La Haute-Loire Paysanne 12 décembre 2008 à 17h45 | Par S.Marion

Un prix du lait en baisse dans toute l'Union Européenne

En 2008, le prix moyen du lait payé aux producteurs en France est de 32,91 cts d'euros par litre, ayant essuyé une baisse importante depuis le début de l'année. Partout en Europe, ce prix chute. Le prix appliqué en France se situe néanmoins parmi les plus hauts de l'Union Européenne. Zoom sur 13 pays…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Prix du lait payé aux producteurs en 2008. (en euros/1000L).
Prix du lait payé aux producteurs en 2008. (en euros/1000L). - © HLP

La chute du prix du lait ne concerne pas seulement la France. Dans l’Union Européenne, le prix du lait payé aux producteurs est en forte baisse alors même que la production de lait diminue dans l’ensemble des États membres. L’inquiétude pèse chez tous les producteurs.
Comme nous l’avons écrit la semaine dernière, l’accord signé le 1er décembre par l’interprofession prévoit des baisses de 2,5cts d’€/litre pour la fin de l’année 2008, puis - 4,5cts d’€/l pour janvier et février 2009 et -5,5cts d’€/l pour mars. Les prix français seront alors en moyenne parmi les plus haut de l’Union Européenne. En 2008, le prix moyen en France est de 32,91 cts d’€/l. Notons que pour la zone Rhônes-Alpes, ce prix est de 33,23 cts et pour la région Auvergne-Limousin de 33,31 cts d’€/L.

Tour d’Europe

Lors de la dernière réunion du COPA COGECA, le 1er décembre 2008 à Bruxelles, les représentants des producteurs des 27, ont fourni des éléments sur le prix du lait. Allons voir dans 13 pays de l’UE.
En Allemagne, alors que la production est nettement en retrait par rapport au quota (entre 4 et 5 % en dessous du quota), le prix du lait 37/34 varie entre 25 et 32 centimes d’€/l. Certaines laiteries positionnées sur le marché de la crème proposent actuellement à leurs producteurs un prix du lait de l’ordre de 22 à 23 centimes d’€. Les allemands estiment qu’ils ne sont plus en capacité d’exporter sur les marchés mondiaux leurs produits. Les prévisions 2009 montrent une tendance très négative concernant le prix du lait. Alors même qu’ils avaient demandé la mise en place des restitutions à l’exportation, la Commission leur a répondu qu’en l’absence de marché, cette démarche était inutile…
En Belgique, les prix sont très différents d’une laiterie à l’autre (entre 21 et 32 cts d’€). La production est inférieure de 2 % au quota. Le prix du quota marchand est très fortement à la baisse (de 75 à 50 cts d’€ le litre). Les perspectives sont mauvaises avec de nombreux abandons de production et ne prévision de sous réalisation de quotas de 7 %.
Aux Pays-Bas, le prix du lait est de l’ordre de 30 cts d’€, avec une production supérieure de 2 % par rapport à l’an dernier. Avec une morosité auprès des consommateurs
En République Tchèque, la situation est complexe. En novembre, le prix du lait était de 28 cts d’€, en baisse de 30 % par rapport à 2007. Ce prix devrait être reconduit en décembre. La production de lait est inférieure au quota. De nombreux producteurs rencontrent des difficultés avec leur banque.
En Slovénie, le prix est encore correct (de l’ordre de 32 à 35 cts d’€) notamment du fait des exportations vers l’Italie (environ 30 % de la production Slovène). Mais les producteurs sont très inquiets des 5 % de quotas supplémentaires obtenus dès le 1er avril 2009 par les Italiens dans le cadre de l’accord politique sur le bilan de santé et qui risquent de faire imploser le prix du lait…
En Pologne, on assiste à un déclin de la production sur l’année 2008, avec des prix de l’ordre de 26 cts d’€ par litre, le meilleur prix étant de l’ordre de 28 cts d’€.
En Finlande, on assiste à une légère reprise de la production laitière. Le pic saisonnier des prix permet d’enregistrer un prix de l’ordre de 40 cts d’€ par litre. La situation prévisionnelle pour le printemps prochain laisse présager une baisse de 10 cts d’€ par litre. La Finlande s’est déclarée très préoccupé par la situation en Russie, où il est constaté au niveau des distributeurs un problème majeur de manque de liquidités, ce qui pourrait avoir des conséquences très graves si cette source d’écoulement venait à se réduire.
En Irlande du Nord, le prix du lait est en très fort déclin : de 27 cts d’€ à environ 20 cts d’€/litre en prévision (« milk auctions »), soit une baisse de près de 17 cts d’€ /litre. La moitié du lait est vendu via des enchères (« auctions »). Il y a une grande inquiétude au niveau des producteurs, car les entreprises ont réduit la durée des contrats qui portait sur 3 mois, à un mois. Lors d’un rendez-vous avec la Commissaire européenne, ils ont demandé la mise en place en urgence des restitutions à l’exportation. Les banques sont très nerveuses et refusent désormais les agriculteurs. Du fait de la crise économique, les relations sont très tendues avec les producteurs qui ont lourdement investis et qui se trouvent confrontés aux conséquences de l’application de la directive « nitrate » et de la directive « boues ».
En Irlande du Sud, les prix sont inférieurs à 30 cts d’€ par litre, avec une production inférieure de près de 3 % à leur quota.
Au Royaume-Uni, le prix du lait (32 cts d’€ par litre) devrait baisser de 2,5 cts d’€ (2 pence par litre) avec une pression très forte sur le secteur laitier. La production continue à diminuer et suffit uniquement à satisfaire les livraisons pour le lait de consommation.
Au Portugal, le prix est stabilisé aux alentours de 32 cts d’€ après une baisse de 7 à 10 cts d’€, avec une production très inférieure au quota national. Le représentant portugais a fait état d’une situation très tendue avec les distributeurs.
En Espagne, le prix moyen pour le novembre est de l’ordre de 33 cts d’€ par litre, et sera de l’ordre de 30 cts d’€ pour décembre. Les espagnols sont très préoccupés par la situation économique et demandent à ce que la Commission étudie la mise en place d’un fonds d’indemnisation des producteurs de lait ayant investi dans du quota marchand.
En Italie, les prix sont orientés à la baisse de manière significative, avec une baisse marquée de la production. Aucun chiffre n’a été communiqué en matière de prix du lait.
Pour info, le prix payé aux producteurs néo-zélandais est de l’ordre de 23,57 cts d’€/kg de lait selon les dernières infos de LTO, et de 28,31 cts d’€/kg aux États-Unis.
Ce tour d’horizon montre une inquiétude généralisée au niveau des producteurs. Ne pouvant pas se satisfaire des baisses annoncées, la France continuera à jouer un rôle majeur et moteur au niveau européen.
Source FNPL

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui