La Haute-Loire Paysanne 30 juin 2011 à 15h47 | Par Véronique GRUBER

Sécheresse - Mesures de soutien pour les exploitations

Le 27 juin, le Préfet a réuni la presse locale pour faire le point sur les mesures de soutien mises en place pour venir en aide aux agriculteurs pénalisés par le manque d’eau. Le 20 juin, la mission d’enquête conduite par la DDT s’était rendue sur 14 cantons du département pour constater les pertes de rendements sur la première coupe d’herbe comprises entre 50 et 70% sur cette zone.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Hervé Morainville et Gilbert Guignand de la FDSEA, Gilbert Bros de la Chambre d’Agriculture, le Préfet, Denis Conus, Bruno Locqueville et Bernard Meyronneinc de la DDT.
De gauche à droite : Hervé Morainville et Gilbert Guignand de la FDSEA, Gilbert Bros de la Chambre d’Agriculture, le Préfet, Denis Conus, Bruno Locqueville et Bernard Meyronneinc de la DDT. - © HLP

La sécheresse printanière a sévèrement frappé de nombreuses exploitations agricoles de notre département.
Dès le 19 mai, le comité sécheresse s’est réuni enclenchant les premières restrictions d’usage de l’eau.
Le 20 juin,  la mission d’enquête conduite par la DDT s’est rendue sur 14 cantons du département pour constater les pertes de rendements sur la première coupe d’herbe comprises entre 50 et 70% sur cette zone ; zone qui a fait l’objet d’un dossier de demande de reconnaissance de l’état de calamité agricole.
Une deuxième mission d’enquête se rendra dans les prochains jours sur les secteurs où la première coupe d’herbe vient de s’achever.
Pour aider les éleveurs à faire face à ces importantes pertes de   fourrages, un certain nombre de mesures ont été annoncées au niveau national (voir encadré ci-dessous) et plusieurs actions ont été conduites à l’échelle du département.
Lundi 27 juin, le Préfet avait réuni la profession agricole, les banques, les assurances et la MSA autour d’une table pour faire le point sur l’application départementale des mesures décidées au niveau national.
Les premières initiatives ont émané de la profession agricole. «Le réseau FNSEA a très rapidement fait appel à la solidarité entre départements en demandant aux départements producteurs de ne pas broyer leur paille» a expliqué Gilbert Guignand, président de la FDSEA.
De son côté, la FDSEA de Haute-Loire a lancé une commande groupée de paille pour répondre aux besoins de ses adhérents. «Notre commande visait aussi à moraliser les prix de la paille» ajoute-il.
Pour la Haute-Loire, les commandes de la FDSEA représentent 8000 tonnes de paille qui permettront d’approvisionner environ 500 exploitations.
A l’heure actuelle, il reste encore à régler un gros point noir, celui du transport de la paille. Une réunion de mise en relation des professionnels agricoles avec les transporteurs s'est tenue en préfecture le 6 juin dernier sous pilotage de la DDT.

Paille : le coût du transport en discussion
«Nous avons quelques inquiétudes en matière de propositions de prix pour le transport par route» a avoué le Préfet, Denis Conus. «On nous parle de 80 à 100 euros la tonne pour un transport par route» indique Gilbert Guignand. Un tarif beaucoup trop élevé qui risque encore de tirer les prix de la paille à la hausse. D’autant que cette année la paille est chère à cause d’une sécheresse européenne et de la concurrence féroce entre pays. Cette année, la paille commandée par la FDSEA devait être rendue chez les éleveurs à 120 euros la tonne ; or, les problèmes de logistique (transport routier ou ferroviaire) risquent de changer la donne. C’est pourquoi, la profession travaille d’arrache-pied sur ce dossier.
Le président de la Chambre d’Agriculture, Gilbert Bros, a rappelé le contexte difficile dans lequel s’inscrit cette sécheresse : «La paille représente une infime partie du problème des éleveurs, ces derniers auront beaucoup d’achat à faire auprès des marchands d’aliments (pour compenser les pertes en fourrages). Or, le prix de l’aliment est très élevé. Pour résoudre les problèmes de trésorerie des exploitations, certes des mesures sont en place mais cela ne résout pas les problèmes de revenu. Et la période la plus dure sera au début de l’année prochaine».
En cette période difficile, les éleveurs sont parfois tentés de décapitaliser leur cheptel. Un choix que Gilbert Bros déconseille vivement ; il invite les agriculteurs à se rapprocher des techniciens de la Chambre d’Agriculture qui travaillent sur le conseil en matière de fourrage».   
Concernant la concrétisation au niveau départemental de l’engagement des banques et assurances en faveur des éleveurs sous la forme de prêts de trésorerie à taux préférentiels (voir détails en bas de pas), le Préfet s’est montré plutôt optimiste : «J’ai trouvé une bonne réactivité de leur part et nous serons là pour rappeler ultérieurement ces engagements».
Pour l’heure, tout le monde espère un peu la pluie pour les mois à venir, histoire d’obtenir une récolte de fourrage de substitution.

