La Haute-Loire Paysanne 26 décembre 2008 à 16h21 | Par Véronique GRUBER

Rester un acteur majeur dans la nutrition animale et la distribution

Le groupe Euréa, réseau de distribution agricole et rural qui intervient sur les territoires de la Loire et de la Haute-Loire, a présenté le bilan de son activité à St Paulien lors de son assemblée générale le 16 décembre. Le groupe développe son activité autour de la nutrition animale, l'approvisionnement agricole, la collecte des céréales et l'activité grand public.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Pierre Ambert, vice-président, Bernard Meyronneinc, DDAF, Gilbert Bros, pdt Chambre d’Agriculture,  Henri Meunier, président Euréa Coop, Bertrand Relave, directeur général et Jean-Michel Javelle, vice-pdt.
De gauche à droite : Pierre Ambert, vice-président, Bernard Meyronneinc, DDAF, Gilbert Bros, pdt Chambre d’Agriculture, Henri Meunier, président Euréa Coop, Bertrand Relave, directeur général et Jean-Michel Javelle, vice-pdt. - © HLP

En assemblée générale le 16 décembre dernier à Saint-Paulien, le groupe Euréa a ouvert cette rencontre en récapitulant les grands temps forts de l’actualité agricole de l’année 2008.
Le président d’Euréa Coop, Henri Meunier, est revenu un an en arrière, en pleine période de pénurie alimentaire. «La croissance des pays émergeants d’Asie et d’Amérique du Sud a provoqué une forte demande alimentaire. La hausse brutale du prix du pétrole a accéléré la transformation des produits agricoles en bio-carburants.  Des rendements de céréales faibles en Europe de l’Est et la sécheresse en Australie ont contribué à tirer le marché vers le haut. Cette tension sur le marché des céréales a entraîné une spéculation sans scrupule. Si elle a fait le bonheur de quelques-uns, elle a provoqué le malheur de beaucoup.
La production laitière a connu la même euphorie et des prix que personne n’imaginait.
Ces envolées des prix furent largement amputées par les hausses du coût des intrants. La hausse de nos coûts de production (carburant, engrais, devenus exorbitants) pénalise fortement les résultats de nos exploitations. La flambée des prix des céréales et autres matières premières détériore les résultats des productions animales.
Ce printemps 2008, la fièvre catarrhale frappait nos élevages ruminants. Les pertes sont conséquentes pour nos départements Loire et Haute-Loire, à vocation d’élevage».

Un nouveau directeur général

Henri Meunier a évoqué les récents changements intervenus au sein de l’équipe dirigeante du groupe. «Vincent Scottez a quitté la direction générale le 30 juin dernier. Le Conseil d’administration a donc procédé à la nomination de Bertrand Relave au poste de directeur général. Agé de 40 ans, Bertrand Relave, connaît bien l’entreprise puisqu’il y est entré en 2004 pour remplacer le directeur d’Agri Sud-Est Centre ; il est ensuite devenu directeur de l’activité Grand Public».
Les priorités d’avenir d’Euréa Coop ont été clairement énnoncées par le président Henri Meunier.
Le partage des compétences humaines dans le cadre de partenariats avec d’autres départements sont toujours d’actualité chez Euréa. «Le groupe a toujours privilégié des partenariats ou des alliances vers nos départements voisins, non pas pour être plus gros mais pour être plus efficace afin de répondre au mieux à la demande des éleveurs.
Un partenariat se construit dans la confiance et le respect réciproques, dans un objectif purement économique. C’est la condition « sine qua non » pour être respectés demain, face aux groupes géants qui se constituent désormais».

Un appui technique le plus approprié possible

Le groupe entend continuer à développer les filières qualité Lentille Verte du Puy et blé CRC (Culture Raisonnée Contrôlée) et CAP, sans oublier le créneau de l’agriculture biologique. «Je souhaite que les producteurs de Lentille Verte du Puy touchés par de mauvaises récoltes ne se découragent pas ; c’est l’avenir de notre région de montagne qui est en jeu» a-t-il précisé dans son discours.
En matière de conseil agricole, «Euréa Coop doit plus que jamais apporter un appui technique, le plus approprié à ses adhérents et en adéquation avec celui délivré par la Chambre d’agriculture».
Autre priorité de l’entreprise : la nutrition animale. «Au cours de cet exercice, nous avons beaucoup réfléchi sur l’avenir de la nutrition animale, qui nous tient à cœur et demeure une priorité pour le groupe sur nos zones d’élevage. L’usine d’aliments de Feurs, bien située géographiquement, a capacité à produire des tonnages. Cet outil est actuellement l’un des plus performants de la région» a-t-il souligné.
Bertrand Relave a présenté les grandes lignes de l’exercice 2007-2008 (voir encadré ci-dessous), exercice qui correspond à la première année d’activité d’Euréa Coop (issu de la fusion entre Agricel 43 et CBA).
L’assemblée générale s’est achevée avec l’intervention de Christian Renault, consultant à l’agence de développement international. Ce dernier a rappelé que le nouveau système des aides PAC privilégie la compétitivité des exploitations, ce qui induit une fragilisation des zones de montagne. Dans une conjoncture d’instabilité des prix des approvisionnements des agriculteurs et des cours des produits agricoles, Christian Renault a souligné le rôle des coopératives agricoles dans la gestion de la volatilité des cours et dans le développement des débouchés  différenciés (tels que la LVP et le blé CRC) pour assurer un revenu durable  aux agriculteurs.

Bilan d'activités

Le groupe Euréa développe son activité autour de la nutrition animale, l’approvisionnement agricole, la collecte des céréales et l’activité grand public.
Le 16 décembre, Bertrand Relave a communiqué les principaux chiffres de chacun de ces pôles d’activité.
- Nutrition animale :
199 438 tonnes d’aliments commercialisés ; un tonnage stable
- Agro-distribution :
39 millions d’euros de chiffre d’affaires (identique à l’exercice 2006-2007).
- Collecte de céréales :
52 621 tonnes (en progression de 19% sur l’exercice 2007-2008).
En ce qui concerne la collecte de Lentille Verte du Puy, la qualité est correcte et les rendements très hétérogènes (2078 tonnes collectées, rendement 2008 de 9,2 qx/ha).
- Activité grand public :
Une activité en progression avec un chiffre d’affaires de 38,4 Me contre 37,2 Me sur l’exercice précédent.
33 magasins Gamm Vert, 4 magasins Comptoirs du village et 18 magasins Agri Sud Est.
Des investissements soutenus dans les magasins (Feurs, Sorbiers) et un projet de nouveau magasin Gamm Vert à Villars (ouverture prévue en septembre 2009) en remplacement de celui de St Etienne.
Henri Meunier a indiqué que certains magasins Agri-Sud-Est centre devraient passer sous enseigne Gamm Vert.
- Chiffre d’affaires consolidé par métier :
153 634 000 e (Nutrition animale : 39%, Grand public : 26%, Agro-distribution : 26% et Collecte : 9%).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui