La Haute-Loire Paysanne 09 novembre 2012 à 08h54 | Par Propos recueillis par A.Pion - Chambre d’Agriculture

Transmission - RDV Transmission, une étape indispensable pour y voir clair

Rencontre avec Gabriel Cuoq, éleveur laitier à Marcilhac commune de Saint Paulien

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Éleveur laitier sur la commune de St Paulien, Gabriel Cuoq pense à sa succession.
Éleveur laitier sur la commune de St Paulien, Gabriel Cuoq pense à sa succession. - © HLP
Quand avez-vous commencé à vous préoccuper de votre transmission ?
Gabriel Cuoq, éleveur laitier à Saint Paulien : «L’hiver dernier, j’ai commencé à me renseigner  et j’ai participé à la formation organisée par la Chambre d’Agriculture, je suis également allé me renseigner auprès de la MSA pour faire un bilan  du nombre de trimestres travaillés. Mes droits à la retraite ne prendront effet que dans 5 ans».

Pourquoi vous y prendre aussi tôt ?
G.C. : «Je pensais pouvoir partir plus tôt mais le calcul de mes droits a démontré le contraire. Cependant, je ne regrette pas d’avoir participé dès l’an passé à la formation car je me suis rendu compte qu’il fallait vraiment anticiper. Tout est compliqué. J’ai touché du doigt des problématiques importantes : la fiscalité, le remboursement éventuel d’une partie des subventions, la TVA…»

Quelle est votre situation aujourd’hui ?
G.C. : «Je possède une ferme de 50 vaches laitières avec 236 000 L de lait avec une étable entravée construite en 1981 où les vaches peuvent s’attacher seules. Une stabulation plus récente avec silos couloirs, construite en 2000, abrite les génisses. Le stockage des effluents nécessite certainement des  modifications pour être aux normes. Les bâtiments sont  assez fonctionnels, ils se trouvent à 100 mètres des habitations. J’ai 55 ha de terrains en propriété et une quinzaine d’hectares en fermage dont 14 ha attenants aux bâtiments. D’autres échanges vont peut-être se faire dans les mois à venir. Ma femme est conjointe collaboratrice et participe aux travaux de la ferme».

Comment envisagez-vous votre transmission ?
G.C. : «Je n’ai pas encore d’idées bien arrêtées pour la reprise d’exploitation. J’hésite à inscrire ma ferme au RDI car mon fils de 19 ans ne souhaite pas reprendre l’exploitation pour le moment mais peut-être changera-t-il d’avis. Ça serait pourtant une bonne chose mais c’est un travail contraignant où l’on peut difficilement prendre des vacances.
La transmission par le biais du parrainage est peut-être une bonne solution. Ça simplifierait la démarche. Il n’y aurait pas besoin de rembourser les subventions et la TVA et l’État donne en plus des aides à la transmission. Le problème, c’est que je n’ai pas envie de me mettre en Gaec pour 4 ans.
Face à ces incertitudes, la transmission est compliquée et nécessite une réflexion  car tous les éléments sont à prendre en compte, c’est pour cette raison qu’il ne faut pas s’y prendre au dernier moment. J’ai aussi peur que les repreneurs potentiels soient réticents à une étable entravée et les modifications du bâtiment semblent compliquées à faire».

Qu’avez-vous pensé de la formation ?
G.C. : «J’ai trouvé cette formation intéressante, je la recommande à toutes les personnes qui se posent des questions comme moi. Il faut savoir où trouver l’information au bon moment.
J’en suis ressorti chargé d’informations car il y en avait beaucoup à retenir en un jour. Il faudrait peut-être séparer chaque thème important  pour une prochaine rencontre*».
Propos recueillis par A.Pion - Chambre d’Agriculture

* C’est chose faite aujourd’hui puisque dans les nouveaux RDV transmission, une première approche est proposée, elle sera ensuite suivie de rendez-vous thématiques.

En savoir plus

Prochains rendez-vous

2 rendez-vous transmission sont prévus cet automne après le succès des journées qui se sont tenues l’hiver dernier. Ouverts à tous les agriculteurs désireux d’en connaître plus sur la retraite et surtout sur sa préparation ils seront l’occasion d’apprendre les nouveautés sur la retraite avec la MSA tandis que les grandes étapes de la transmission de l’exploitation seront balayées ainsi que le parcours de l’installation d’un jeune.
Premier éclaircissement avant de rentrer par la suite, lors de rencontres thématiques dans des questions plus pointues :  fiscalité et  TVA, sur les baux, le Centre de Formalité des entreprises, les droits à produire…, ces rencontres sont destinées à tous les agriculteurs qui souhaitent cesser leur activité dans quelques années.
Faites confiance à nos spécialistes de la transmission qui sont là pour vous écouter, vous conseiller et vous orienter.
RDV le 13 novembre au Puy en Velay à l’Hotel Interconsulaire ou le 20 novembre à Brioude à l’Hotel Interconsulaire de 10h à 12h30.
Pour en savoir plus contactez Mireille Gardès :
07 87 03 66 74.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui