La Haute-Loire Paysanne 30 novembre 2016 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

Miss Montbéliarde : En 2017, le concours «Miss Montbéliarde» fête son 20ème anniversaire

Le 26 mars 2017, pour fêter l’anniversaire du concours, le syndicat Montbéliard souhaite l’ouvrir à une centaine de primipares de Haute-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le syndicat a motivé les troupes d’inséminateurs et conseillers pour faire de la Miss 2017 un succès.
Le syndicat a motivé les troupes d’inséminateurs et conseillers pour faire de la Miss 2017 un succès. - © HLP

«Voilà 20 ans que la manifestation Miss Montbéliarde a vu le jour. C’était à Vals en 1998 sur une idée de Jean Garnier» indique Patrice Boit, animateur du syndicat Montbéliard.«À travers ce concours calqué sur celui des Miss France, l’objectif était à l’époque d’encourager l’élevage de génisses dans notre département» explique Jean-Claude Rolly, éleveur sur le Gaec du Pivert (St Pal en Chalencon) et président du syndicat montbéliard depuis avril dernier.Depuis, la miss Montbéliarde a fait du chemin, dans son propre département comme à l’extérieur (le concours a fait des émules dans le Cantal, en Lozère, dans le Puy-de-Dôme, les Savoies...).En 2017, le concours Miss Montbéliarde célèbrera sa 20eme année d’existence et le syndicat compte bien fêter l’évènement dignement en doublant le nombre de génisses candidates à la «Miss Montbéliarde 2017».Pour atteindre l’objectif de 100 génisses, chiffre qui avait déjà été atteint en 2007 lors du 10ème anniversaire du concours, le syndicat compte sur la motivation de tous : administrateurs du syndicat, inséminateurs, conseillers en élevage lait et éleveurs de montbéliardes. Il revient désormais à chacun de s’investir pour la réussite de cette 20ème édition.Le 25 novembre, le conseil d’administration du syndicat avait rassemblé inséminateurs et conseillers pour leur présenter les grands objectifs du concours 2017.«Montrons que malgré la crise, nous sommes capables de nous mobiliser. Montrons que les montbéliardes de Haute-Loire n’ont rien à envier aux montbéliardes du berceau. Ensemble faisons en sorte de mobiliser les éleveurs de sa zone. Certaines régions du département sont moins présentes (brivadois, Saugues, grand Est). Pourtant dans beaucoup d’exploitations, il y a sûrement une primipare pour participer à la Miss» a indiqué Jean-Claude Rolly. Pour motiver les troupes d’éleveurs de montbéliardes du département, des visites d’élevages adhérents au service élaboré de l’OS seront organisées courant janvier dans le département, pour partir à la recherche de candidates potentielles.D’autre part, le syndicat compte aborder la thématique de la présentation d’un animal en vue de participer à un concours, lors de son assemblée générale le 27 janvier 2017 prochain. «100 génisses issues de 100 élevages pour la miss 2017, c’est faisable, mais il faut s’y prendre dès maintenant» ont indiqué les membres du conseil d’administration du syndicat.

Véronique Gruber

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes