La Haute-Loire Paysanne 07 novembre 2018 à 15h00 | Par Roland Saint Thomas

Les ventes de tracteurs, un marché regardé à la loupe

Le niveau des ventes des tracteurs et des machines agricoles est suivi de très près par les constructeurs et les distributeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chaîne de montage des tracteurs Claas au Mans : un tracteur produit toutes les 13 minutes.
Chaîne de montage des tracteurs Claas au Mans : un tracteur produit toutes les 13 minutes. - © © Claas

Si l’on observe les chiffres du marché européen fin 2017, les 30 pays de notre zone économique ont absorbé 161 235 tracteurs neufs, dont 39 500 pour la France, toutes catégories confondues, allant des standards, aux micro-tracteurs espaces verts. Néanmoins, le marché national était à la peine l’année dernière, avec un recul de 2,2 % par rapport à 2016, alors que d’autres pays progressaient de 5,7 % comme l’Espagne et voire même de  22,9 % pour le Danemark*.
En décembre dernier, le marché a observé  un pic des immatriculations  dans tous les pays de notre zone, pour la simple et bonne raison qu’il fallait absolument sortir du marché du neuf, ceci avant le 1er janvier 2018, les tracteurs neufs en stock non équipés d’un double système de freinage. C’est ce que certains ont appelé l’effet «mother régulation», le nom de ce système de freinage qui doit équiper depuis cette date tous les tracteurs neufs vendus en Europe. Ces tracteurs, certes immatriculés en 2017, ont dû trouver preneurs début 2018 en s’immisçant sur le marché du neuf, alors qu’ils étaient statistiquement considérés comme d’occasion du fait de leur deuxième immatriculation.

2018, un marché dynamique
En septembre de cette année, selon les données Axema, le marché global du tracteur est en augmentation de 8,31 %. Cette progression du marché cache cependant des disparités selon les segments. Pour les tracteurs standards, les immatriculations de janvier à septembre étaient de 21 773 unités, soit une progression de 11,6 %. Le segment vigne et verger, en revanche, reculait de 4,85 %, pour atteindre 3509 tracteurs vendus sur ces neuf premiers mois. La catégorie espace vert, quant à elle, tire le marché vers le haut en progressant de 19,9 %, pour atteindre 5826  machines vendues.
Au total, fin septembre, toutes catégories confondues, ce sont 31 757 tracteurs neufs qui ont été immatriculés. À ces statistiques, il conviendrait de rajouter les tracteurs neufs standards non équipés d’un double système de freinage qui ont été immatriculés à la hâte en fin d’année dernière et qui se sont écoulés sur le premier trimestre 2018, mais là, aucune statistique ne les mentionne.
En tout état de cause, le marché 2018 est plutôt un bon cru pour la France. Il reste trois mois de commerce avant d’arrêter les chiffres aux 31 décembre, mais les fins d’années sont des périodes plutôt propices aux investissements en culture.
Ces chiffres nationaux sont tout de même  à nuancer, car au niveau de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les immatriculations en tracteurs standards reculent de 15,8 % sur les neufs premiers mois, avec 1 547 unités livrées (voir le tableau des immatriculations page suivante). Il ne s’agit là que des ventes des tracteurs standards, auxquelles il faudrait rajouter les spécialisés et les espaces verts, ainsi que les neufs vendus en 2018, immatriculés mais en 2017, ces tracteurs dits «Mother régulation» que personne ne place dans les chiffres…

Une industrie lourde
La France est le troisième producteur européen de matériel agricole avec un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros dont 3,1 milliards à l’exportation. La filière emploie 15 000 salariés répartis auprès de 385 constructeurs nationaux. Malgré le dynamisme de cette industrie, il n’existe plus de marque française de tracteur depuis le rachat en 2008 de Renault par Claas. Pour autant, trois marques sont implantées sur notre territoire, Claas au Mans, Massey Ferguson à Beauvais et récemment Kubota à Bierne, dans le Nord pour ses seules séries 7. La production annuelle totale de ces trois constructeurs oscille autour 25 000 à 30 000 tracteurs.
Malgré une industrie dynamique, la production nationale ne suffit pas pour alimenter à elle seule le marché intérieur et nous importons beaucoup, principalement des matériels en provenance de  l’Allemagne et de l’Italie. L’année dernière, ce sont 3,5 milliards de matériels qui sont entrés en France pour satisfaire les besoins des agriculteurs, soit une balance import/export de matériels déficitaire.
Ces montants annuels d’investissement de la ferme France sont à comparer avec la valeur de la production agricole française pour avoir une idée plus précise des efforts d’équipements que réalisent chaque année les agriculteurs. Ainsi, la valeur de la production agricole totale était de 72 milliards en 2017, avec 5,7 milliards seulement de marchandises exportées…
Toujours à titre de comparaison du poids de l’agriculture dans l’économie nationale, l’aéronautique produit  quant à elle un chiffre d'affaires de 50,7 milliards par an.
Aux côtés des constructeurs, il faut rajouter 35 000 emplois de mécaniciens, magasiniers, commerciaux, administratifs répartis chez 2 700 concessionnaires. Le machinisme agricole dans sa globalité a généré en France l’année dernière un volume d’activité de 11 milliards d’euros.
Pour le premier semestre 2018, le secteur de la construction et du commerce a donc eu une croissance de 6 %. Plus encore, pour ce deuxième semestre, 57 % des professionnels se disent confiants. Ce sont les matériels de semis en particulier, de plus en plus complexes et de plus en plus chers, qui ont eu la faveur de l’investissement en culture et qui ont gonflé les chiffres du commerce sur ces trois premiers trimestres. Enfin, la profession de l’agroéquipement mise sur une croissance du marché de 2 % pour 2019*.

*Source Axema

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui