La Haute-Loire Paysanne 07 octobre 2011 à 14h43 | Par M.brut

Recensement - Le nombre d’exploitations recule de 21% en Auvergne

Les premiers résultats du recensement agricole 2010, de la région Auvergne, viennent de tomber.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le dernier recensement agricole a été réalisé il y a dix ans. Aujourd’hui, les nouveaux résultats témoignent de l’évolution des exploitations mais aussi de leur déprise. Le premier constat est la chute de 21 % du nombre d’exploitations, passant de 30 000 à 23 700. Néanmoins, il apparaît que l’agriculture auvergnate est en parfaite harmonie avec son territoire. La qualité de ses produits apparaît également,  ainsi que la spécialisation des producteurs.

L’activité évolue

L’agriculture occupe 56% du territoire auvergnat contre 50% à l’échelle de la France. Les fortes densités d’exploitations agricoles se trouvent aussi bien près des zones urbaines que rurales. Cette répartition « égalitaire » semble montrer qu’aucun territoire de la région n’est en déprise. Pourtant, les résultats affirment une diminution du nombre d’exploitations. Ainsi, on peut observer une forte baisse pour les petites et moyennes exploitations (classées selon le produit brut standard) allant jusqu’à  -30%. Les grandes exploitations, quant à elles, augmentent.  Paradoxalement, quelle que soit la classification, toutes les fermes gagnent en superficie. Aujourd’hui, la surface moyenne est de 62 ha contre 50 ha en 2000.  Mais, il n’y a pas que le foncier qui évolue. Les producteurs sont désormais 79% à être spécialisés. Les filières bovins viande et  grandes cultures sont privilégiées.
La diversification ne concerne que 10 % des exploitations auvergnates. Les activités les plus importantes restent la transformation de Saint-nectaire et Cantal fermiers, le tourisme et les travaux agricoles.
L’augmentation des surfaces, l’hyper-spécialisation, la diversification témoignent de l’adaptation des exploitations à la conjoncture actuelle. Cependant, la diminution du nombre d’exploitations témoigne aussi des difficultés économiques du métier.

Qualité omniprésente

L’évolution de l’agriculture Auvergnate passe également par celle de ses principaux acteurs. Depuis 2000, le taux de chefs d’exploitation, de moins de 40 ans ayant le niveau BAC a doublé passant à 63%. Ces générations participent à la professionnalisation du secteur. Les signes de qualité (label, AOC…) tiennent une place importante. Plus de 33% des exploitations produisent sous ces signes. Ces derniers concernent essentiellement la viande bovine, le lait et les différentes transformations fromagères. Il en va de même pour le Bio qui a doublé ses surfaces en dix ans.
L’agriculture auvergnate se distingue par son taux de surfaces sans engrais ni produits phytosanitaires, qui atteint 60%. La région est donc « la plus grande prairie naturelle de France ». Un signe de qualité,  complété par bien d’autres.

L’élevage auvergnat en chiffres

618 000 bovins pour 16 200 exploitations
516 600 ovins pour 3 900 élevages
34 300 caprins dans 1 000 élevages
24 300 équidés
3 845 900 poulets de chair
778 700 poules pondeuses

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui