La Haute-Loire Paysanne 28 novembre 2019 à 17h00 | Par Patricia Olivieri

Nicolas Bardy : « On ne va pas passer notre vie à nous défendre de travailler ! »

La cour d’Appel de Limoges invoque des nuisances olfactives liées à des bottes d’enrubannage pour condamner Nicolas Bardy éleveur à Lacapelle-Viescamp dans le Cantal, à verser 8000 € à ses voisins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2017, une pétition a été lancée sur le site Change.org pour défendre l’éleveur ; elle compte aujourd'hui plus de 122 600 signataires.
En 2017, une pétition a été lancée sur le site Change.org pour défendre l’éleveur ; elle compte aujourd'hui plus de 122 600 signataires. - © Union du Cantal

Cette fois, c’est fini : dans le cadre du conflit qui l’opposait à ses voisins depuis maintenant dix ans, l’éleveur cantalien Nicolas Bardy vient de se voir condamné par la cour d’Appel de Limoges(1) à verser à ces derniers
8 000 € pour des nuisances olfactives qu’auraient générées des bottes d’enrubannage stockées à l’extérieur de son bâtiment traditionnel, en face de la maison du couple de plaignants. Cette décision de justice intervenant en appel de la cour de Cassation (dont le rendu en juin avait été favorable à l’exploitant), l’éleveur de Lacapelle-Viescamp n’a aujourd’hui plus de recours et devra donc s’acquitter de cette somme à laquelle s’ajoutent plus de 5 000 € de frais d’avocat.
«Au bout de dix ans de procédure, ce n’est plus de la colère que j’éprouve, je suis tout simplement dépité par cette décision injuste et révoltante», se désole Nicolas Bardy. D’autant plus injuste que l’éleveur de  bovins et lapins a tout fait pour tenter de minimiser les supposées nuisances de son activité agricole. Ainsi, dans une semaine, ses salers entreront dans le bâtiment neuf qu’il s’est résolu à faire construire à l’extérieur du village de Jallès ; les plaignants ayant fait valoir devant la justice le fait que le bâtiment jusqu’alors utilisé par l’éleveur avait une vocation de stockage et non d’étable.
Pas à l’abri de nouvelles plaintes
«Qu’on soit condamné parce que, le temps que la nouvelle stabulation se fasse, on a continué à utiliser ce bâtiment au lieu de laisser les animaux et les petits veaux dehors l’hiver, à la rigueur, on assumerait. On l’a fait en connaissance de cause sachant qu’on était hors la loi, explique Nicolas. Mais là, on nous reproche des nuisances  qu’ils (les plaignants) n’ont jamais réussi à faire établir. Le seul élément du dossier sur lequel s’appuie la cour d’Appel c’est un constat d’huissier, un seul en dix ans, lequel avait déclaré avoir senti un peu l’odeur d’enrubannage !». Voilà sur quoi repose aujourd’hui la condamnation du Gaec.
Au-delà de l’absurdité et de la légèreté du motif de l’accusation retenue, ce qui révolte l’agriculteur, c’est que cette décision de justice pourrait tout à la fois servir de jurisprudence et, surtout, laisse la porte ouverte à d’autres procédures. «Rien n’empêche demain mes voisins de porter à nouveau plainte parce qu’un tracteur démarre trop tôt, que la tronçonneuse fait trop de bruit, tout peut être sujet à nous faire poursuivre de nouveau ! On ne va pas passer notre vie à nous défendre de travailler !»
Amers, Nicolas Bardy et sa mère, associée du Gaec, n’ont d’autres choix que de payer. S’ils peuvent compter sur une cagnotte solidaire Leetchi mise en ligne et toujours ouverte, il va falloir trouver 13 000 € au total alors même que les cours du broutard comme des vaches sont au plus bas. Tout ça «parce que des gens qui ont du temps et un peu d’argent ont décidé d’empiler les procédures pour nous empêcher de faire notre métier». Le bon sens paysan -comme l’activité agricole- est décidément mis à rude épreuve.

(1) Dans un premier jugement, le tribunal d’Aurillac avait débouté les plaignants, en appel, la cour de Riom avait condamné le Gaec de Jallès à délocaliser son bâtiment sous peine d’une astreinte journalière. Jugement qu’avait infirmé la cour de Cassation qui avait, en juin dernier, donné raison à l’éleveur.

Odeurs, couleurs, bruits…

8 000 € d'amende pour nuisances olfactives, voici la sanction prononcée par le tribunal de Limoges à l'encontre de Nicolas Bardy (éleveur de salers et lapins dans le cantal). Chez JA tout le monde connaît Nicolas, car il a été très investi surtout sur le dossier de renouvellement des générations.
Tout commence en 2001 par l’arrivée de nouveaux voisins venant de la ville et souhaitant tout commander chez les autres. Les odeurs des vaches et des bottes enrubannées les gênaient… mais, la campagne, ce n'est pas des jolis paysages sans personne. Il y a des gens et surtout des animaux pour entretenir ces paysages, c’est toute une économie.
Nicolas a fait d'énormes efforts pour apaiser les tensions, il a même construit une stabulation. Mais tout cela n'a pas suffi, et le voilà aujourd'hui condamné à 8 000€ d'amende.
Plus que jamais nous devons communiquer sur notre métier et défendre nos campagnes avec ses odeurs, ses couleurs et ses bruits. En espérant que cette décision ne fasse pas jurisprudence et que le "bon sens" existe encore.
Je tiens à apporter tout mon soutien à Nicolas.
Aymeric Soleilhac - Secrétaire général JA43

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui