La Haute-Loire Paysanne 19 octobre 2016 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

Visites d’élevages : La Région veut trouver des solutions pour aider les agriculteurs

La vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en charge de l'agriculture s’est imprégnée des problématiques du monde agricole en Haute-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À La Chapelle d’Aurec, les associés du Gaec du PEM ont pu échanger avec Émilie Bonnivard.
À La Chapelle d’Aurec, les associés du Gaec du PEM ont pu échanger avec Émilie Bonnivard. - © HLP

Le 12 octobre, Émilie Bonnivard, vice-présidente de la Région Auvergne Rhône-Alpes en charge de l’agriculture, a passé une journée en Haute-Loire dans l’objectif de rencontrer des agriculteurs et ainsi prendre connaissance des difficultés auxquelles ils sont confrontés.Accompagnée du directeur de l’agriculture à la Région, Carlo Caschetta, Émilie Bonnivard a visité deux exploitations agricoles, le Gaec du PEM à La Chapelle d’Aurec et le Gaec des Lilas Blanc à St Martin de Fugères avant de terminer cette journée en compagnie des responsables de l'association Fin Gras du Mézenc.Sur le Gaec du PEM, la famille Petit (Eric, Michel et Isabelle) produit 500 000 L de lait (80 montbéliardes) livrés à Sodiaal, des poulets Label Rouge au sein d’un atelier en intégration avec le groupe LDC et une quinzaine de veaux de boucherie par an.


Le premier sujet abordé concernait le prix du lait

Émilie Bonnivard a ouvert les échanges avec les éleveurs en abordant l’impact économique de la baisse du prix du lait sur cette exploitation. «Avec un prix du lait à 276 €/ 1000L au mois de septembre, nous limitons au maximum nos investissements et nous réduisons nos charges (intrants)». «Avec une baisse de 60 à 70 €/1000 L sur l’année, cet élevage affiche une perte financière de 35 000 €. C’est donc plus que la marge de sécurité (utile en cas d’incidents météo ou sanitaire) de l’exploitation qui disparaît» indique Maurice Imbert, représentant de la FDSEA. «Bon nombre d’éleveurs sont en déficit» ajoute Christian Gouy président de la section emploi de la FDSEA.Dans ce contexte difficile, qui ne concerne pas seulement le lait,  Émilie Bonnivard a expliqué que l’objectif de la Région était d’aider les agriculteurs à dégager davantage de revenu. Elle a lancé l’idée d’installer des unités de méthanisation pour générer du revenu. Une idée qui  n’enchante guère les associés du Gaec du PEM pas du tout enthousiastes à l’idée d’investir. «Il n’y a pas de gros gisements sur les exploitations de Haute-Loire et bien souvent il faut ajouter d’autres déchets pour faire tourner les unités» explique Laurent Duplomb, président de la Chambre d’agriculture. Ce dernier a orienté Émilie Bonnivard sur les besoins concrets des agriculteurs du département : «Il faut aider les agriculteurs sur les investissements (matériels de récolte, stockage des aliments...), ce qui permettra de couvrir une partie de leurs charges».«Faut-il aider les investissements individuels ou collectifs ?» s’interroge la vice-présidente de la Région. «Les deux» répond Laurent Duplomb. Les éleveurs présents ont reproché le délai trop long avant de pouvoir être de nouveau éligible à une subvention. «Ce délai a été raccourci de 5 ans à 3 ans» a répondu Carlo Caschetta. Émilie Bonnivard a informé les éleveurs présents de son intervention en vue d’une simplification administrative : «Les dossiers PCAE ont été réduits de plusieurs pages. J’ai aussi demandé à Michel Barnier, négociateur en chef de la commission européenne, de retirer les normes qui complexifient les dossiers des agriculteurs». Et pour pallier aux éventuels coups durs (maladie ou décès d’un exploitant) qui génèrent de lourdes pertes financières dans les exploitations, la Chambre d’agriculture et le Département réfléchissent à la création d’une caisse mutualisée. Une idée à laquelle adhère Émilie Bonnivard.

Véronique Gruber

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui