MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir La Haute Loire Paysanne quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
La Haute-Loire Paysanne 17 mars 2020 à 15h00 | Par Véronique Gruber

Toujours plus de lait par vache

Un nombre de vaches qui se stabilise et une production de lait par vache qui progresse, tel est le constat pour les élevages contrôlés en 2019. Le point sur l’assemblée générale du 5 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les éleveurs sont venus nombreux à Fix pour assister aux assemblées générales communes.
Les éleveurs sont venus nombreux à Fix pour assister aux assemblées générales communes. - © HLP

L’activité 2019 de Haute-Loire Conseil Élevage est stable avec 794 adhérents  (soit 54% des exploitations laitières), 43 530 vaches contrôlées (58% du cheptel laitier) et 3,1 millions d’hl (80% de la collecte).


Explosion des robots de traite
Patrice Mounier animateur de Haute-Loire Conseil Élevage a révélé une véritable explosion des robots de traite dans le département. Ce type d’équipements est désormais installé dans 8% des élevages, ce qui représente une cinquantaine d’exploitations en Haute-Loire. Et pour s’adapter aux besoins de ces fermes robotisées, Patrice Mounier a annoncé une gestion des laits sur 96 heures au lieu de 48h.
Le nombre de vaches laitières au contrôle laitier est en pleine croissance depuis 10 ans. Avec 33 250 vaches en 2010 et 43 530 vaches en 2019, Haute-Loire Conseil Elevage a gagné plus de 10 000 vaches en 10 ans. Toutefois Patrice Mounier a annoncé que le pic était certainement atteint ; une amorce de baisse du nombre de vaches ayant été observée récemment
(-700 vaches en 2019).
Les résultats techniques du troupeau laitier révèlent la poursuite de la progression de la production de lait par vache (avec 7 143 kg contre 7 101 kg en 2018), un TB de 40,3 g/kg, un TP de 33,3 g/kg et un effectif moyen de 57,9 UGB vaches laitières, en progression également. «7 exploitations laitières ont dépassé les 10 000 L/vache» annonce l’animateur.
En ce qui concerne les cellules, Patrice Mounier prône la vigilance ; en effet, 59,5% des élevages se situent dans la tranche des 200 000 à 400 000 cellules et 13,5%  sont au dessus des 400 000 cellules.
Haute-Loire Conseil Élevage note une évolution dans la répartition des vêlages depuis 2010. Le pic de vêlage observé en septembre s’est  nettement estompé sous l’effet  de l’arrivée des robots et du développement des élevages conduits en bio (décalage des vêlages au printemps). Même constat sur les premières lactations.
Haute-Loire Conseil Élevage assure également le contrôle et le suivi de de 13 élevages caprins en protocole officiel (2 100 chèvres) et de 1 élevage ovin. Haute-Loire Conseil Élevage assure la collecte de données et du conseil, à l’aide de services toujours plus nombreux (voir encadré).


Conjuguer agronomie et élevage
Dans son rapport d’orientation, le président Jean-Julien Deygas s’est projeté dans l’avenir et a prédit  pour son organisme «moins de collecte de données en raison de l’augmentation du nombre de robots et de salles de traite connectées et toujours plus de conseils attendus par les éleveurs». Pour lui, l’enjeu de la réussite des élevages laitiers de montagne, «c’est de conjuguer agronomie, en quantité et en qualité, et élevage pour viser l’autonomie sur chacune de nos exploitations».  Pour relever ce défi, Jean-Julien Deygas préconise un appui technique et de trouver des synergies afin de mettre encore davantage l’accent sur l’autonomie et la qualité des fourrages.
À l’échelon regional, Haute-Loire Conseil Élevage fait partie de la FIDOCL Conseil Élevage. Une structure régionale qui sera bientôt renforcée via l’embauche d’un animateur. Jean-Julien Deygas a par ailleurs confirmé le souhait de conserver une structure départementale «pour être plus proche de vous et continuer à avoir des administrateurs issus du terrain».
Enfin pour conclure, le président Deygas a indiqué : «L’avenir sera très probablement plus vert, il faut savoir anticiper. La technique est au service de l’économie et l’économie, demain, sera très probablement au service de l’écologie».

Les services

Analyses de fourrages :
3 analyses gratuites par an pour tout adhérent avec service conseil. Méthode Agrinir par infrarouge.

Indicateur de gestation :
À partir de l’analyse de lait (2ème flacon). Vaches à 30 jours de gestation. Un bon complément à la fouille des vaches et à une gestation. Une cinquantaine d’élevages utilisateurs.
Acétonémie : à partir de l’analyse de lait - vaches à moins 100 jours
Acides Gras : un véritable outil de pilotage de l’alimentation.
Le diagnostic courants parasites : un service qui se développe depuis 3 ans

Camera : ruminez vous êtes filmés :  pour détecter les problèmes dans les élevages.
MIL’KLIC : un bon outil pour la remontée des données sur Boviphone, un module technico-économique en cours de développement
RUMINAL : un nouveau logiciel alimentation développé en partenariat avec l’INRAG.
DATAHUB : permet la remontée des données sur les bases de Haute-Loire Conseil Elevage
Daily Data Oriweb :  traitement des données des automates. Gestion des laits sur 96 heures.
Genocellules : Analyse du flacon de lait et génotypage (à venir).

Formations : de nombreuses formations pour les adhérents.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui