La Haute-Loire Paysanne 29 mai 2019 à 11h00 | Par Suzanne MARION

Producteur fermier, un métier qui en cache 10…

Guylaine Vigouroux, associée du Gaec de Tallobre, à Vergezac, nous invite à entrer dans son quotidien d’agricultrice sur une exploitation qui élève des vaches, produit du lait, le transforme, le commercialise…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quand elle est au point de vente sur la ferme, entre deux clients, Guylaine Vigouroux répond au téléphone, établit les factures, appelle ses fournisseurs, fait sa comptabilité, prépare des commandes…
Quand elle est au point de vente sur la ferme, entre deux clients, Guylaine Vigouroux répond au téléphone, établit les factures, appelle ses fournisseurs, fait sa comptabilité, prépare des commandes… - © HLP

Productrice de fromages fermiers, Guylaine Vigouroux installée en Gaec à 5 associés sur la commune de Vergezac présente son activité comme la déclinaison de différents métiers. Éleveur, fabricant de produits à base de lait, commercial, commerçant, communicant, administratif… autant de fonctions à assumer pour, au sein d’une exploitation, valoriser le lait de la vache au consommateur. Alors bien sûr, Guylaine n’est pas seule pour assurer tous ces rôles, secondée par ses 4 associés et 2 salariés, mais elle doit néanmoins savoir revêtir tous ces costumes pour que la chaîne soit sûre et solide.
Elle est tombée dedans, un peu par hasard, poussée par le départ précipité d’anciens associés du Gaec de Tallobre en 2009. Sans en rien connaître, Guylaine s’est retrouvée à la fabrication des fromages et autres produits laitiers, dès son entrée comme associée ; elle était auparavant conjointe collaboratrice et ne touchait pas à la transformation du lait.


Un métier aux multiples facettes
Aujourd’hui, elle maîtrise toutes les phases de la fabrication, de l’affinage, de la commercialisation et même de la promotion. Toutes les étapes sont importantes et demandent une attention permanente. La fabrication des fromages de pays, faisselles et autres yaourts est très gourmande en temps, d’où la présence de 2 salariés sur l’exploitation en plus de Guylaine. «On compte entre 6 à 7h de travail par jour pour transformer 1 000 à 1 500 l de lait en fromages ; temps auquel il faut ajouter la fabrication des autres produits (beurre, yaourts, faisselles). Soit 2 personnes par jour à plein temps» explique Guylaine. Et ça ne s’arrête pas là. Il faut aussi trouver du temps pour tourner les fromages en salle d’affinage, pour préparer les commandes, pour le nettoyage des salles et du métariel…
Quand elle n’est pas à la frabrication, ou en même temps, l’agricutrice doit répondre au téléphone et renseigner les clients, passer les commandes, faire les livraisons dans les points de vente, établir les factures, faire la comptabilité… Pour les marchés et les livraisons, elle peut compter sur l’aide d’un associé Jérôme son mari. Les autres associés, Julien, Jean-Louis et Michel, s’occupent des animaux (même si un robot de traite a été installé), des fourrages, du travail des champs, du matériel… aidés également par Jérôme.


Pour vendre, il faut communiquer
Un autre aspect du travail -quand on est producteur fermier- n’est pas souvent mis en avant et pourtant «il est essentiel» note Guylaine Vigouroux. C’est la promotion. Pour vendre, il faut communiquer, se faire connaître et faire connaître ses produits. C’est pourquoi, le Gaec de Tallobre et ses produits laitiers se retrouvent régulièrement sur des Foires. À Cournon, l’exploitation a remporté des premiers prix en 2018, 2016 et 2015 ; elle était aussi à Paris en 2016 et 2019 et à la Foire départementale aux fromages…
Et Guylaine est notamment active auprès du Comité de Promotion des produits agricoles et agroalimentaires avec la Chambre d’Agriculture ; elle participe donc à la promotion de ses produits mais plus largement aux produits agricoles de Haute-Loire. Elle sera présente cette fin de semaine au Puy dans le cadre de la Foire Exposition avec le Comité.


«Rien n’est jamais acquis»
Guylaine sait que «rien n’est jamais acquis». C’est pourquoi, elle se pose des questions quant au faible nombre de participants aux différents rendez-vous : SIA à Paris, Foire Expo, Foire aux Fromages… «Nous avons tous beaucoup de travail sur nos exploitations, nous sommes très sollicités… mais nous avons besoin de communiquer et de nous faire voir. Si nous ne sommes pas présents, la clientèle a vite fait de nous oublier». À travers le Comité de Promotion, c’est l’image de la Haute-Loire qui est véhiculée. Cette vitrine est celle de tous les produits des fermes du département. Quand des producteurs font le déplacement à Alès, à Lyon ou encore à Paris, ils sont les ambassadeurs de la Haute-Loire.
Alors Guylaine s’interroge : «pourquoi les producteurs fermiers ne sont pas davantage demandeurs  ? Comment se positionner face aux demandes des consommateurs qui ont évolué ces dernières années, avec les nouveaux modes de consommation (bio, végétarien, végan, sans gluten...), les allergies alimentaires, la nourriture et la santé… et surtout face à la désinformation voire la fausse information ?». Elle préconise de faire une enquête auprès des producteurs altiligériens pour connaître leurs besoins, leurs envies, leurs difficultés et ainsi avec le Comité de Promotion notamment essayer d’y répondre.
Très investie dans son travail, cette agricultrice n’arrête jamais. Quand elle sort de sa fromagerie, on la retrouve sur les marchés, au volant de son véhicule de livraisons, ou dans une foire. En 2019 elle sera, entre autres, à la Foire Expo ce week-end de l’Ascension, aux Terres de Jim en septembre à Bains avec le Comité de Promotion, et bien sûr toutes les semaines sur les marchés locaux…

Gaec de Tallobre
5 associés : Jérôme, Julien, Jean-Louis, Michel et Guylaine. 2 salariés pour la fromagerie. 1 aide familiale, Jessica.
120 vaches laitières et leur suite.
250 ha dont 24 ha de Lentille, 60 ha de céréales dont une petite partie pour la vente, 27 ha de maïs, 84 ha de prairies temporaires et le reste en prairies naturelles.
920 000 litres de lait produit dont 350 à 400 000 transformées en fromages de pays blancs ou bleus, briquettes, vacherons, faisselles, yaourts, beurre.
Vente directe à la ferme, sur des marchés (Paulhaguet, Le Monastier/Gazeille, Firminy, Langogne), auprès d’une cinquantaine de revendeurs et à l’occasion de foires (Festi Vins à retournac, Vini Vals, Foire aux pommes de Chambeyrac…).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui