La Haute-Loire Paysanne 20 novembre 2019 à 12h00 | Par Véronique Gruber

Yves Jouve nous a quittés le 17 novembre

Yves Jouve, syndicaliste convaincu au service des agriculteurs et de l’agriculture du département est décédé subitement à l’âge de 72 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’agriculture altiligérienne a perdu un grand responsable syndical.
L’agriculture altiligérienne a perdu un grand responsable syndical. - © HLP

Agriculteur et responsable professionnel infatigable pendant plus de 40 ans, Yves Jouve s’est éteint subitement dimanche 17 novembre à son domicile après avoir passé une après-midi en famille, auprès de ses petits-enfants.
Fils et petit-fils d’agriculteurs de la vallée du Haut-Allier, Yves, aîné d’une famille de 9 enfants, est né le 28 novembre 1947. Après ses études (BEPA), il s’installe sur la ferme laitière familiale en 1969.
Revenons sur sa longue carrière de responsable professionnel avec son ami Gilbert Bros.
Yves Jouve a très vite consacré du temps au collectif en prenant des responsabilités dans les OPA et sur sa commune (il a été adjoint au maire de Siaugues Ste Marie, maire délégué de Ste Marie des Chazes et élu à la communauté de communes de Langeac). Engagé dans les Cuma, il a présidé la Cuma de la Durande de 1976 à 2007. Toujours tourné vers le progrès, Yves s’est engagé dans le groupement de vulgarisation agricole de Langeac et dans le syndicalisme.
En 1975, il représente les fermiers au conseil de la FDSEA puis devient président cantonal de Langeac et vice-président de la FDSEA en 1978. En 1983, il est élu à la Chambre d’agriculture et devient membre du bureau tout en poursuivant ses engagements auprès de la FDSEA. «À cette époque, les quotas laitiers se mettaient en place ; Yves a alors réalisé un travail remarquable au sein de la commission mixte...» se souvient Gilbert Bros.
En 1986, alors que Gilbert Bros préside la FDSEA, Yves devient son vice-président. C’est à cette époque que Gilbert lui demande de mettre en place une association pour les éleveurs ovins et bovins qui n’adhèrent pas à une strucure coopérative. C’est ainsi que Yves Jouve a été le président fondateur de l’APIV. «Son action a permis de développer les exploitations ovines et bovines du département et en particulier du secteur de Langeac-Saugues».


Syndicaliste jusqu’au bout des ongles
Syndicaliste jusqu’au bout des ongles, Yves s’engage au sein de l’ADASEA en tant qu’administrateur pendant plus de 20 ans.
Il a porté les valeurs du mutualisme en tant qu’administrateur puis président de la caisse locale du Crédit Agricole de Langeac pendant plus de 30 ans. Yves s’est également investi à Groupama (secrétaire puis président de la caisse locale de Langeac de 1975 à 1995) et au sein de la MSA en tant qu’élu cantonal à partir de 2013. Passionné de chevaux lourds, il a présidé  le syndicat départemental des éleveurs de chevaux lourds durant une vingtaine d’années et est devenu vice-président de la fédération massif central. «Yves a structuré et animé le syndicat d’une main de maître. Il a aussi redynamisé les concours équins du département».
En 1997, lorsque Gilbert Bros prend la présidence de la Chambre d’agriculture, Yves Jouve devient vice-président et président de l’EDE. Durant ces années, «il s’est  impliqué dans de nombreux dossiers et en particulier dans la construction d’une halle à St Paulien destinée à accueillir les concours départementaux... Au moment de la crise sanitaire de la vache folle, Yves a pris en charge les expertises dans les élevages concernés avec l’administration et a pris soin d’accompagner les élevages en détresse».
En 2007, il devient président du comité départemental de la Safer et vice-président de la Safer Auver-gne. «Au sein de ces structures, son travail a été unanimement salué. Très impliqué dans ses responsabilités, Yves était habile négociateur pour répartir les surfaces avec équité et avec le souci d’améliorer les structurations des terres». En mai 2018, il passera le relai à Thierry Cubizolles pour prendre sa retraite.
Toujours disponible, à l’écoute et serviable, Yves, qui a reçu les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite en 2017, fait partie de ces grands responsables syndicaux combatifs au service des autres et du développement agricole.
Yves était aussi très attaché à sa famille, à son épouse Marie-Rose et ses 6 enfants (Emmanuel agriculteur, Marie-Agnès employée communale, Florence Atsem, Bénédicte salariée dans une entreprise, Audrey employée dans un office de tourisme et Mathieu installé sur l’exploitation familiale) et ses nombreux petits-enfants.
La Haute-Loire Paysanne et l’ensemble des OPA du département présentent leurs sincères condoléances à sa famille.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui