La Haute-Loire Paysanne 02 mai 2018 à 15h00 | Par Véronique GRUBER

Un leitmotiv : revaloriser les pensions de retraites agricoles

Le montant des retraites, le trop-perçu suite à l’erreur de la MSA, les élections ch.d’agriculture, l’utilisation de l’informatique étaient au coeur de l’assemblée générale de la SDAE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 27 avril, les anciens exploitants agricoles ont rempli la salle du Chomeil à Saint-Paulien.
Le 27 avril, les anciens exploitants agricoles ont rempli la salle du Chomeil à Saint-Paulien. - © HLP

Le 27 avril, les membres de la Section départementale des anciens exploitants agricoles (SDAE) de la FDSEA de Haute-Loire sont venus en nombre à Saint-Paulien pour assister à l’assemblée générale de leur section. Un rendez-vous annuel très suivi qui permet de faire le tour de toutes les préoccupations et des revendications des retraités agricoles.
Le problème numéro 1 de ces derniers demeure le faible montant des retraites agricoles et la difficulté à obtenir des revalorisations. «Nous avons obtenu une revalorisation en novembre dernier à hauteur de 75% du SMIC... Les 75% du SMIC ne sont malheureusement déjà plus une réalité. Les retraites n’ayant pas été indexées sur l’évolution du SMIC !» regrette le président de la SDAE Jean Beraud.  «En 2002, on nous avait annoncé une revalorisation de nos retraites à 75% du SMIC dans les 5 ans, et au final il a fallu 15 ans pour les obtenir !» remarque l’invité national, Alain Lecler administrateur à la SNAE, en guise d’illustration du malaise des anciens agriculteurs.  «En Auvergne, 58,7% des retraités agricoles ont un revenu fiscal de référence de moins  de 11 018 € par an pour 1 personne seule et de moins de 16 902 € pour un couple» alerte le président de la SRAE Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Claude Chalencon.
La question de la revalorisation des retraites à hauteur des 85% du SMIC était plus que jamais à l’ordre du jour de cette assemblée générale. «Tout le monde semble d’accord pour l’augmentation à 85% du SMIC demandée depuis de nombreuses années mais le plus dur reste de trouver les sources de financement» a indiqué Jean Beraud. Le sénateur Laurent Duplomb, qui s’intéresse de près à cette question, a fait part de son propre projet qui permettrait d’obtenir les 370 millions d’€ nécessaires à cette revalorisation. Si sa solution consiste à prendre l’argent dans la poche de ceux qui sont la cause des petites retraites des agriculteurs, comprenez la Grande Distribution, selon lui la revalorisation des retraites passera aussi par la solidarité nationale. «On ne peut pas admettre que des personnes qui ont travaillé toute leur vie disposent à la retraite d’une rémunération en dessous du seuil de pauvreté» indique le sénateur.

Message à porter : «Tous les retraités sont égaux»
Sur ce dossier, le président de la FDSEA, Yannick Fialip, a proposé de porter le message suivant dans le débat national : «tous les retraités, à partir du moment où il ont travaillé et cotisé, doivent avoir les mêmes droits».
Un autre sujet a vivement contrarié les anciens exploitants ces derniers mois, il s’agit d’un trop-perçu au titre du complément différentiel de retraite complémentaire obligatoire. Deux représentantes de la MSA Auvergne, Audrey Colomb et Martine Teissier sont intervenues pour s’excuser de cette regrettable erreur de calcul et en appréhender les conséquences fiscales. «Cette erreur commise au niveau national a eu un impact sur l’ensemble des retraités agricoles français. Le trop-versé (Nldr :  déjà récupéré à ce jour auprès de l’ensemble des retraités) s’élevait au maximum à 400 €». Les intervenantes en ont profité pour livrer quelques actualités sur la taxe Casa, la réforme de la CSG, les prélèvements sur les retraites, la revalorisation des avantages de vieillesse et la présentation des services en ligne de la MSA Auvergne. Des services que les retraités agricoles sont susceptibles d’utiliser puisque d’après la MSA, 68% des retraités MSA y ont recours.

Accompagnement informatique
Dans le domaine informatique, les présidents Yannick Fialip et Jean Beraud ont annoncé la mise en place d’un partenariat entre leurs deux structures. «Un technicien pourra intervenir par le biais d’une prestation afin de vous aider sur la gestion des problèmes liés à l’informatique. Il vous suffira d’appeler la FDSEA pour prendre rendez-vous. Le temps passé par le technicien sera pris en charge par la SDAE, seuls les frais de déplacement seront à votre charge» explique Jean Beraud.
Les élections à la chambre d’agriculture préoccupent les anciens exploitants qui devront s’inscrire sur les listes électorales pour participer au vote. «Même si notre collège parait être conservé, il semblerait que nous n’aurons plus qu’un siège sur les deux que nous avions précédemment» s’inquiète Jean Beraud. «Le gouvernement voulait supprimer la représentation des anciens exploitants à ces élections.  La FNSEA a obtenu que l’on conserve un représentant» a indiqué Yannick Fialip.

Alain Lecler, administrateur SNAE
Alain Lecler, administrateur SNAE - © HLP

Alain Lecler, administrateur SNAE

Mesurons notre chance...

Sur le dossier revalorisation des retraites, Alain Lecler administrateur à la SNAE originaire des Vosges, a signalé que les responsables de la section nationale faisaient leur possible pour faire avancer le dossier. «Mais notre chance à nous tous retraités agricoles, c’est d’être né en France, dans des familles qui avaient des principes et l’amour du travail. Notre chance c’est aussi d’être tous là, réunis en famille, au sein d’un réseau syndical duquel se dégage beaucoup d’amitié et de solidarité».
Alain Lecler a remercié la Haute-Loire pour son geste dans le cadre de l’opération «Devoir de mémoire» lancé par la SNAE pour rendre hommage aux femmes et prisonniers victimes de la guerre. Il a invité les membres de la SDAE à se rendre à Verdun où un monument a été érigé en leur honneur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui