La Haute-Loire Paysanne 06 juin 2019 à 14h00 | Par Véronique Gruber

Le marché couvert Michel Malige fait peau neuve

À Saugues, le marché couvert Michel Malige est sur le point de se transformer en marché au cadran. Dès cet automne, les ventes aux enchères remplaceront les négociations de gré à gré. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans quelques mois, le marché de Saugues se changera en marché au cadran ultra-moderne.
Dans quelques mois, le marché de Saugues se changera en marché au cadran ultra-moderne. - © Mairie de Saugues

Dans quelques mois, le marché couvert Michel Malige de Saugues changera de mode de fonctionnement. À l’automne 2019, ce marché de gré à gré se transformera en marché au cadran.
Jusqu’à présent, chaque lundi (pour les petits veaux) et chaque vendredi (pour les ovins-caprins), les négociations sont conclues directement entre le vendeur et l’acheteur devant le lot d’animaux et pour l’anecdote, sachez que les transactions s’effectuent toujours en francs ! «C’est notamment ce qui fait le charme des marchés !» souligne Hervé Portal, agriculteur sauguain.
Depuis 1992 (date de création du marché couvert), cet équipement est géré en régie par la mairie de Saugues. Assistant à une baisse régulière des effectifs d’animaux, même si ce marché conserve sa 4e place au niveau national en terme d’effectifs ovins, «nous avons souhaité une évolution de ce marché pour le dynamiser» a expliqué Sylvie Lebrat adjointe au maire en charge de la commission agricole.


Ouverture prévue pour l’automne 2019
«Or, en observant d’autres marchés reprend-elle, nous nous sommes aperçus que de plus en plus  passaient au cadran et que leurs effectifs repartaient à la hausse».
En 2016, un petit groupe composé d’éleveurs  intéressés et d’élus de Saugues s’est constitué en vue d’observer le fonctionnement de plusieurs marchés au cadran et ainsi en déduire les adaptations nécessaires pour le marché couvert. «Nous avons visité 7 ou 8 marchés au cadran français et en échangeant avec les éleveurs et les négociants, on a constaté que tous étaient positifs ; la majorité d’entre eux n’aurait pas fait machine arrière» explique l’élue. C’est pour cette raison qu’à Saugues, il a été décidé de transformer le marché de gré à gré en marché au cadran. Marché qui devrait être en place à l’automne 2019.
Mais quels grands changements cela va-t-il impliquer pour les utilisateurs du marché ? Des éleveurs et membres de l’association de préfiguration du projet de marché au cadran de Saugues, Bernard Cubizolles (président), Ludovic Lacombrade (trésorier), Hervé Portal (membre)  et Marc Pouilhe élu à la mairie, nous ont présenté les grandes lignes du projet.
L’éleveur reste décisionnaire
de sa vente
Sur un marché au cadran, «les animaux sont vendus aux enchères montantes par l’intermédiaire d’un chef de vente qui préserve l’anonymat de l’éleveur et de l’acheteur. Et au final, c’est bien l’éleveur qui reste décisionnaire de vendre ou pas. L’éleveur sait à quel montant il vend son animal mais il ne sait pas à qui» souligne Sylvie Lebrat. Outre cette définition théorique du marché au cadran, intéressons-nous à présent aux multiples avantages que présente ce type de marchés.


Garantie de paiement et anonymat
Contrairement aux marchés de gré à gré, les marchés au cadran fournissent une garantie de paiement aux éleveurs. «Les éleveurs sont sûrs d’être payés pour la vente de leurs animaux car c’est le marché lui-même qui rémunère l’éleveur et les négociants payent directement le marché» explique Sylvie Lebrat.
Pour les éleveurs, l’anonymat de la vente est également un atout certain. «On s’aperçoit que les jeunes éleveurs envoient leurs parents au marché à leur place pour faire la vente. Et lorsque les parents ne peuvent plus venir, les jeunes ne vont plus au marché car vendre, c’est un métier ! De plus, les jeunes agriculteurs du secteur se sont montrés intéressés par le marché au cadran notamment pour ses possibilités de vente à distance (même si ce genre de transaction sera rare)» explique Hervé Portal. Dans un marché au cadran, «tous les négociants auront la main sur un même lot d’animaux au même moment. Désormais, le prix se fera sur le seul critère de la qualité des lots»” soulignent les éleveurs de l’association de préfiguration.
Autre changement notable pour les éleveurs : il faudra annoncer le nombre d’animaux mis à la vente 3 jours avant le marché.


Ouverture aux broutards, aux vaches de réforme et aux équins
Pour répondre à la demande de certains agriculteurs, le futur marché au cadran s’ouvrira aux broutards, aux vaches de réforme et aux équins, en plus des veaux les lundis. Enfin, comme dans toute vente, que ce soit à la ferme ou dans le cadre des marchés de gré à gré, l’éleveur s’acquittera de frais de gestion de marché (pourcentage du montant de la vente) au même titre que le négociant.
L’installation d’un marché au cadran à Saugues implique un investissement, porté par la mairie de Saugues, qui devrait avoisiner les 720 000 € ; un investissement qui sera subventionné par la Région, le Département et l’État.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui