèle à suivre. Que les professionnels agricoles en soient convaincus est une chose, mais quand ce sont des organisations environnementales comme la fondation pour la nature et l’homme (FNH), qui le reconnaissent, l’impact est décuplé. « C’est un non-sens d’être pour ou contre l’élevage. L’essentiel est de savoir quel élevage on promeut. Oui, la prairie stocke du carbone et est pourvoyeuse de biodiversité. Demain, il s’agira peut-être de produire moins de viande mais de meilleure qualité », a détaillé Amandine Lebreton, directrice du plaidoyer et de la prospective à la FNH, mardi après-midi lors du colloque sur l’élevage durable. Prolongement naturel de cette durabilité, le pastoralisme a aussi été mis à l’honneur. A quatre ans de l’année internationale du pastoralisme décrétée par la FAO, les organisateurs du Sommet ont semé des idées, pour que germent depuis Clermont, des évènements fondateurs autour du sujet. Première étape : l’intégration de la thématique du pastoralisme dans la candidature à la capitale européenne de la culture de Clermont-Massif central 2028.

Convivialité : Le Sommet « the place to be »

Les gens avaient envie de se retrouver au Sommet, et cela s’est vu en journée et en soirée. Au-delà des problématiques que traversent les éleveurs, ce moment est sacré pour échanger, prendre des nouvelles, partager une bonne pièce de bœuf et trinquer ! De l’ouest, du sud, de l’est ou du nord, éleveurs et exposants sont unanimes : le Sommet c’est avant tout la convivialité.

Une convivialité poussée à son paroxysme avec la soirée organisée par les Jeunes Agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes. 5 000 personnes qui se sont ambiancées sur le dancefloor du Zénith d’Auvergne, au son du DJ Julien Accassat, JA en Haute-Loire. Là-aussi, un record !

(1) L’Ardèche, le Cantal, le Rhône, l’Aveyron, la Lozère, le Lot, la Haute-Loire, la Loire, et une partie du Puy-de-Dôme. La Corrèze et la Creuse espèrent rejoindre rapidement cette liste.

(2) La Commission européenne planche actuellement sur l’élargissement du champ d’application de la Directive IED (directive relative aux émissions industrielles) - qui encadre aujourd’hui les pratiques des grosses installations industrielles les plus polluantes -, à tous les élevages de + de 150 UGB y compris les élevages bovins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Deux robots de traite dernière génération ont été installés au Gaec des Calards.
Une journée professionnelle autour de l'installation de deux robots de traite
  Une journée professionnelle centrée sur le robot de traite s'est déroulée mercredi 2 novembre à St Paulien, organisée par Eurea…
Le sous-préfet d'Yssingeaux prend connaissance des dossiers sur une exploitation à Tence
Le 10 novembre, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont invité le sous-préfet d'Yssingeaux sur l'exploitation de Yvon Charra à…
Des prix du lait qui ne sont pas à la hauteur des charges des producteurs
 Les membres de la section lait de la FDSEA et du groupe lait JA se sont réunis le 25 novembre pour échanger sur les dossiers du…
Zoom sur le PSN, le budget et les acquis
 A partir de 2023, une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune entrera en vigueur après plusieurs années de négociation…
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip et le directeur Christian Buffière.
Une préoccupante spirale à l'inflation
 Réunis en session le 28 octobre dernier, les élus ont évoqué les grands dossiers du moment au premier rang desquels la…
Plus que jamais, Haute-Loire Conseil Élevage veut apporter un conseil de proximité
 Haute-Loire Conseil Élevage tenait son assemblée générale jeudi 3 novembre à Saugues en même temps que le Syndicat des Éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne