La Haute-Loire Paysanne 10 octobre 2008 à 15h28 | Par Véronique GRUBER

"Le meilleur des médicaments, c'est l'alimentation"

Une hausse de 5 % de personnes obèses ou en surpoids depuis 1997, le constat est alarmant. Le 1er octobre, la CPAM organisait au Puy, à l'attention des professionnels de la santé, un colloque sur "la santé et l'alimentation". Un message à retenir : "une alimentation saine et équilibrée est l'alliée d'une bonne santé".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une centaine de professionnels de la santé et de partenaires de la CPAM a participé à ce colloque.
Une centaine de professionnels de la santé et de partenaires de la CPAM a participé à ce colloque. - © HLP

9,6% d’adultes obèses, 12% d’enfants obèses, une hausse de 5% par an de personnes obèses et en surpoids depuis 1997, le constat est alarmant pour notre pays.
Aux problèmes psychologiques que le surpoids induit sur les personnes concernées, s’ajoutent les conséquences physiques qui peuvent s’avérer très sérieuses (complications cardio-vasculaires, complications pulmonaires, diabète, fragilité osseuse, risque accru de cancer…). Ces pathologies ont de surcroît un coût non négligeable pour l’assurance maladie. A l’origine de ces problèmes de surpoids, une mauvaise alimentation que la CPAM de Haute-Loire entend corriger.
Mercredi 1er octobre, la caisse avait convié les professionnels de santé du département et les partenaires de la CPAM à un colloque sur le thème «santé et alimentation». Ce temps d’échange visait notamment à diffuser le message suivant : «une alimentation saine et équilibrée est l’alliée d’une bonne santé».

La santé dans l’assiette

Michel Beyssac, président de la CPAM 43, a ouvert le colloque avec deux phrases clés qui montrent bien le rôle majeur de notre alimentation : «le meilleur des médicaments, c’est l’alimentation» ou encore «dis-moi ce que tu manges et je te dirai comment tu vas mourrir».
Une bonne alimentation permet de  rester en bonne santé ; mais que se cache-t-il derrière le mot «bonne» alimentation ? Des réponses concrètes ont été apportées le 1er octobre dernier.
Pour bien se nourrir il faut :
- augmenter la consommation de fruits et légumes sous toutes leurs formes (crus, cuits, naturels, préparés, frais, surgelés ou en conserves) pour atteindre une consommation d’au moins 5 fruits et légumes par jour (voir encadré ci-contre)
- consommer des aliments sources de calcium (produits laitiers) en quantité suffisante (trois par jour)
- limiter la consommation de graisses totales et particulièrement des graisses dites saturées contenues dans les viennoiseries, charcuteries, beurre…)
- augmenter la consommation de féculents sources d’amidon (pommes de terre, légumineuse…), notamment des aliments céréaliers
- consommer de la viande (en privilégiant les morceaux les moins gras), du poisson et d’autres produits de la pêche ou des oeufs, 1 à 2 fois par jour en alternance
- limiter la consommation de boissons alcoolisées (ne pas dépasser 2 verres de vin de 10 cl par jour pour les femmes et 3 pour les hommes)
- limiter la consommation de sel (préférez le sel iodé)
- augmenter l’activité physique pour atteindre au moins l’équivalent d’une demi-heure de marche rapide par jour.

Une alimentation de qualité à un coût raisonnable

Michel Beyssac a par ailleurs conseillé la consommation de produits de qualité assortis de signes officiels (AOC, Label rouge…) et de produits fermiers ou de montagne.
Toutefois, une alimentation de qualité a un coût qui ne convient pas forcément à tous les budgets. Pour aider les consommateurs à se nourrir correctement en occasionnant des dépenses raisonnables, une série d’astuces et de conseils a été communiquée lors de ce colloque.
Il est ainsi vivement recommandé de miser sur les fruits et légumes de saison (moins chers et plus savoureux), de se rendre au marché avant l’heure de fermeture (les commerçants ont tendance à brader), d’opter pour des fruits et légumes en conserve ou surgelés (souvent moins chers et dotés d’excellentes qualités nutritionnelles) ; il faut également penser à réutiliser les restes des repas précédents (à la poêle, en quiche, en soupe…).
Après de nombreuses interventions et deux tables rondes, le colloque s’est achevé autour d’un atelier saveurs  concocté par le restaurateur François Gagnaire.

5 (portions de) fruits et légumes par jour

Ce slogan incite les français à consommer au moins 5 portions en tout de fruits et légumes. Une portion équivaut à 80g ou 100g (ce qui représente une petite pomme, 2 abricots, une tranche de melon, une banane, 5-6 fraises, une tomate…), soit la taille d’un poing ou deux cuillères à soupe pleines.
Les fruits et les légumes apportent des fibres, de l’eau et des éléments nutritifs.
- Un verre de jus de fruits mélangés ne compte pas comme plusieurs portions, mais comme une seule. Et c’est pareil pour la soupe.
- Un yaourt aux fruits ne compte pas comme une portion de fruits ! Il y a souvent peu de fruits et beaucoup de sucre.
- Un verre de jus de fruits (fruits pressés, pur jus ou jus à base de concentré) ne peut contribuer qu’à un des «5 fruits ou légumes par jour». Pour les 4 autres ou plus, variez les sources : fruits entiers, soupe de légumes…
Le saviez-vous ? : Seulement 20% des enfants consomment 5 fruits et légumes par jour.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui