La Haute-Loire Paysanne 06 juillet 2016 à 08h00 | Par Xavier Riffard

LAIT : Galilait, un laboratoire moderne qui investit sur l’avenir

Le laboratoire Galilait s’est doté d’outils modernes et performants pour répondre au plus près aux besoins de ses adhérents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’assemblée générale s’est déroulée le 21 juin à Savigneux (42).
L’assemblée générale s’est déroulée le 21 juin à Savigneux (42). - © EXCEPTO

Galilait est un outil high tech qui allie performances et réactivité, voici l’un des principaux messages délivrés lors de l’assemblée générale du laboratoire, qui s’est déroulée mardi 21 juin dans la Loire. 2015 a été une année charnière avec le déménagement des laboratoires de Ceyzériat et de Theix sur le site unique du Brézet à Clermont-Fd. Pour le président Pierre Sanial, «la filière laitière de notre nouvelle grande région, 1ère région laitière et fromagère de France, s’est dotée d’un véritable outil performant, à la fois indispensable et incontournable pour la qualité sanitaire des productions». Pascal Servier, administrateur et producteur laitier dans le Puy de Dôme, a souligné que les doutes sur la qualité des résultats suscités par ce déménagement avaient été complètement levés par la confirmation de l’accréditation COFRAC qui constitue pour les producteurs une garantie de qualité et de confiance.


Galilait en chiffres

Les activités Paiement du lait et Contrôle laitier ont diminué de -4,5% principalement du fait de la diminution du nombre de producteurs actifs sur le périmètre de collecte. Nouveauté 2015 : Galilait a participé à un protocole essai de dépistage de la paratuberculose sur lait de tank. Une hausse des analyses de 15 % a été enregistrée en raison d’une anticipation de lacampagne de prophylaxie 2015- 2016 et notamment de dépistage de brucellose. Enfin les analyses physico-chimiques (lait, fromage, crème) ont marqué le pas après 2 années de hausse. Le laboratoire de microbiologie a connu une hausse de 9,7% d’analyses réalisées, principalement expliquée par les crises pathogènes et les plans de surveillance des producteurs à risque, ainsi que par l’augmentation du nombre de prélèvements analysés liés à des nouveaux contrats.

 

Accord CNIEL

La directrice Evelyne Gouret a fait le point sur l’accord national du CNIEL applicable au 1er janvier 2017 pour le lait de vache. «Nous devrons réaliser 1 analyse par semaine au lieu de 3 par mois actuellement. Tout un travail prospectif est enclenché pour réorganiser la collecte et maîtriser nos coûts de production». Autre atout pour Galilait, l’automate d’analyses Vitek® qui brille par sa fiabilité et sa rapidité. Avec la méthode dite «Maldi-Toff», Vitek identifie les pathogènes responsables de mammites ou des micro-organismes présentant un risque pour la santé dans un délai record : 4 jours pour les microorganismes (contre 8 pour la méthode traditionnelle), et 3 jours pour les mammites (2 j d’analyses + 1 pour l’antibiogramme) contre 11 (3+8) pour la méthode classique. M. Servier, utilisateur de ce service, a témoigné que Galilait, précurseur en France sur cet outil, avait une longueur d’avance sur les autres laboratoires. «Vitek, grâce à sa rapidité d’analyse, représente une sécurité autant pour les consommateurs que pour les chiffres d’affaire des producteurs».

XAVIER RIFFARD

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui