La Haute-Loire Paysanne 19 février 2010 à 15h24 | Par Véronique GRUBER

Veaux des Monts du Velay-Forez : qualité, régularité et amélioration des conditions de travail

La société coopérative agricole et l’association Promotion Production des Veaux des Monts du Velay-Forez étaient en assemblée générale le 9 février dernier. Cette production affiche une baisse sur l'année 2008-2009, ce qui inquiète la filière. Par ailleurs la régularité de la production reste un combat d'actualité et le président Michel Ramousse insiste pour sensibiliser les éleveurs à une production plus importante et plus régulière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Gilbert Bros, président de la Chambre d’Agriculture, Michel Joumard directeur de la coopérative et Michel Ramousse, président.
De gauche à droite : Gilbert Bros, président de la Chambre d’Agriculture, Michel Joumard directeur de la coopérative et Michel Ramousse, président. - © HLP

La production totale de veaux des Monts du Velay-Forez localisée dans les départements de la Haute-Loire, de la Loire et du Puy-de-Dôme, affiche une baisse  de l’ordre de 257 veaux sur l’exercice comptable 2008-2009. Les responsables de la coopérative expliquent cette évolution par une baisse globale du nombre d’agriculteurs, l’augmentation de la référence laitière dans les exploitations et les problèmes de trésoreries qui poussent les éleveurs à vendre des petits veaux au lieu de les engraisser ;  un déficit de main d’oeuvre conduit également certaines exploitations à réduire le nombre de veaux engraissés.
Cette baisse de production a été jugée «inquiétante» pour l’avenir de la filière. Toutefois d’après  la coopérative, la crise laitière que  traverse à l’heure actuelle le monde agricole pourrait conduire certains éleveurs à se lancer dans l’élevage de veaux.
Le prix moyen au kilo suit exactement la même tendance que la production avec une baisse de 23 centimes d’euros sur l’année civile 2009. La crise, qui a eu un impact direct sur la consommation de viande, est la principale responsable de cette baisse de prix. La coopérative constate d’autre part une forte variation de prix d’une année sur l’autre.

Régularité de production : le combat continu

La régularité de la production est toujours un combat d’actualité. «Nous avons commercialisé 200 veaux de moins en septembre 2009 par rapport à 2008. 200 veaux ! Comment peut-on envisager de fournir correctement  tous nos clients avec pratiquement 40 veaux de moins par semaine ? Nous devons tous comprendre qu’un approvisionnement régulier est indispensable pour construire une filière label comme la nôtre !» a souligné Michel Ramousse, président de la coopérative, qui a évoqué l’idée d’une future contractualisation de la production dans son rapport d’orientation pour 2010.
Animés par la crainte de manquer de veaux ce printemps, les responsables de la coopérative ont profité de l’occasion pour encourager les éleveurs à mettre dès maintenant des veaux en place.

Améliorer les conditions de travail des éleveurs

En 2009, la coopérative a lancé le programme Travail’Vo qui vise à professionnaliser la production.  Pendant 3 ans, les éleveurs qui s’engagent dans ce programme vont bénéficier de conseils permettant d’améliorer leurs condirions de travail dans l’atelier veaux et de pallier au manque de main d’oeuvre.
Michel Ramousse a rappelé l’importance de produire des animaux de qualité : «il faut produire des veaux clairs, de 160 jours maximum, avec un poids carcasse allant de 120 à 150 kg maximum.
L’association Promotion Production des veaux des Monts du Velay-Forez, qui gèrent les signes de qualité (les marques et le label rouge «Le Vedelou»), a reçu la reconnaissance ODG (organisme de Défense et de Gestion) par l’INAO en 2008.
En 2010, l’association s’attachera à réécrire le cahier des charges du Vedelou : «L’INAO a validé la nouvelle notice technique «veau nourri au lait entier» durant l’année 2009. Nous avons jusqu’en 2012 pour adapter notre cahier des charges à cette nouvelle notice technique».
Les responsables de la coopérative ont insisté sur l’intérêt de produire sous les signes de qualité proposés par l’association car «ils permettent de différencier notre production du veau standard. Ce sont des outils indispensables pour bien valoriser nos animaux. Nous devons tous oeuvrer au développement du Label Rouge car c’est un signe officiel de qualité, qu’il est donc reconnu par les différentes instances et qu’il est incontournable pour l’avenir de notre filière».
Cette année, la coopérative a souhaité aborder le thème des diarrhées infectieuses et alimentaires en élevage de veaux de boucherie avec l’intervention de Robert Chevalier, de la société intervet et de Laurent Martin, vétérinaire.

En chiffres

- Production : 6462 en 2008/2009 contre 6719 en 2007/2008.
- Poids moyens : 127,23 kg contre 129,13 kg en 2007/2008
- Prix moyens (e/kg) sur l’année civile 2009 : 6,39 e contre 6,62 e en 2008.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui