La Haute-Loire Paysanne 07 octobre 2011 à 14h31 | Par S.Marion

Sécheresse - Le syndicalisme se bat pour faire reconnaître la réalité du terrain

Le Comité national de l’Assurance en Agriculture se réunit le 12 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Michel Durand, secrétaire général de la FDSEA
Jean-Michel Durand, secrétaire général de la FDSEA - © HLP
La FDSEA et les JA de Haute-Loire sont toujours très mobilisés sur le dossier «calamités agricoles». Ils entendent bien obtenir le classement du département au titre de la sécheresse 2011 pour l’ensemble du zonage déterminé lors des comité d’expertises départementaux.
Revenons un peu en arrière avec Jean-Michel Durand secrétaire général de la FDSEA. Le premier Comité National de l’Assurance en Agriculture qui s’est réuni le 12 juillet 2011, a statué à partir du dossier déposé par la Direction Départementale des Territoires, et reconnu une situation de pertes de récoltes fourragères pour 14 cantons. Ce dossier a fait suite au déplacement du Comité d’expertise départemental - comité composé de réprésentants de la DDT, des différents syndicats agricoles et de la Chambre d’Agriculture - sur le terrain, et à l’analyse des données pédo-climatiques.
Plus d’un mois plus tard, le 25 août une nouvelle réunion du  CNAA a pris en compte une partie seulement du second dossier déposé par la Haute-Loire. Là 3 autres cantons ont été retenus ainsi que 11 communes. (voir le détail dans notre édition du 23 septembre dernier).
Jean-Michel Durand explique : «Pour prendre cette décision, le CNAA s’est appuyé sur les données fournies par le satellite ISOP. Des données très approximatives en particulier en zone de moyenne altitude, voire fausse en haute altitude». Et il rajoute : «Les commissions d’enquête ont pourtant fait du très bon travail sur le terrain, se déplaçant pour bien appréhender la situation, et le Comité national n’a pas tenu compte de leurs observations et de leurs relevés».
Prochain CNAA,
le 12 octobre
Sûr de son zonage et de ses arguments, le Comité d’expertise du département soumet à nouveau son dossier pour la prochaine session du CNAA, le 12 octobre, et espère bien obtenir gain de cause.
La FDSEA et les JA ont ces derniers jours rencontré les élus, Laurent Wauquiez, Gérard Roche, Jean Proriol, ou encore Jean Boyer pour leur faire part de la situation et leur demander de soutenir le dossier altiligérien. «Nous ne demandons pas de favoritisme. Nous voulons simplement une reconnaissance de la réalité du terrain telle que présentée dans notre dossier».
Le secrétaire général insiste sur la nécessité de cette reconnaissance. «Les agriculteurs des communes non reconnues au titre des calamités agricoles pour cette sécheresse 2011, seront soumis à une double, voire une triple peine. Ils seront bien sûr exclus du fond de calamités, mais ne pourront également pas bénéficier du dégrèvement d’impôts ; dégrèvement qui, je le rappelle, est perçu par le propriétaire mais  il est déductible du fermage. Et enfin, ils ne pourront pas prétendre aux prêts sécheresse. Voilà pourquoi, nous nous battons pour obtenir cette reconnaissance».
Et les conditions métérologiques de ce mois de septembre n’améliorent pas la situation. Les agriculteurs comptaient «se refaire» un peu en automne, mais l’herbe est bien trop rare. Certains ont déjà rentré leurs animaux qui devront attendre avril pour revoir de l’herbe verte. Et quand on voit le taux de remplissage des granges et silos, on peut réellement s’inquiéter…

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui