La Haute-Loire Paysanne 29 mars 2017 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

«Un agriculteur organisé est un agriculteur efficace et un paysan heureux»

Haute-Loire Conseil Élevage mise sur le conseil technique d’experts et encourage ses adhérents à réfléchir à l’organisation du temps de travail dans les exploitations agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les adhérents au CEL43 se sont réunis le 21 mars à St Privat d’Allier.
Les adhérents au CEL43 se sont réunis le 21 mars à St Privat d’Allier. - © HLP

Haute-Loire Conseil Élevage (CEL43), organisme qui recueille les performances des troupeaux laitiers de notre département, rassemble 858 adhérents (dont 115 en contrôle non officiel), ce qui représente 52% des exploitations laitières de Haute-Loire.
Comme toutes les autres OPA, «CEL43 perd une cinquantaine d’adhérents par an, ce qui se traduit par une légère baisse d’activités (42 600 vaches contrôlées  en 2016 contre 43 790 en 2015)» a souligné Daniel Teissier, directeur de CEL43 le 21 mars lors de l’assemblée générale de la structure.
Le cheptel contrôlé est majoritairement de race montbéliarde (66,6%) et dans une moindre mesure de race Prim’Holstein (25,1%), Abondance (2,12%), Tarine (0,4%) et Brune (0,4%).

Des élevages performants
Le bilan technique des cheptels traduit la performance des exploitations laitières avec une quantité de lait par vache en progression avec 6 933 kg en 2016 contre 6 920 kg l’an dernier. Daniel Teissier met toutefois en évidence d’importants écarts entre les élevages : «Quelques élevages se trouvent encore à moins de 3 000 kg de lait par vache, 33 élevages se situent à plus de 9 000 kg. Notons que pour la première fois, un élevage a dépassé les 11 000 kg de lait produits !».  Quant aux taux butyreux et protéiques, ils augmentent pour atteindre respectivement 40,6 g/kg et 33 g/kg.
Si l’on observe les lactations brutes, la Haute-Loire affiche des taux supérieurs à ceux de la France (+0,9 pour le TB et +0,6 pour le TP).  
Le rapport d’activités traduit un problème récurrent en matière de qualité cellulaire. 56% des élevages ont un résultat moyen annuel cellules compris entre 200 000 et 400 000 cellules, 13,5% dépassent le seuil des 400 000 cellules. «Cette problématique est régulièrement débattue  en conseil d’administration» a souligné Daniel Teissier.
On observe une tendance à l’étalement des vêlages ; «le pic d’août à octobre s’atténue et l’on observe également une tendance à l’étalement des vêlages pour les génisses.»
Haute-Loire Conseil Elevage propose une douzaine de services dont une nouveauté en 2016 : l‘indicateur de gestation dès 30 jours de gestation à partir de l’analyse de lait (2e flacon).
D’ici la fin du semestre 2017, il sera possible de connaître l’état de santé des vaches laitières par le dosage de l’acétonémie du lait. Un service qui viendra s’ajouter à la liste de services déjà disponibles (poids et composition du lait ; analyses de fourrages Agrinir ; état de gestation  à partir des analyses de lait ; Mil’Klic ;  conseils en robot de traite par 5 conseillers formés, et échanges de données via l’outil Ori-automate ; service santé mamelle ; service nutritionniste).
CEL43 assure également la formation de ses adhérents ; en 2016, ses formations concernaient l’ensilage d’herbe extra, les cellules et mammites, robot de traite, composer une ration efficace, coûts de production.  Cette année, le thème de l’assemblée générale s’intéressait à l’organisation du travail et à la gestion du temps dans les élevages.
«De nos jours, tout va plus vite, nos exploitations grossissent et le collectif peine à garder le dessus. Dans ce contexte-là, notre rôle est de faire réfléchir et de proposer des pistes de travail» a expliqué le président de CEL43, Jean-Julien Deygas dans son rapport moral.
«Il s’agit d’un sujet déterminant pour la réussite économique et l’épanouissement moral de l’agriculteur. Un agriculteur organisé est un agriculteur efficace et un paysan heureux !» ajoute-t-il
Afin d’élargir la réflexion autour de ce sujet central, un expert travail à l’EDE 63 est intervenu lors de cette assemblée générale (voir article bas de page).

Atouts et perspectives
En cette période de crise agricole, J-J Deygas a confirmé la baisse  (-1%) de la cotisation annuelle 2017 pour son organisme ainsi que sa ligne de conduite : «apporter du conseil au plus juste prix mais avec des experts».
Il a terminé son propos par un message optimiste : «notre département a beaucoup d’atouts et de perspectives en production laitière. On a un savoir-faire qui n’est plus à démontrer. Alors continuons sur cette lancée».

CEL43 en chiffres
858 adhérents
42 600 vaches contrôlées
3 millions d’hl
37 609 vêlages
Vaches contrôlées : 28 400 montbéliardes, 10 700 Prim’Holsteins, 900 Abondances, 200 tarines et 200 Brunes.
7 élevages caprins (1 360 chèvres) et 2 élevages ovins adhérents.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,