Principales mesures annoncées

Mesures au niveau national
- Autorisation de pâturer ou de faucher les jachères et les bandes enherbées (et ce sans formalité particulière).
- Levée des contraintes sur les parcelles soumises à des mesures agro-environnementales.
- Appel à la solidarité entre filières et demande aux céréaliers de mettre les  pailles à disposition  des éleveurs (ne pas broyer les pailles). Annonce de la mise en place de contrats entre filières au 1er juillet.
- Accord de la Commission européenne pour le versement anticipé d'un acompte sur les aides communautaires le 16 octobre prochain (au  lieu du 1er décembre) et 15 septembre pour un acompte ICHN.
- Mise en place par la Commission d'un groupe d'expert de haut-niveau chargé d'élaborer des propositions pour l'avenir de la filière bovine en Europe.
- Mise en place d'une cellule de crise pour répondre aux besoins de transport de paille vers les départements qui en manquent.
- Engagement des  secteurs des banques et des assurances en faveur des éleveurs : 700M€ de prêts de trésorerie à un taux de1,5% pour les jeunes et 2% pour les autres.
- Engagement de la MSA en faveur des éleveurs : report des appels à cotisation de juin pour tous les éleveurs (coût de la mesure : 80M€). 

Des mesures complémentaires annoncées par le Chef de État le 9 juin
Des mesures pour soulager la trésorerie des agriculteurs touchés par la sécheresse :
- Le fonds national de garantie contre les risques en agriculture sera doté d'une enveloppe de 200M€ pour permettre le versement, dès le mois de septembre, d'une avance aux agriculteurs sur l'indemnisation des pertes dues à la sécheresse.
- Les échéances des prêts contractés par les éleveurs dans le cadre du plan de soutien exceptionnel à l'agriculture (PSEA) seront reportées d'un an.
- Les agriculteurs situés dans les zones sinistrées par la sécheresse seront exonérés de la TFNB (coût de la mesure : 300M€).
- Des mesures pour mieux gérer les ressources en eau à l'avenir (retenues collinaires, développement de cultures économes en eau, etc.).
Au total, les mesures immédiates annoncées par le gouvernement et le Chef de l'Etat représentent un montant de près de 1,3 milliard d'euros.
- Assurance stocks et transport de paille : GROUPAMA et Crédit agricole proposent une extension gratuite de garantie pour couvrir ces risques.


Conclusions de la réunion du 27 juin au Puy-en-Velay
Médiateur du crédit et banques sont mobilisés. Les prêts de trésorerie seront débloqués rapidement pour permettre les achats de fourrage. Report en fin de tableau des échéances des prêts accordés dans le cadre du plan de soutien exceptionnel à l'agriculture d'octobre 2009.
MSA : possibilité d'échelonner le paiement du 2ème acompte provisionnel (juillet) : les courriers d'envoi de l'appel à paiement correspondant en expliqueront les modalités.
Taxe sur le foncier non bâti (TFNB) : un dispositif de  dégrèvement simple et collectif sera mis en place dès que les taux de perte seront connus sur l'ensemble du département.
Des inquiétudes sur les conditions tarifaires d'acheminement de la paille. Le Préfet réunira à nouveau les transporteurs dans les prochains jours.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui