L'Auvergne Agricole 04 février 2019 à 15h00 | Par Sophie Chatenet

La proximité, atout majeur des Gîtes de France

Dans un contexte d'ubérisation de la société, les « Gîtes de France » accompagnent leurs adhérents propriétaires au plus près du terrain et s'assurent du meilleur accueil pour les clients. Exemple dans le Puy-de-Dôme, où le réseau a ouvert un service de réservation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sauna, jacuzzi…des équipements de plus en plus plébiscités par les touristes
Sauna, jacuzzi…des équipements de plus en plus plébiscités par les touristes - © GDF

Les adhérents de la fédération des gîtes de France du Puy-de-Dôme se sont réunis en assemblée générale, vendredi dernier, à Saint-Amant-Tallende. L’occasion de mettre en lumière un acteur historique du tourisme local, mais dont les fondamentaux vacillent parfois face à la concurrence féroce de prestataires protéiformes. Créée en 1955, Gîtes de France a conquis le cœur de plus de 42 000 propriétaires de gîtes et chambres d’hôtes en France. En 2018, 850 hébergements ont été labellisés dans le Puy-de-Dôme (512 gîtes ruraux, 14 gîtes de groupe, 82 chambres d’hôtes et 4 campings et chalets). Pour mieux répondre aux exigences d’un marché en forte mutation, Gîtes de France a souhaité mettre en place une nouvelle forme de gouvernance collégiale collaborative, s’appuyant sur les forces vives du réseau (Présidents et Directeurs des associations départementales). De quoi conforter le poids des structures départementales, pierres angulaires du réseau. Au niveau national, Gîtes de France a bien mesuré que son atout majeur, c’était d’abord et avant tout la proximité. Ainsi pour se renforcer sur un marché bousculé notamment par Airbnb, le réseau joue la carte du local et de la labellisation, entraînant dans son sillage d’autres opérateurs, comme Clévacances.

Une campagne TV en février pour gagner en visibilité

« Nous devons améliorer encore notre visibilité et notre efficacité commerciale pour augmenter le nombre de semaines vendues par propriétaire ; renforcer et développer notre réseau départemental pour disposer de moyens supplémentaires ; et enfin partager avec d’autres relais, certaines dépenses pour faire des économies ou des actions plus efficaces », explique Yvon Bec, président des Gîtes de France du Puy-de-Dôme. Sur le volet mutualisation, la fédération entend initier des partenariats avec des départements voisins : Allier, Loire, Saône-et-Loire, Rhône-Haute-Loire, Ardèche et Lozère). Objectif : monter des actions collectives de communication, de marketing, de partages de compétences sur le web notamment… En local, la fédération du Puy-de-Dôme a lancé l’an dernier, Résa-Gites, une société filiale chargée de la commercialisation des gîtes et chambres d’hôtes du Puy-de-Dôme. Un essai réussi puisqu’en 2018, le chiffre d’affaires a approché les 3,2 millions d’euros.

Sophie Chatenet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui