La Haute-Loire Paysanne 09 mars 2011 à 15h54 | Par Suzanne Marion

Nicolas Sarkozy au Puy en Velay - Le patrimoine français, un héritage à conserver, à asssumer et à faire partager

Jeudi 3 mars, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Puy en Velay dans le cadre d'un tour de France placé sous le signe de l'héritage patrimonial français. Il a visité la Cathédrale du Puy, le Baptistère St Jean et le cloître, joyaux architectoraux de la cité ponote. Conserver, restaurer, mais aussi assumer son héritage, c'est, pour lui, un devoir de la République.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Chef de l’État, accompagné de Frédéric Mitterrand ministre de la Culture et de la Communication et Laurent Wauquiez ministre chargé des Affaires Européennes…
Le Chef de l’État, accompagné de Frédéric Mitterrand ministre de la Culture et de la Communication et Laurent Wauquiez ministre chargé des Affaires Européennes… - © HLP

Pas d’annonces, pas de grand discours politique ou de grand messe électoraliste, le passage éclair du Président Nicolas Sarkozy au Puy en Velay, dans le cadre d'un tour de France placé sous le signe de l'héritage patrimonial français, aura néanmoins été un formidable coup de projecteur sur notre ville. Et son patrimoine unique et exceptionnel n’a pas laissé le Chef de l’État insensible : «en gravissant les marches qui conduisent jusqu’au choeur de la Cathédrale du Puy… j’ai été saisi par la majesté souriante de cet immense reliquaire de pierre…» et de souligner non sans une certaine émotion que «rien ne ressemble à ce lieu que je viens de parcourir».
Arrivé au bas de la rue des Tables en voiture, le Président, accompagné de Frédéric Mitterrand Ministre de la Culture et de la Communication et Laurent Wauquiez Ministre chargé des Affaires Européennes et Maire de la ville du Puy en Velay, a alors gravi à pied la montée jusqu’à la Cathédrale. Quelques 2 à 300 sympathisants ont attendu longtemps massés le long de la rue des Tables, certains depuis 9 heures du matin, pour apercevoir le Chef de l’État, qui ne les a pas déçus, prennant le temps de serrer des mains tout le long de son ascension.
Dans le même temps, les opposants s’étaient réunis place de la Libération, où ils sont restés bloqués sous la haute surveillance d’un important dispositif des forces de l’ordre.

Un patrimoine qui incarne la France

Le Chef de l’État, dont c’était la deuxième visite officielle en Haute-Loire - souvenons-nous de la très médiatique Finale Nationale de Labours à Vergezac en août 2006 alors qu’il était candidat à la présidence de la République - a visité la Cathédrale du Puy inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco accueilli par Mgr Brincard Évêque du Puy, puis le Baptistère St Jean et son magnifique cloître du XIIe siècle, avant de se rendre à l’Hotel-Dieu dont les travaux de rénovation viennent d’être achevés.
Il s’est ensuite dirigé vers le Conseil Général pour y prononcer, devant un parterre de 500 élus et sympathisants UMP, son discours mettant en avant les actions engagées par le Gouvernement pour préserver et mettre en valeur le patrimoine architectural français.
D’entrée, Nicolas Sarkozy mettait en relief la générosité de la nature associée à la main de l’homme : «ces paysages du Velay incarnent la France au même titre que le Mont St Michel, le Pont du Gard, la Cité de Carcassonne ou le Château de Versailles». Des références à faire rougir de fierté les ponots…
Et ce patrimoine chargé d’histoire, une «histoire dense, riche, multiple, tragique parfois, sublime souvent» est pour le Chef de l’État un «héritage» qu’il convient, et «c’est notre devoir», de protéger, de restaurer. Pour lui, «protéger notre patrimoine, c’est protéger l’héritage de la France, c’est défendre les signes les plus tangibles de notre identité…».
Rappelant que le budget consacré à la restauration des monuments historiques a atteint 380 millions d’euros en 2008 et 400 l’année dernière, il évoque alors les chantiers en France avec des opérations de rénovation pour 47 des 86 cathédrales appartenant à l’État, la création d’une Maison de l’Histoire de France, l’ouverture au public des jardins de Rohan et Soubise à Paris ou encore la réalisation du nouveau centre des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine. Il souligne que Le Puy en Velay a aussi profité de ces crédits pour la poursuite des travaux de rénovation à la Cathédrale, la restauration de la salle des Mâchicoulis et de la salle des États qui abritera dès ce printemps la plus belle collection d’habits sacerdotaux et liturgiques de France, la collection Fruman.

Assumer

Cet héritage, il faut également «l’assumer» dit-il, et en cela, «reconnaître ce que l’on est et savoir d’où l’on vient». Dans le contexte actuel, alors que s'annonce le débat sur la laïcité organisé par l'UMP (ouverture ce vendredi 4 mars), Nicolas Sarkozy a souligné que «la chrétienté nous a laissé un magnifique héritage de civilisation et de culture» ajoutant que «président d’une république laïque, je peux dire cela parce que c’est la vérité».
Et enfin, cet héritage, il faut savoir le faire partager et apprécier, notamment par les enfants à qui «nous devons donner les moyens de le comprendre et le décrypter». Le projet du Centre Pompidou mobile est une initiative qui s’inscrit dans cette perspective.
Outre ces pierres qui font du Puy en Velay la belle ville que l’on connaît, la cité ponote est aussi un point de départ du chemin de St Jacques de Compostelle, premier itinéraire culturel classé par l’Europe, et suivi depuis plus de 1000 ans par de nombreux pélerins ou simples marcheurs.
Et pour Nicolas Sarkozy, «construire l’Europe de demain, c’est aussi continuer à suivre ce chemin». Enfin, il devait faire allusion à la tradition d’accueil et de protection du Velay, et évoquer la raison d’être de l’Hôtel-Dieu et de l’ancien Hôpital Général qui avaient pour objet d’accueillir les plus faibles et les pélérins les plus démunis, ou encore la création d’un des tout premier réseau de solidarité «l’oeuvre du Bouillon», sorte de «resto du coeur» d’aujourd’hui.
Et le Chef de l’État devait conclure par un message «j’étais venu vous dire que la France a un patrimoine qu’elle entend préserver… un héritage qu’elle doit partager… une identité dont elle peut être fière… mais ici, au Puy en Velay peut-être un peu plus qu’ailleurs, il est évident que la France a une âme».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,