La Haute-Loire Paysanne 23 juillet 2010 à 14h51 | Par C.Oudin

Marché à la ferme - Lier l’utile à l’agréable le temps d’une journée passée à la ferme

Sous l’égide de l’association départementale d’accueil à la ferme, la saison des marchés se poursuit au GAEC du Blot, puis au GAEC du Château Fort.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le programme des journées du 24 juillet et du 1er août a récemment été présenté chez M. et Mme Pascal, à Cerzat.
Le programme des journées du 24 juillet et du 1er août a récemment été présenté chez M. et Mme Pascal, à Cerzat. - © HLP

Le GAEC de Fontbonne a ouvert le bal le 6 juin dernier, dans une ambiance conviviale fort appréciée des participants. Deux autres dates sont à noter - à moins que cela ne soit déjà fait - dans vos agendas : le samedi 24 juillet, le GAEC du Blot prend le relais en accueillant la manifestation, puis ce sera le tour du GAEC du Château Fort, le dimanche 1er août.

Deux dates à retenir : le 24 juillet et le 1er août


Le principe des marchés pilotés par l’association départementale d’accueil à la ferme (ADAF 43) varie peu. Pour l’agriculteur organisateur, il s’agit d’ouvrir les portes de son exploitation à ses «collègues» producteurs fermiers et aux visiteurs le temps d’une journée. Entre 10h et 18h, ce sont généralement dix à quinze producteurs présents, proposant des produits fermiers issus des exploitations altiligériennes  (légumes maraîchers, miels, fromages au lait de vache, de chèvre ou de brebis, charcuteries de porc ou d’agneau, Lentilles Vertes du Puy crues ou intégrées à diverses préparations, foie gras, sirops et confitures, pain artisanal ...). Au-delà de l’aspect mercantile, des animations sont prévues pour distraire l’assistance : des jeux pour les enfants, des visites d’exploitation, un casse-croute paysan à midi, une buvette, une mini-randonnée visant la écouverte de l’environnement naturel et culturel de l’exploitation... Le GAEC du Blot prévoit en outre des ateliers de dessin pour les enfants et une tombola, tandis que le GAEC du Château Fort propose, comme chaque année, ses balades en calèche. De quoi occuper tous les publics !
Connaissant une fréquentation accrue ces dernières années, les marchés à la ferme ont le vent en poupe. En Haute-Loire, l’initiative revient à un groupe d’agriculteurs producteurs fermiers, membres du réseau ADAF. Voici une dizaine d’années, ils ont posé le concept sur le bureau de l’association fédératrice.

Le marché à la ferme, une formule qui séduit


Depuis, tandis que la notion de circuits courts fait son chemin, les marchés réunissent de plus en plus d’adeptes, tant chez  les producteurs que chez les consommateurs. Ces derniers recherchent particulièrement le contact avec les producteurs, appréciant d’avoir, en direct, des explications sur leurs emplettes. Leur satisfaction porte aussi sur le fait que ces produits soient élaborés à quelques kilomètres du marché : le lien avec la culture du sol ou avec l’élevage paraît ainsi plus évident. Entre les lignes, on voit que le sentiment d’être déraciné, coupé de ses valeurs traditionnelles, ou tout simplement l’envie de retrouver le goût de produits de son enfance sont autant de motifs pour eux de se réaproprier ces produits locaux.
Pour les agriculteurs producteurs fermiers, cette activité dépasse la simple tenue d’un stand. Avec leurs produits, c’est presque un petit morceau de Haute-Loire qu’ils vendent ! La clientèle se montre souvent curieuse de découvrir - ou connaître un peu mieux - le territoire qui a vu naître le produit. Au grès des discussions, on en vient souvent à parler du métier d’agriculteur, de sa réalité quotidienne, de ses joies et de ses peines... Il serait réducteur de ne pas souligner l’aspect social et culturel des marchés de producteurs, à plus forte raison lorsqu’ils ont lieu à la ferme. L’agriculteur, nouvel ambassadeur des territoires et garant d’un patrimoine paysan ? L’idée n’est pas pour déplaire à certains.

L’accueil pédagogique au Gaec du Blot

Désireuse de diversifier les activités de l’exploitation en direction de l’agrotourisme,  Michèle Pascal a intégré la première promotion du BAFA «Accueil d’enfants à la ferme», formation proposée dès 2007 par la Chambre d’Agriculture de la Haute-Loire.
« Lorsque j’ai entamé cette formation, j’avais déjà mis en place un sytème de visite. En m’apportant un approfondissement, ce BAFA m’a permis de me sentir plus professionnelle».
Aujourd’hui, Michèle Pascale propose des visites de son exploitation, complétées ou non par le goûter, qui privilégient le contact direct avec les animaux de la ferme : veaux, génisses, vaches, chèvres... L’agricultrice a également créé un gîte d’enfants. Ce dernier lui permet d’accueilir les jeunes pour des séjours axés sur la découverte de la vie de l’exploitation (agrément Jeunesse et Sport).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui